jeudi 4 novembre 2010

Defamation: quand les enfants désavouent le père

Né aux USA puis transmis vers l'Europe, le vent de la sédition intellectuelle qui souffle sur le sionisme n'est pas près de faiblir, loin de là. Tout en prenant l'allure d'une révolution culturelle de masse marquant la nouvelle décennie de ce siècle, il frappe à présent Israël où il se propage à la faveur d'une conscience juive dissidente et libérée de l'identité séculaire du sémite , éternel persécuté et, en tout lieu, victime. De plus en plus d'intellectuels et d'artistes emboîtent le pas à Chomsky, Norman Gary Finkelstein, Rony Brauman, entre autres "brebis galeuses" juives, et montent au créneau pour fustiger le sionisme et désavouer la politique de leur État. Ce mal délétère qui condamne le sionisme et laisse présager de sa fin certaine dans un proche avenir est bien moins l'effet de l'antisémitisme présumé revenu en force dans le monde que le contrecoup d'un abus sioniste de l'arme "antisémitisme" . Perverti, instrumentalisé à outrance dans une propagande mensongère et surannée, l'argument de l'antisémitisme se tourne à présent contre les apprentis sorciers , ceux qui en ont fait une litanie burlesque, un croque-mitaine mal ficelé, l'ersatz d'une épée de Damoclès menaçant toute pensée contestataire ou réflexe critique.
Après Shlomo Sand démontant l'histoire du peuple juif inventé à partir d'historiographies et de mythes, c'est au tour de Yoav Shamir, cinéaste israélien de 40 ans, de s'attaquer à la machine lobbyiste qui industrialise le mensonge, la diffamation.



Une certaine « image de marque », entretenue à la fois par ses partisans et, dans une certaine mesure, ses ennemis, voudrait que le sionisme soit doté d'une puissance suprahumaine. Diabolique, cela va de soi, mais surréelle. Quels que soient les fondements de cette perception par le passé, aujourd’hui il faut bien reconnaître que la réalité est tout autre. En témoigne cette nouvelle conscience humaine qui, de l’Amérique à l’Europe, des pays traditionnellement « amis » d’Israël à Israël même, se dresse partout et conteste de plus en plus le sionisme. Ce qui, il y a quelques ans seulement, semblait s’apparenter à « un vent de sédition » cantonné dans l’espace restreint de l’élite intellectuelle s’avère plus intense et étendu, s’amplifiant sans cesse et gagnant, outre les masses en Occident, les plumes et les caméras israéliennes . Le dragon sioniste ne fait plus peur, ni aux lointains, toutes tendances confondues, ni aux prochains dont certains montent au créneau, décidés à « allumer le feu à la maison ». Et l'antre de ce dragon, même s’il fume et enfume encore, n’intimide plus autant qu’il agace et enrage. Les signes d’une révolution culturelle antisioniste se multiplient, autant en Israël qu’ailleurs, pour consolider l’idée que cette doctrine est bien loin de son âge d’or. Elle est depuis le début de ce siècle en phase de décroissance qui, jour après jour, se révèle un état de décrépitude irrémédiable.
Essoufflé par ses perpétuelles fuites en avant, vicié par son propre mal -la diffamation- qu’il n’a cessé de propager depuis la fondation de sa doctrine, trahi par la cuirasse usée de la mythomanie, et à en juger par le désaveu grandissant que de plus en plus de juifs et Israéliens lui intentent sans arrêt, disons-le sans réserve: le sionisme est déjà moribond.
.
S'il peut quand même donner l'illusion qu'il respire encore, c'est grâce à une potion magique fumigène qui, tout en le dopant aux yeux de ses partisans fanatiques et des incurables "malades de la culpabilité historique", ne fait que le rapprocher à rythme accéléré de son terme fatidique. Cette potion qu'il fait ingurgiter à ses enfants et en répand la fumée au-delà des frontières d’Israël est tirée d’une substance opiacée qui s’appelle Antisémitisme: le mensonge réitéré à l'intérieur comme à l'extérieur d'Israël et faisant du monde, sous toutes ses latitudes, l'antisémite impénitent et, en parallèle, du juif où qu’il se trouve l’éternel persécuté, la cible de la haine universelle et des menaces de chaque instant.
La production de cette substance ainsi labellisée est confiée à une machine lobbyiste dont le quartier général est à New York : l’ADL. Par la vertu de la mythomanie, de la naissance du sionisme à nos jours, « Antisémitisme » est non seulement le remède dopant des Israéliens mais la panacée universelle que les sionistes brûlent dans leurs encensoirs et agitent en toute circonstance et tout lieu hanté par les vieux démons. Le spectre de la peste brune, les fantasmagories en rapport, les phobies et les délires font partie de cette entreprise diabolique destinée à garder en otage la conscience humaine. De sorte que celles et ceux qui sont tentés de repenser les vérités momifiées ou douter un instant du bien-fondé de la politique israélienne s’assagissent à temps et s’interdisent tout sacrilège, tout péché d’acte ou de pensée à l’encontre d’Israël.
L’extorsion de fonds et chantage auxquels le monde est soumis depuis la création d’Israël (argent, armes et capitaux de sympathie) se font à la faveur de cette panacée dont la fabrication et l’administration sont confiées à l’ADL.

