dimanche 28 septembre 2014

Le devoir de mémoire: pourquoi pas?

C'est leur sourire solaire, à la croisée des chemins, qui m'a guidé. Leur front polaire et l'ascendant du sang par quoi leurs veines vertes ont irrigué les roses de l'amour m'ont décidé à faire ce choix.

Tous les trois sont morts debout.


L'avocat, l'ingénieur et le député avaient, tous les trois, de quoi se la couler douce. Mais, tête haute et front polaire, ils se sont refusé tout compromis de conscience. Et à la postérité de la postérité, l'histoire le dira et redira: ils étaient ce qu'il y a de plus intègre comme militants de la révolution tunisienne.

Tous les trois ont laissé qui une veuve et des orphelins, qui un père et une mère dont il fut le bâton de vieillesse, qui des pupilles de l'école publique devenues après lui sans soutien.

Chacun de ces trois martyrs a honoré de son vivant, et de manière infaillible et admirable, l'engagement intègre pour la justice et la démocratie. Et le ralliement inconditionnel à la cause des pauvres, des exclus sociaux et des laissés-pour-compte. C'est-à-dire ceux qui ont été les artisans de notre révolution et ses premiers perdants.

Tous les trois, des années après leur martyre, leurs assassins courent toujours. Et peuvent profiter en tout moment de l'impunité pour revenir à la charge.

Belaid, Brahmi, Belmufti: tous les trois ont la même initiale patronymique.

Et contre les donneurs de baies, ce B donneur de sang et de beauté doit avoir plus d'ascendant sur l'oreille citoyenne que toutes les belles promesses électorales des populistes mythomanes !

Dans le labyrinthe électoral national où les candidats aux législatives et présidentielles sont presque plus nombreux que le peuple, moi modeste citoyen signataire de ce papier qui n'ai jamais été frontiste, aujourd'hui j'ai choisi l'honneur de la mémoire et son devoir.

J'ai choisi cette étoile polaire à trois branches, et seulement cette étoile-là, pour m'éclairer le jour du scrutin.
C'est mon vote-sanction contre ceux qui s'engagent dans la surenchère électorale et la désunion pour nous "servir", contre ceux qui n'ont tiré aucune leçon des précédentes élections et des tribulations qui s'ensuivent à ce jour, contre ceux que nous avons essayés et qui nous ont mordus, contre ceux qui ont fait de la Tunisie une aire de terrorisme, de zizanies sectaires et d'obscurantisme, contre ceux qui rêvent de restaurer le régime déchu, contre les opportunistes aux basses ambitions hantés par la seule obsession du pouvoir, contre les arrivistes de tout bord, les candidatures de mauvais aloi et les mauvais plaisantins. Moi modeste citoyen signataire de ce papier qui n'ai jamais été frontiste, en mon âme et conscience je suis persuadé que c'est le seul vote utile pour le peuple qui a consenti tant de sacrifices et, à ce jour, n'a tiré de la révolution que d'amers déboires, des frustrations allant croissant, des deuils qui se suivent sans répit, et mille fois plus de misères et de désillusions.

En mon âme et conscience, c'est le seul choix honorable par quoi je puisse m'acquitter d'une part de mon devoir à l'endroit des martyrs, de leurs familles, épouses, enfants, parents. Et de la justice à rendre aux disparus et leurs ayants droit comme au peuple tant bafoué et tant trahi.

Belaid, Brahmi, Belmufti: voilà mon unique repère de vote utile aux législatives comme aux présidentielles !




A. Amri
10.09.14