samedi 20 juillet 2013

Maroc: comment faire taire Adiba Kebali

Adiba Kebali, étudiante marocaine à l'Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (Dhar El Mehraz à Fès), et militante du mouvement estudiantin de la Voie Démocratique Basiste (VDB), tendance marxiste-lénininiste (ML), et du mouvement 20 Février, a été kidnappée le vendredi 19 juillet 2013 à sa sortie par la porte arrière de la Faculté des Sciences, par un groupe qu'on présume appartenir au Makhzen, Forces Auxiliaires marocaines.
Adiba Kebali a été conduite vers un verger dans les parages de l'Université où elle a été rouée de coups puis violée, avant d'être abandonnée dans un état pour le moins critique.
Conduite d'abord au Centre hospitalier universitaire de Fès, puis à l'Hôpital Ghassani, les directions respectives de ces deux centres de soins ont refusé de l’accueillir pour lui fournir les soins d'urgence. Il a fallu recourir à une clinique privée pour qu'elle soit finalement examinée par un médecin spécialiste qui lui a prescrit un repos de 90 jours.
Il convient de rappeler ici que ces graves sévices corporels subies par Adiba Kebali sont survenues à la suite d'une longue série de menaces et de harcèlements policiers visant à l'intimider, et ce depuis plus d'un an. Coups de téléphone anonymes, SMS et provocations directes, menaces de défiguration, de viol et de liquidation physique: tant de hargne contre cette jeune militante n'ayant pas abouti, les nervis du pouvoir marocain ne se sont pas embarrassés de hausser d'un cran leurs procédés répressifs en vue de briser l'engagement politique de Adiba Kebali.

Autant nous condamnons avec la plus ferme vigueur ce lâche crime et les

exactions makhzeniennes à l'encontre des militants marocains, autant nous exprimons notre profonde sympathie à Adiba Kebali et ses camarades.

A.Amri
20 juillet 2013