dimanche 4 août 2013

Syrie: une famille décimée par les sanguinaires islamistes de la Nosra

Elle s'appelle Walaâ Youssef. Elle est étudiante à l'université de Damas. Et depuis 2005, elle fait de
l'assistance sociale à titre bénévole au sein d'une association composée de jeunes syriens.
Parce que cette association bénéficie du soutien de l’État, les jihadistes engagés en Syrie ont purement et simplement éliminé Walaâ. Mais comme à l'accoutumée, chaque fois qu'ils exécutent quelqu'un, que celui-ci soit un soldat ou un civil, les sanguinaires islamistes excellent toujours dans la barbarie, veulent constamment faire mieux pour nous persuader de la justesse de leur cause, de la noblesse de leurs boucheries. Aussi les bourreaux ont-ils agi de manière à faire de ce règlement de compte avec ce qu'ils considèrent des pro-Bachar un châtiment exemplaire en la circonstance, et c'en est un au delà de ce qu'on peut imaginer.
Walaâ Youssef a été égorgée comme un mouton. Avec la prière rituelle du sacrifice et la gorge tournée en direction de la Mecque. Pareillement son père, sa mère et ses deux sœurs ont été immolés sur le même autel. Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
De toute la famille Youssef qui vit au quartier Rokn Eddin au nord de Damas, seul le petit garçon -figurant sur cette photo aux bras de Walaâ- a été épargné. Et par miracle, le rescapé ne se trouvant pas à la maison à l'heure du sacrifice bénit.

A.Amri
04.08.2013

Ahmed Mansour: un passé pas assez glorieux

Un document des archives sécuritaires égyptiennes datant des années 80 révèle un passé pas glorieux du respectable présentateur et intervieweur égyptien de la chaîne Al Jazeera Ahmed Mansour.
Il s'agit d'une lettre écrite par le doyen de la faculté des Lettres de l'Université Al Mansoura au procureur de la république local, dans laquelle on lit ce qui suit:


"Suite à votre correspondance immatriculée sous 15LG/201/1983, en date du 1er.05.1983, concernant le délit de vol pour lequel est incriminé l'étudiant Ahmed Assayed Mansour, inscrit en 3e année, faculté des Lettres, Université Al Mansoura, et en réponse à votre demande d'informations au sujet de la conduite et la morale de l'intéressé depuis son inscription à la faculté et jusqu'au crime de vol qu'il a commis, ci-joint un rapport complet sur lesdites conduite et morale pour la
période requise, et une photocopie conforme à l'original de la renonciation à la poursuite judiciaire immatriculée au registre foncier en date d'aujourd'hui 2.5.1983 et portant la signature de Haj Brahim Al-Okda qui stipule avoir renoncé à son droit de poursuite pénale après avoir récupéré tout ce qui lui a été volé.
En espérant que vous voudrez bien considérer la question de l'acquittement de l'étudiant concerné par égard à son avenir à préserver, veuillez agréer, Monsieur le Procureur, l'expression de ma considération distinguée.
Signature: Mohamed Haraz, Doyen de la Faculté des Lettres, Université Al Mansoura.

Pièces jointes:
-Rapport de conduite de l'étudiant en 7 pages au format folioscope.
-Photocopie conforme à l'original de la renonciation au procès verbal."


A.Amri4 août 2013