samedi 29 décembre 2012

لتحصين حوزة الإخوان

لأنهم لبسوا قشور الجمهورية والروح فيهم معدنا وريحا جاهلية، يتصورون أن "الشرعية" التي أوصلتهم لسد ة الحكم تخول لهم أن يتصرفوا  في البلاد وكأنها مزرعة الأجداد .. لا بل غنيمة حرب، سبيا مباحا قطفوه  بسيف الجهاد، ضيعة وهبها الرب لهم لا نزاع فيها لغير الإخوان ..هي لهم أرض الميعاد.. حلال صاف لا شائبة فيه ولا عليه غبار ولأبنائهم إرث من نعم الله وكذا الأحفاد..يستأثرون مما غنموا بحصة الأسد وللمؤلفة قلوبهم تحت النعال ما تيسر من النهب و سخاء الحذاء..

 

لأنهم لبسوا قشور الجمهورية وروحهم ريحا ومعدنا في نتونة الجاهلية، يتصورون أنهم بين انتخاب لمجلس الدستور الوقتي وضحاه باتوا على مالنا أوصياء..وعلى قرارنا وضميرنا وصوتنا أولياء..هم بعد خاتم الأنبياء بحكم الناخب أولياء الختم.. فضلا عن التطهير والختن .. لذلك ما زاغوا عن الشرع ولا عن الشرعية ولا الشريعة حين صادروا بموثوق إلاهي ثورة شعب وحقه ودم الشهيد والحريات .. وأطلقوا في كل ساحة وحي حصانا وراية وبغالا على صهوتها فرسان تكر ولا تفر..وثيرانا مقرونة تدك الأحمر وما حاد عن سواد الراية حتى لو كان علم البلاد..تسندها في الدك لحى الصالح من السلف وتكبيرات الإخوان ولسان الإمام القاطع يكفر من القطعان ما شاء  ونور الإفتاء الساطع دستورا للثيران وقانون ميدان.. وبخور التكفير من كل المنابر صاعدا شمسا للعميان وحجارة من سجيل لرجم أتباع الشيطان وهراوة فيها من الرب إشارة لا تقرأ ولا تكتب آية  لصد الزيغ والعصيان ورذاذ الرصاص للعيون التي لا تسدل حواجبها وحمم النيران.. وأنياب الدلماسيا غدا لو كبا لا قدر الله البغل والثور والحصان..كلها بركات وآيات وأمان لتحصين حوزة الإخوان.. 

يفتون، يذبحون يسلخون يقطعون أوصال الشعب إربا، يفصلون بين حلمة الأم والرضيع، الكل في منظور شرعهم جائز حلال.. ويبيعون ماتبقى من الوطن المنهوب والمثخن بالجراح لأمراء الغاز وسلاطين الكاز وإقطاعية الرمال ..ولذوي الحل والربط في فتاوى الإرضاع والختان وبول البعير  يعطون، بسخاء الطائي وأكثر، صلاحيات الرب المعبود وقداسة الفرقان..

لأن الجمهورية في ثقافتهم جسر عبور لا غير لغاية في نفس ماكيفال،  والتمكين في   قطبهم مصب الأقطاب ونجمة الهديان، لا
يتحرجون من التشبه بالحرباء والثعبان..لون زاه لماع لصيد الأصوات وسند الغباء والأغبياء، ثم سم قاتل وسواد حالك لحكم البغاء وفق تشريع الببغاء..  هذا ما  يقتضيه تكتيكهم وبيان القطب..أن البسوا الجمهورية جبة حينا يا إخوان وآخر برنسا ولا تعمموا وغلالة عاهرة ولا تبان تحتها لو اقتضى الحال..لكن لا تزحزحوا عن الروح معدنا وريحا جيفة الغربان..ابقوا في أغلال النتونة ما بقي الزمان والغباء يا إخوان..