ADL, Anti-Defamation League : 29 bureaux aux USA et trois en Europe, un budget de plus de 70 millions de dollars par an, est une organisation dont « les oreilles sont collées au sol ». Ces oreilles sont à l’affût du moindre mot qui puisse s’interpréter comme insultant pour les juifs, de la moindre agression, égratignure, fût-elle consécutive à une bagarre, du moindre témoignage, même dénué de tout fondement crédible, tout ce qui peut constituer « une pièce à conviction » de l’antisémitisme. L’ADL collecte ces données et publie périodiquement des rapports qui sont utilisés à la fois en Israël (pour la consommation locale) et à l’extérieur pour défendre l’entité sioniste.
En plus de ces rapports, l’ADL a aussi pour mission de « perfuser » en tout lieu l’holocauste: contacts permanents avec des chefs d’états, des ambassadeurs, des ministres d’affaires extérieures, des délégués d’états aux assemblées des Nations Unis, le pape, les médias…en vue de nourrir et raviver dans la conscience des hommes l’épine de la Shoah.

Stratégie de tous les entretiens : utiliser le COMPLEXE DE LA CULPABILITÉ historique, jouer sur cette fibre, ou la greffer si elle n’existe pas, afin de légitimer les agissements d’Israël dans ce que cet État appelle « mesures de sécurité ».
Comment les agents de l’ADL réussissent-ils à voir et influencer autant de personnalités si importantes ? En entretenant le mythe de leur puissance d’influence à Washington, en répétant partout qu’ils ont les mains longs, qu’ils sont capables de faire la pluie et le beau temps. Un mythe qui s’effrite d’ores et déjà, comme l’ensemble des mythes fondateurs de l'État d’Israël, grâce à des juifs qui désavouent un « père » monstre et vers qui nous tendons la main fraternelle pour un demain plus vivable.

Le réalisateur de ce film, Yoav Shamir, a réussi à infiltrer l’ADL et côtoyer de près ses agents pour produire ce chef-d'œuvre d'intérêt humain, mis en ligne en 9 parties. Vous ne perdrez pas votre temps à le voir.


A. Amri
04.11.10

_____
Yoav Shamir:

Né à Tel Aviv, novembre 1970 Lycée : Vitzo France, une école des beaux-arts, l'équivalent d'un lycée avec baccalauréat. Spécialisation : photographie Université de Tel-Aviv : BA d'histoire et de philosophie. MFA d'art cinématographique, mention excellent. Films en tant que réalisateur & caméraman:
  • 2001- « Marta and Luis » - documentaire de 50 min. - présenté dans le cadre du Festival du film d'Edinburgh, à l'IDFA, DOCAVIV et autres festivals cinématographiques internationaux.
  • 2003- « Checkpoint » - documentaire de 80 min - remporte la première distinction à l'IDFA, Toronto, San Francisco, Munich, Madrid, Barcelone, Rome, Belgrade, Rio de Janeiro, etc. Reçoit plus de vingt distinctions et est présenté lors de plus de 120 festivals du film internationaux.
  • 2005-« 5 days »- documentaire de 94 min - participe au festival du film Sundance, à l'IDFA, Edinburgh, Melbourne, Göteborg, Seoul et lors de quelque 40 festivals du film internationaux où ce film a reçu plusieurs distinctions.
  • 2007-« Flipping out »- documentaire de 83 min - Berlinale, le Festival international du film de Berlin 2008. Thessalonique, Buenos Aires, Cracovie, San Francisco, et env. 40 autres festivals internationaux du film.
Source des infos biographiques:
Defamation est disponible ici: