samedi 7 août 2010

La conscience de Hachad n'est pas justiciable

En prison depuis le 15 juillet dernier, Fahem Boukaddous est livré à une épreuve qui n'est pas la sienne. On le somme de gravir la montagne alors qu'il n'a ni piolet ni poumons. On le met dans une situation où le bout de l'ascension, la fin du calvaire, objectivement parlant, n'existe pas. Si ce n'est dans le terme fatidique prévisible. L'appréhension aiguë et fondée que le détenu soit abandonné à ce triste sort interpelle à bon droit notre conscience. Il y a ici une question de vie ou de mort face à laquelle il n'est pas permis de camper dans l'attentisme ou l'indifférence .

On ne le dira jamais assez: Fahem Boukaddous n'est pas seulement malade. Ses jours sont en danger.
Faute de justice et de courage permettant une réhabilitation officielle, laquelle ordonnerait son acquittement pur et simple, une réaction à caractère humain est vivement sollicitée. Ce journaliste, à nos yeux condamné pour un délit d'opinion (1) mérite à bon droit un traitement d'exception. Souffrant d'asthme chronique et de problèmes pulmonaires, arrêté alors qu'il se rendait chez son médecin, sujet en permanence à toutes les complications pouvant résulter de la promiscuité en milieu pénitentiaire, il n'est pas fait pour endurer la peine d'incarcération, ni dans sa totalité (4 ans ferme) ni même, à supposer qu'on songerait à une peine allégée de substitution, pour une période en-deçà.

Tabagisme passif, poussières, chaleur suffocante ou variations quelconques de la température ambiante, absence d'observation clinique et de soins adéquats à intervalles réguliers, à quoi ajouter tous les éléments incommodants dus à la promiscuité de prison, autant de facteurs, et non des moindres, laissent craindre le pire, l'irréparable pour ce détenu. D'où l'urgence de cet appel de détresse qui ne voudrait exclure aucune bonne volonté, de quelque bord soit elle, pourvu qu'elle réponde et sauve l'intéressé.
La place d'un malade, fut-il criminel et récidiviste, n'est pas dans une prison mais à l'hôpital. Et dans le cas de celui dont le seul crime avait été de se faire témoin d'une révolte ouvrière, de braquer sa caméra sur notre plaie suppurante et nous montrer ce que nous ne voulions ni voir ni donner à voir, il serait absurde de lui en vouloir à ce point(2). Son maintien en détention est un calvaire intenable, un crime, d'autant plus que la vulnérabilité de ce malade n'est un secret pour personne. Chaque minute qui passe et retarde les traitements vitaux est susceptible de sonner l'heure fatidique. Si l'État tunisien peut s'accommoder de l'indifférence, d'une telle mise à mort objective et des souffrances infligées au condamné et à sa famille, les Tunisiens ni les amis de la Tunisie à travers le monde ne pourraient le consentir. Loin de tous clivages politiques, il y va de la conscience humaine. La non assistance à une personne en danger de mort, en danger tout court, est un délit dans le code pénal de tous les peuples et toutes les nations. Et il n'y a pas que ce droit plaidant l'assistance urgente. Il y a aussi l'histoire du peuple tunisien qui interpelle le code, lui rappelle un contexte historique et social, à prendre en compte, en même temps que les libertés civiques et les principes constitutionnels. L'emprisonnement de Boukaddous est une injure à la mémoire des leaders historiques du mouvement syndical tunisien. Feus Mohamed Ali El-Hammi, FarhatHachad, Mokhtar Tlili, Habib Achour et tant d'autres encore, des symboles tout autant que des repères qui appartiennent au conscient collectif, indivis, s'ils pouvaient revenir et constataient une telle méprise à l'endroit de leur combat, ne mâcheraient pas leurs mots pour secouer cette loi inique qui profane ainsi leur mémoire.

Fahem Boukaddous n'a rien fait d'autre que marcher dans le sillage de ces hommes dont l'action, tout au long du siècle dernier, jalonnait l'histoire du mouvement national et ouvrier. Ces hommes, disparus mais jamais éteints dans la mémoire tunisienne, n'ont pas été absents dans les évènements qui ont marqué le Bassin minier, il y a deux ans. Et la caméra du reporter, accusée de fomenter des troubles et condamnée en conséquence, qu'on le veuille ou non est déjà entrée dans l'histoire de notre pays, sous l'auréole et l'autorité historique de ces leaders syndicaux. Qu'il y ait consensus ou non sur les fins politiques imputées à cette caméra, ce n'est pas du ressort de la justice ni de la loi, sauf à politiser loi et justice. Qu'elle arrange un camp ou dérange un autre, la justice est au dessus de tous et d'aucun bord pour pénaliser cette caméra. Mais si le peuple en fait sa fierté, au même titre que l'épopée ouvrière du Bassin minier, forcément cette caméra est en droit de comparaître devant la justice non dans le box des accusés mais sur le banc des témoins, voire à la barre de la défense. Que la justice daigne seulement invoquer la mémoire des Tunisiens, et cette caméra plaidera pro domo le non-lieu dans cette affaire, l'acquittement pur et simple du détenu. Le code qui pénalise l'histoire nationale et la légitimité du combat social nuit tout autant au citoyen qu'au juge. On n'envoie pas en prison la conscience de Hachad. Pour la bonne raison qu'une telle conscience n'est pas justiciable.