أ.عامري
2012.12.29

   

dimanche 23 décembre 2012

Marzouki s'est tu au moment où il devait parler (par Dr Ahmed Manai)

Dr Ahmed Manai se souvient.
A l'occasion de la journée mondiale  des droits de l'homme, la Présidence de la République a organisé une cérémonie en l'honneur des Amis de la Tunisie qui ont tenu tête au régime de Ben Ali. Cet évènement ne s'est pas passé sans susciter une large polémique en raison de l'interdiction d'accès au palais de Carthage qui a frappé Zouheir Makhlouf, secrétaire général de la section tunisienne d'Amnesty International. A quoi ajouter l'exclusion des représentants de l'AMT (Association des magistrats tunisiens) de l'hommage, malgré leur invitation à la cérémonie. Dr Ahmed Manai, président de l'Institut Tunisien des Relations Internationales et qui, dès le début des années 90, fut l'un des pionniers de l'opposition déclarée à Ben Ali,  figurait aussi parmi les absents notoires de cette cérémonie.

Dr Ahmed Manai, auteur de "Supplice Tunisien - Le jardin secret du général Ben Ali", paru en France en 1995, nous a confié un texte relatif à son premier témoignage public contre le régime de Ben Ali, datant du 15 juin 1991, que nous publions dans son intégralité.

Mohamed Ghalleb
21.12.2012



Moncef Marzouki et Ahmed Manai
" Le samedi 15 juin 1991, j'ai été invité à un séminiare intitulé «Monde arabe, les droits de l'homme et le nouvel ordre mondial»,  organisé à Paris par l'Association arabe en France des droits de l'homme. Cette association avait pour président Boutros Hallaq, syrien, et pour secrétaire général le marocain Ibrahim Sayes.
Au début, j'ai longuement hésité à assister au séminaire, certain que si je devais y être je ne m'empêcherais pas de fournir mon témoignage au sujet de ce qui se passait en Tunisie. Un tel acte signifiait la rupture de l'engagement que j'avais pris vis-à-vis du ministère de l'intérieur, condition imposée par les appareils sécuritaires et les services spécialisés que présidait Mohamed Ali Fazouï pour obtenir mon passeport et réintégrer mon travail aux Nations Unies. On m'a demandé de m'abstenir de toute activité et tout témoignage contre le régime; bien plus: on m'a demandé de les informer de toute action hostile au pouvoir. Et pour s'assurer que tel engagement soit respecté par moi, ils ont mis ma femme et mes cinq enfants, y compris Tahar qui a 4 ans, sur la liste des personnes interdites de voyage.
En vérité, à peine une semaine après le début de mon exil le 18 mai 1991, j'ai transgressé l'interdit. J'ai consigné sur trois pages un témoignage que j'ai adressé à quelques organisations de défense des droits de l'homme et certaines de mes connaissances. Cela m'a soulagé moralement et m'a sorti de ma prison intérieure.

Finalement, j'ai vaincu mes hésitations et dépassé mes supputations personnelles. Je suis allé au séminaire en projetant de garder le silence. Ce dessein était probablement motivé par la présence de Moncef Marzouki. Je m'imaginais qu'il allait nous apporter de nouvelles révélations sur le pays.
Le séminaire a été ouvert par le rituel des allocutions de bienvenue et la présentation de l'Association. Puis nous sommes passés aux interventions.
La situation des droits humains dans le monde arabe: droits lamentables, pour ne pas dire inexistants. Il y avait consensus là-dessus. Quant au nouvel ordre mondial, n'en parlons pas. Surtout après l'effondrement de l'URSS, la guerre contre l'Irak et l'hégémonie américaine plus que jamais affirmée.
Feu Hammadi Essid
Ce jour-là, j'ai découvert Hammadi Essid qui était le représentant de la Ligue Arabe à Paris. C'était un homme cultivé par excellence, polyglotte et maîtrisant l'art du dialogue et, au besoin, de la joute. Il l'a prouvé tout au long des années suivantes et jusqu'à sa mort. Continuellement, c'était lui qui excellait et se distinguait dans tous les débats télévisés touchant aux affaires arabes et islamiques.
Moncef Marzouki dont nous avions attendu la parole n'a pas parlé. Et j'ai pris alors conscience de la nécessité d'intervenir, afin que la question de la violation des droits de l'homme ne reste pas une question théorique dont débattent exclusivement les intellectuels, les défenseurs des droits de l'homme et, occasionnellement pour l'éloquence de la tribune, les politiques.
Il y avait dans la salle quelques figures nahdhaouies mais pas un n'a parlé. Dans l'immédiat, je croyais que ce silence était imputable à leur connaissance relative du français. Mais leur mutisme dans les colloques s'est poursuivi alors même que certains d'entre-eux ont obtenu le doctorat. Chez eux le silence était une règle qu'ils ne cessaient d'observer, d'autant qu'ils ont eu toujours des gens pour les défendre sans contrepartie.
Assis à l'écart au fond de la salle, j'ai demandé la parole et parlé longuement et amplement sur ce qui se passait en Tunisie : les arrestations en série et par milliers, les procès, la torture surtout et les dizaines de morts sous la torture . J'ai évoqué aussi mon expérience personnelle. Tout le monde m'écoutait. Et à la fin de mes propos, Hammadi Essid m'a répondu qu'il m'avait entendu et pris acte de mon témoignage. Et qu'il transmettrait.

Profitant de la pause et voyant sortir de la salle Moncef Marzouki, j'ai rejoint celui-ci, lui disant: "Si Moncef, viens, on va causer un peu". Il m'a répondu:" Ils nous regardent!" Il était épouvanté! Je ne sais pas si c'était de me revoir vivant alors qu'il me croyait englouti par le poisson ou noyé dans le gouffre du ministère de l'intérieur et de la sécurité de l’État.
Il est vrai qu'il y avait dans la salle des indicateurs du régime, que je ne connaissais pas à l'époque mais qui me sont devenus familiers par la suite. Monsieur Moncef a continué de marcher et moi le suivant. Il m'a entraîné vers les toilettes situées en face de la salle 4 de l'Unesco. Alors que je l'interrogeais avidement sur les dernières nouvelles du pays, il me répondait avec autant d'avidité:" comment t'ont-ils laissé sortir?"
Un mois et demi avant cette date-là, c'est-à-dire à l'époque où j'étais en arrestation au ministère de l'intérieur (entre le 3 avril et le 8 mai 1991) ma femme Malika a contacté Moncef Marzouki -alors président de la LTDH (Ligue tunisienne des droits de l'homme). Elle l'a informé de mon arrestation et l'a prié avec insistance de faire quelque chose. Elle lui a rappelé notre vieille amitié. Ce à quoi il a répondu que mes semblables se comptaient par milliers. C'était vrai. Et il n'a rien fait, évidemment.
Mais ce que Malika ma compagne a fait ces jours-là et dans les années suivantes, beaucoup d'hommes seraient incapables de le faire. Elle a écrit à de nombreuses organisations de défense des droits de l'homme. Et l'un des paradoxes cocasses à ce sujet, c'est que quand elle a écrit à la Ligue française des droits de l'homme, Robert Verdier, responsable des affaires internationales, lui a répondu que la Tunisie ne relevait pas de leurs compétences mais il transmettrait sa lettre à Dr Moncef Marzouki, président de la ligue tunisienne!
Au début de l'automne 1991, j'ai rencontré ce responsable, et c'était une agréable coïncidence, dans une émission de la radio Mghreb Arabe, consacrée aux droits de l'homme en Tunisie. Il y avait avec nous Karim Azzouz, représentant de l'UTT(Union des Etudiants Tunisiens).
Rentré à la maison ce jour-là et réévaluant mon acte, j'ai compris que j'avais franchi la ligne rouge.
Peut-être avais-je ouvert pour ma famille les portes de l'enfer. C'est ce qui surviendrait une semaine plus tard, quand mon action serait parvenue aux USA. "

Dr Ahmed Manai
http://www.attounissia.com.tn/  
Texte original

Traduit par Ahmed Amri
23.12.2012
_________________________
Pour le même auteur sur ce blog: 
La liberté d’expression et la responsabilité de l’intellectuel musulman

Liens externes:
http://tunisitri.wordpress.com/



samedi 15 décembre 2012

François Hollande, et le socialisme dans tout cela?