En d'autres lieux et sous des cieux autres, la sagesse des peuples et des nations, au sommet du pouvoir comme à la base, aurait réservé à ce journaliste indépendant une autre gloire, des égards plus gratifiants. On l'aurait mis sur les pinacles, comblé de prix et de décorations. Car, n'en déplaise aux autorités politiques et judiciaires, Fahem Boukaddous n’est pas moins méritant que les annalistes historiques européens de divers épisodes du combat social, que celui -ci soit œuvre d'art ou réalité. Artistes, historiens, écrivains, cinéastes , journalistes, toutes les formes d'expression se sont investies dans le témoignage social. Et qui dit témoignage social n'exclut pas ses implications: le droit à la subjectivité, le droit à l'alignement. Le peuple crie mais n'écrit pas ni ne filme ni n'a le loisir d'immortaliser sa voix. C'est une tâche qui ne fait pas partie de ses priorités ni de ses compétences. Elle incombe à ceux qui ont les instruments et le temps pour le faire, et la conviction qu'il y a là des temps forts de notre histoire, à ne pas rater. Des opportunités de salut public, quand bien même le discernement politique serait loin, ou totalement absent, pour cautionner cette évidence. Des moments qui n'admettent ni la cécité, la surdité ni le mutisme. Car, d'une part, sans le document pour la consigner et la matérialiser en phase post-évènementielle, l'histoire des peuples est vouée à la péremption, à l'oubli. D'autre part, sans l'engagement de ce témoin aux côtés des acteurs directs de l'évènement, sans la charge à assumer aussi en tant que porte-parole, ladite histoire n'aura pas d'héritiers. Carthage vue par Tacite n'est pas la nôtre. Et le passé arabe sans le regard d'Ibn Khaldoun aurait tombé depuis longtemps en déshérence.

C'est dire que la justice qui décontextualise Fahem Boukaddous et sa caméra pèche par omission à l'endroit du peuple et de son droit légitime à documentaliser sa voix et son histoire. Ainsi Mark Hermann, Marcel Carné, Jean Renoir, entre autres noms figurant au tableau des caméras ouvrières internationales, n'ont jamais été cités devant des tribunaux, ni le moindrement blâmés d'avoir été partie intégrante dans la lutte historique du prolétariat
. Dans le domaine littéraire, Hugo est enseigné dans le monde entier, y compris notre pays, comme le père de l'écrit social, poème ou roman, qui fustige l'injustice et l'exclusion et nomme sans couvert ses acteurs politiques. Le témoin des "caves lilloises" ou encore l'auteur des Misérables, même s'il se démarque de la Commune, ou refuse plutôt d'y adhérer, n'a été que témoin impliqué et jamais neutre de la France du 19e. A son tour, Zola n'aurait acquis sa notoriété réelle qu'à la faveur de Germinal, chef-d'œuvre de la littérature sociale. Et Zola n'aurait pas écrit une ligne d'un tel roman si le cœur n'était pas aux côtés des travailleurs. A la mort de l'écrivain qui fut aussi journaliste, la foule massée par milliers dans ses obsèques l'attestait de vive voix, qui scandait : « Germinal ! Germinal !» Comme si l'œuvre qui retrace la lutte épique des mineurs en France avait éclipsé en cet instant-là tous les titres laissés par l'écrivain. "Il fut un moment de la conscience humaine », disait de lui Anatole de France, en appui aux cris scandés.

Vivant et gravement atteint dans sa santé, le témoin du Germinal Tunisien, sorti des entrailles du pays et non de l'imaginaire d'un artiste ou d'un intellectuel, ne réclame pas tant les honneurs échus aux personnages cités ni d'autres à lui rendre de son vivant. Mais il n’en est pas pour autant moins digne, qui incarne, jusque dans sa prison, ce combat légitime s’inscrivant dans la tradition des luttes ouvrières tunisiennes, initiées par feus Mohamed Ali et Farhat Hached.

Si le pouvoir ne veut pas admettre cette réalité, qu'il daigne au moins se rendre à la raison des humains. Entre vie et mort en sursis d'un citoyen, il n'y a pas de juste milieu pour écarter la rigueur de cette alternative. Pour seule issue honorable et juste, il n'y a que la libération de Fahem Boukaddous. Salutaire.


A. Amri
22 juillet 2010


1- "Constitution d'une association criminelle susceptible de porter atteinte aux personnes et à leurs biens et diffusion d’information de nature à troubler l’ordre public": telle est l'accusation qui a valu au journaliste 4 ans de prison, sentence prononcée le 6 juillet 2010 par la Cour d'appel de Gafsa, en l'absence de l'accusé hospitalisé.
En vérité, le journaliste a été puni d'avoir couvert, dans le cadre de son exercice professionnel et en sa qualité de reporter de TV El Hiwar Et Tounsi, le soulèvement des mineurs qui a eu lieu en 2008 dans le sud-ouest du pays.