Monsieur le Président,

En déclarant, en date du 13 novembre 2012, "la coalition syrienne comme seule représentante du peuple syrien", vous avez certes permis à la France de devancer tous les pays occidentaux sur cette voie semée d'embûches. Néanmoins vous avez déçu en même temps non seulement une bonne partie de la gauche française qui vous a élu, mais beaucoup d'amis de votre pays sur la rive sud de la Méditerranée, qui, depuis votre accession au pouvoir,  espéraient que la France socialiste se départirait de sa politique extérieure sarkozienne et, pourquoi pas aussi, un tant soit peu de son dédain aux peuples arabes.

Monsieur le Président,

La coalition syrienne que vous avez honorée de votre soutien n'a aucune légitimité qui motive un tel égard de votre part, ni politique ni révolutionnaire ni morale ni militaire ou autre pour représenter le peuple syrien. Composée de bandes armées et financées par les États les plus réactionnaires du Golfe, en l’occurrence l'Arabie et le Qatar, cette coalition n'a de syrien qu'une frange d'islamistes des plus extrémiste manipulée et téléguidée par les cheikhs de la réaction depuis Doha et Riyad. Frères musulmans rêvant de restaurer le califat, salafistes jihadistes assoiffés de sang qui sente de près ou de loin la "mécréance" et activistes d'Al-Qaïda dont l'idéal est de talibaniser ce qu'on appelle pays du Printemps arabe: voila le noyau pur de ces groupes armés. Leurs recrues, contrairement à ce que la propagande des pays du Golfe propage, ne sont pas syriennes. Elles viennent certes de nombreux pays musulmans, arborent certes la bannière intégriste wahabiste, revendiquent certes l'Internationale islamiste, mais ne jouissent d'aucun soutien réel à l'intérieur du pays, et ne sont pas tout aussi intègres ni vouées au seul "martyr désintéressé" sur la voie d'Allah, comme le disent si pompeusement les tartuffes et cheiks de palais voués à leur jihad. En témoigne, outre les reportages de nombreux journalistes et militants de grande renommée occidentaux(1), ce document filtré du ministère de l'intérieur saoudien, ci-dessous traduit(2).

Monsieur le Président,
La France dont vous incarnez la plus haute instance ne peut à ce point être inconséquente avec l'idéal socialiste que vous revendiquez, pour lequel vous avez été élu et que vous êtes censé défendre. Bachar Al-Assad n'est sans doute pas ce qu'il y a de mieux en Syrie pour servir la démocratie. Mais permettez-moi de vous rappeler que c'est un socialiste, et un socialiste convaincu, n'en déplaise à ses détracteurs. C'est un progressiste qui partage avec vous l'essentiel des valeurs humaines éclairées et laïques. C'est un chef qui incarne pour ses partisans en Syrie comme dans l'ensemble des pays arabes  l'essentiel du credo socialiste.
A moins que le socialisme et la laïcité ne soient devenus dans le discours politique français que de vulgaires oripeaux populistes, des formules incantatoires -sans plus- dans la bouche de ceux qui se revendiquent de Jaurès, excusez-moi, Monsieur le Président, mais je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre votre Excellence et leurs Éminences et Majestés les émirs et rois des sables et du pétrole ligués contre la Syrie et son peuple. Je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre ceux qui revendiquent les Lumières et ceux qui se battent pour l'obscurantisme. Je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre les défenseurs de la République et les hordes de la barbarie. Y a-t-il, à votre sens, plus de démocratie, plus de liberté, plus de respect des droits de l'homme à Doha(3) ou à Riyad(4) pour que la France s'engage dans cette sale bataille dont les seuls bénéficiaires ne sont, hélas, que les ennemis jurés du progrès et de la démocratie? 

Monsieur le Président,

En vous alignant du côté des commanditaires réactionnaires de ce complot anti-syrien, vous avez peut-être voulu ménager en priorité les intérêts économiques de la France. Le pétrole et les pétrodollars qui ont corrompu une bonne partie du monde arabo-musulman, qui ont permis aux théocrates -jusqu'à preuve du contraire- de confisquer le Printemps arabe, ne peuvent laisser indifférent les lobbys français, héritiers de l'Empire colonial. Ni un chef d'Etat dans un contexte comme le vôtre, appelé à prendre les mesures nécessaires pour renflouer les caisses de l’État.  L'argent n'a pas d'odeur, je vous le concèderais volontiers. Mais le socialisme a la sienne. Et celle-ci, sauf respect de votre Excellence, risque de pâtir énormément de ce que les amis de la France appellent à bon droit opportunisme et mercantilisme socialistes.

A bon entendeur salamalec!

A. Amri
15.12.2012






2- Document traduit par moi-même, émis du ministère de l'intérieur saoudien:
 
Royaume d’Arabie Saoudite                                           N° 1466/1/
Ministère de l’Intérieur                                                   Pièces jointes :
Pour suivi                                                                          Date : 25/05/1433   (Trad. 17/04/2012)

                                                     Top secret

Au vénérable Général Saoud Athounian, que Dieu l’assure de Sa protection
Bureau Secret du Ministère de l’Intérieur


Que la paix soit sur ​​vous, ainsi que la miséricorde de Dieu et Sa bénédiction !
En référence au télégramme de l’Office Royal n° 112 et datant du 19.04.1433 de l’hégire (Trad. 10 mars 2012), lequel évoque les individus en état d’arrestation détenus dans les prisons du royaume et accusés de crimes que la charia punit par décapitation à l’épée, nous vous informons que nous avons pris contact avec des accusés jugés coupables de trafic de drogue, de meurtre et de viol, appartenant aux nationalités suivantes :
105 Yéminites, 21 Palestiniens, 212 Saoudiens, 96 Soudanais, 254 Syriens, 82 Jordaniens, 68 Somaliens, 32 Afghans, 194 Egyptiens, 203 Pakistanais, 23 Irakiens et 44 Koweitiens.

Il a été convenu avec eux de les exempter de l’application du châtiment que prévoit la charia et d’allouer des pensions mensuelles à leurs familles auxquelles il sera interdit de quitter l’Arabie, en échange de leurs réhabilitation et entraînement en vue d’être expédiés en jihad vers la Syrie.

Veuillez agréer mes salutations,

                                                                         Directeur du suivi au Ministère de l’Intérieur
                                                                                  Abdallah Ben Ali Rmizan



Dont :
 -copie à Son Excellence le Président de la Commission pour la Promotion de la Vertu
Et la Prévention du vice ;
- copie aux Renseignements Généraux
.




3- Quel bel exemple de soutien aux peuples révoltés contre les dictatures qui les gouvernent que celui donné par Qatar qui, le 29 novembre dernier, a condamné à perpétuité   le poète Mohamed Al Ajami, alors que celui-ci a rendu hommage à la révolution tunisienne et exprimé le souhait de voir le changement toucher d’autres pays arabes, dont Qatar!


4- Sur l'instigation de ces "défenseurs" acharnés du peuple syrien, parce qu'elle vouait une haine (que ses détracteurs qualifient de laïque) à l'obscurantisme wahabiste qui défigure l'homme, rogne les ailes de son esprit et,  haïssant par instinct la beauté sous toutes ses formes, étouffe en lui la moindre vibration artistique, Balkis Al-Moulhem, jeune poétesse et enseignante saoudienne de 35 ans, a été tuée au mois de septembre dernier en Arabie.








 
_________________ Par le même auteur au sujet de la politique française:

A mon camarade Nicolas, Son Excellence Sarkosy








 

lundi 10 décembre 2012

لا رحم الله عامر ولا برّد ثراه


  
 لا يكره الغنانشة شيئا قدر كرههم لعامر، ولا يرد لهذا الإسم ذكر في غنوش أو في أي مكان آخر وعلى مسمع من غنوشي حر إلا وتلاه صارخا، عفويا، نابعا من الأعماق، هذا الدعاء الحار: الله لا يرحمه ولا يبرّد ثراه!.. وقد نستغرب هذا الحقد الجماعي على عامر لو كنا ممن لايعرف الجهة  وسرالغنانشة مع صاحب الإسم المذكور ويتضاعف بالتالي استغرابنا دون أدنى شك حين نكتشف أن عامر هو في الواقع جد الغنانشة الأول .. لكن حين نقف على سر الحقد الدفين الذي أورثه الجد لسلالته لا نملك غير مجاراة السلالة في هذا "البِرّ" الطريف الذي لا مثيل له بالدم والأجداد.. فنردد معهم باللسان إن لم يكن بالقلب واللسان معا: لا رحم الله عامر ولا برّد ثراه!..

حسب الأسطورة الشعبية التي يتداولها عامة الناس في قابس، عامر هذا هو بطريرك هلالي قدم من صعيد مصر ومعه عائلة كبيرة العدد إبان الزحف الهلالي على شمال إفريقيا، في منتصف القرن الحادي عشرمسيحي. وقد يكون خاض معارك شرسة في إطار السيرة الهلالية تحت راية أبي زيد وضد بنى قابس تحديدا بزعامة خليفة الزناتي. ولكنه اضطر في وقت ما، ذات خريف،  للهروب بما تبقى من أهله على متن قارب صيد، ورغم أن المسافة التي قطعها بحرا لا تتجاوز إلا بعض الأميال فإنه عانى الأمرين نتيجة العواصف أو جهله ومن معه بقيادة القوارب، بحيث أنه لما بلغ اليابسة وأرسى بالمكان الذي يحمل اليوم اسم غنوش لم يكن يتبادر لذهنه أن الأعداء الذين حاربهم بالأمس وفر من شرهم لا يفصله عنهم سوى بضع الكيلومترات..
لكن عامر وأهله هللوا وتعالت الزغاريد طويلا من حناجر النساء  لما وطأت أقدامهم الأرض الميمونة. فقد كانوا جياعا وعطاشى ومنهكين جراء ما لاقوه من مصاعب في البحر ولذا فإن سعادتهم ببلوغ اليابسة كانت أكبر من أي حساب آخر، سيما وأن الأرض التي حلوا بها كانت عامرة بالنخيل المثقل بعراجين التمر وبها عين ماء جارية وكل ما فيها يوحي بالأنس والحبور..أكلوا وشربوا ونصبوا خيامهم قبالة الشاطئ الجميل، ومع حلول الليل وطلوع القمر ارتفع صوت منهم  بالغناء..وكان الصوت جهوريا، ساحرا، والغناء شجيا لا مثيل له، لدرجة ان سكان الأحواز القريبة من شمامة وشطوطة ومطاوى طربوا له أيما طرب ومنهم من تتبع منبع الصوت مشيا على الأقدام ليصل حيث نصب عامر وأهله خيامهم حتى يتمتع على عين المكان بالغناء الصعيدي الذي وإن لم يكن مألوفا بالجهة فقد بدا في غاية السحر والجمال.
اسم غنوش حسب الأسطورة  جاء من سؤال تردد كثيرا بين القوابسية بعد هذه المناسبة الطريفة: غنوا ولاّ لا؟ وكان الجواب في كل مرة: ماغنوش! ثم مختصرا: غنوش..
أي سر لهذا الصوت الذي افتتن به كل من سمعه في تلك الليلة ثم خمد بعدها للأبد؟
لا رحم الله عامر ولا برّد ثراه!..
الأرجح للظن أنه هو الذي أخرس الصوت الذي طرب له البعيد والقريب ذات ليلة خريفية مقمرة من منتصف القرن الحادي عشر!.. وهذا غير مستبعد لأن بقية الأسطورة تؤكد أن عامر كان قاسيا، غليظ القلب، فضّا، ويندر ان يكون لفضاضته مع ذويه مثيل..