2- Selon la femme du journaliste, il y aurait plus que le jugement à appliquer pour motiver l'arrestation en sa date et son lieu du malade. Dans une lettre adressée à l'opinion publique au lendemain de cette arrestation, Mme Afef Bennacer a dénoncé une tentative d'achat de conscience proposée au journaliste et refusée par celui-ci, peu de temps avant qu'il ne soit arrêté.

Bonjour, Germaniste!


Lettre à mon fils

Arrivé à Hambourg et se rendant à Berlin où il doit effectuer un stage linguistique, Samih (qui postule à un mastère en langue et littérature allemandes) se fait soutirer une sacoche avec quelques papiers à la gare du premier train qu'il prend à l'étranger .

Je t'avais bien prévenu mon petit: ce ne sont pas les diplômes qui font les hommes, ce sont surtout les coups encaissés. Et les automatismes censés suivre. Dès que tu franchis le seuil de ta maison, fais attention aux loups. Mais n'oublie jamais la sagesse des tiens. Les doigts de ta main ne sont pas pareils.

Et tu t'es fait avoir quand même. Mais dans cette épreuve sans conséquence majeure, ce que tu as perdu n'est rien en définitive, à côté de ce que tu es censé avoir gagné.

Tu débarques pour la première fois en Europe. Et tu t'imagines que ce continent est sans faille aucune, à l'image de ce que nous en voyons à la télé, ou sur nos aéroports, nos plages, les cartes postales qui nous viennent de-ci de-là, en tout beau et parfait. Et sitôt débarqué, à la brève seconde de distraction consentie de ta part, on t'offre pour première impression d'hospitalité le désenchantement. Dans le fond, c'est ce qui te manquait et tu n'en demanderais pas mieux. Un prévenu en vaut deux. Et je suis content que les frais de l'initiation n'ont été que minimes. La faille dans l'image ou dans le cerveau de son récepteur est désormais comblée.

Ne te fâche pas après moi si je divulgue à ma façon ce fait de "candeur", minime et banal, te sachant si jaloux de ce qui n'appartient qu'à la famille. Mais voila justement une notion dont le sens gagnerait à se faire élargir un peu chez toi comme chez tes frangins, pour vous doter de quelques armes supplémentaires d'autodéfense.
Et d'ailleurs, si tu postules réellement au pseudo que tu portes (Germaniste), de même qu'au mastère, je sais que là où tu es maintenant c'est aussi une part de toi, indissociable, ou presque, de ton univers familial. Ce tropisme où culture et savoir s'allient pour nous faire intégrer des nouvelles connaissances et zones géographiques à notre univers affectif est aussi ce qui nous permet de nous armer contre les préjugés, le racisme, la xénophobie, entre autres formes d'intolérance qui gangrènent le monde. Et donc, il n'y a pas de raison que toi et moi fassions de ce petit pépin un linge de famille, il n'y a rien à laver en privé.

Après le père francisant et la sœur aînée angliciste, tu as choisi de t'investir à ton tour dans ce dialogue, jusqu'ici à sens unique, avec l'Autre. Ton père qui, en matière de croyance et de pratiques, n'était jamais un parfait musulman, avait eu quand même le mérite de greffer en vous le terme inaugural du Coran et ce que l'enseignant considère comme le premier précepte divin: "اقرأ "Lis. Il vous enseignait aussi les dires du Prophète: من حفظ لغة قوم أمن شرهم " Quiconque apprend la langue d'une communauté s'en assure contre le mal de celle-ci.
Et vous êtes à présent à même d'écouter l'Autre, d'apprendre de sa sagesse et d'intercepter directement non pas seulement ce qu'il dit de vous, mais ce qu'il dit aussi de lui-même, du monde fait de lui et de vous, lequel monde vous engage désormais, par cette connaissance et maîtrise des langues vivantes, à vous battre pour qu'il soit plus vivable, juste, équilibré. Voilà ce que j'appelle une arme élémentaire d'autodéfense. Car dans ce dialogue jusqu'ici encore atrophié, si l'Occident commence à nous voir un peu, et nous voir autrement qu'à travers l'image stéréotypée et les idées du prêt à penser, c'est en partie grâce à cette voix investie par nous, renvoyée là d'où elle venait, avec le message clair et approprié à chaque méprise et chaque mépris.

Il ne nous importe pas tant qu'on le pense ou dise, chez nous comme ailleurs:" voila des gens stylisés!" Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt. Et tu le sais, Germaniste, que la maîtrise de toutes les langues étrangères ne vaut rien, sans celle, inaliénable, de la langue maternelle. Ni les tiens ni toi n'aviez troqué quelque chose du sein nourricier pour avoir un complexe ou une appréhension de ce côté-là. Et ni les tiens ni toi n'aviez concédé quelque chose de votre culture arabo-musulmane, si ce n'est les lectures en dents de scie du Coran, qui ne sont pas les vôtres, ni celles des musulmans.




Bons séjour et stage Samih !
Et à bientôt.

A. Amri
7 août 2010