ناهيك أن بعض الروايات تقول أن لا غنوش ولا أحوازها ولا جهة قابس عموما أمطرت سماؤها طوال ما تبقى من عمر عامر! بل ثمة من يقول أن الماء في قابس فسد ليومنا هذا مذ استوطن عامر غنوش وقيل أيضا أن الحليب شح في ضرع الماعز والنوق والبقرلما لا يقل عن سبع عجاف..بل ثمة من يضيف  أن اللاقمي نفسه،  طوال المدة المذكورة، أصبح في طعمه ولونه ورائحته كبول البعير!..
ثم جاء عام -قيل أن عامر مات في نهاية صيفه-  بعد سنوات القحط الطويلة، امطرت سماء غنوش بغزارة، وعاد للاقمي قابس فوحه الأصيل واللون والطعم..ودر بعد الشح بالحليب الضرع..البعض قال: لن يعمر عامربعد هذا الغيث والخير..وفي الواقع، لم يبق لعامر غير الحقبة الكافية لتخصيب اللعنة التي ستلاحقه من نسله ليوم الدين..يحكى أنه نادى أحفاده عقب الغيث وأعطاهم كمية كبيرة من القمح والشعيرقائلا: احرثوا وازرعوا حتى تحصدوا وتدرسوا يا أبناء عامر!..
ليت عامر اكتفى بنصف الأمر ووفر على روحه الدعاء المنكور نتيجة النصف الثاني من أمره..لأن الغنانشة وإن كانوا يحبون الفلاح والفلاحة، وإحقاقا للحق هم من أطيب الناس في جهة قابس وأكثرهم حبا للعمل، لا يكرهون الترويح عن النفس ولو لساعة، سيما وأن دمع النخيل استرد في موطنهم كما لدى الجيران الفوح والطعم واللون..يروى أنهم قتلوا نخلة قبل الحرث بأيام قليلة وكانت مدرارا من فصيل البوحطم أو الذكار..وأذاقوا منها كأسا "امتفحة" لجدهم البطريرك فاستحسن عطرها وطعمها ولونها وأثرها على النفس والفؤاد.. وأوصاهم بها خيرا للأحفاد .. ولما خرجوا للحرث اشتاقوا للغناء الشجي الذي حرموا منه لسنوات عدة وصمموا على التحلل من تحريمه بعون الله ودمع النخل الميت!..
شرب أحفاد عامر وغنوا صعيديا شجيا كما لم يغن من قبل أحد..وطلبوا "كَمْيَةً" فلم يجدوا من طعام غير الحبوب المعدة للزرع فقاموا بشيها على النار وأكلها على آخر حبة، ولسان حالهم يقول: اليوم خمريا عامر وغدا أمر!..

ذهب الخريف وتلاه الشتاء وانبتت كل الأراضي المجاورة لغنوش زرعا اخضرّ وطال تسرّ لناظره العيون.. إلا أرض عامر وسلالته..فقد أنبتت شوكا ولا شيء سواه..والأكيد أن عامر بلغه ما قام به أحفاده أيام الزرع وعزم في قرارة نفسه ألا يترك هذه الدنيا إلا وصيته خالد خلود غنوش .. لذلك حبس غيضه في صدره وانتظر حتى حلول موسم الحصاد لينتقم من أحفاده شر انتقام.. إذ ناداهم  وقال لهم: احصدوا مازرعتم يا أبنائي..قيل: أنحصد الشوك يا جد؟ قال: بأيديكم، أحفادي، لا بالمناجل.. وحفاة بالأقدام ادرسوه!..
ولم يكن للغنانشة  من خيار سوى تنفيذ الأمر لأن أمر الجد البطريرك لا يحتمل العصيان أو النقاش..
تلك سيرة عامر مع سلالته، 
لا رحم الله  عامر ولا برّد ثراه!


قد يعارضني البعض بالقول: أخي، اتق الله فيما تقول، فعامر ليس بجدك حتى تنضم لصف لاعنيه!

أقول: بل هو جدي وجدكم، أبناء الزيت والزيتون!..ألم يورثكم حفيدا جعل من بلادكم وبلاد المسلمين قاطبة مزرعة للشوك؟ 
لا رحم الله عامر ولا برّد ثراه!..