samedi 29 décembre 2012

لتحصين حوزة الإخوان

لأنهم لبسوا قشور الجمهورية والروح فيهم معدنا وريحا جاهلية، يتصورون أن "الشرعية" التي أوصلتهم لسد ة الحكم تخول لهم أن يتصرفوا  في البلاد وكأنها مزرعة الأجداد .. لا بل غنيمة حرب، سبيا مباحا قطفوه  بسيف الجهاد، ضيعة وهبها الرب لهم لا نزاع فيها لغير الإخوان ..هي لهم أرض الميعاد.. حلال صاف لا شائبة فيه ولا عليه غبار ولأبنائهم إرث من نعم الله وكذا الأحفاد..يستأثرون مما غنموا بحصة الأسد وللمؤلفة قلوبهم تحت النعال ما تيسر من النهب و سخاء الحذاء..

 

لأنهم لبسوا قشور الجمهورية وروحهم ريحا ومعدنا في نتونة الجاهلية، يتصورون أنهم بين انتخاب لمجلس الدستور الوقتي وضحاه باتوا على مالنا أوصياء..وعلى قرارنا وضميرنا وصوتنا أولياء..هم بعد خاتم الأنبياء بحكم الناخب أولياء الختم.. فضلا عن التطهير والختن .. لذلك ما زاغوا عن الشرع ولا عن الشرعية ولا الشريعة حين صادروا بموثوق إلاهي ثورة شعب وحقه ودم الشهيد والحريات .. وأطلقوا في كل ساحة وحي حصانا وراية وبغالا على صهوتها فرسان تكر ولا تفر..وثيرانا مقرونة تدك الأحمر وما حاد عن سواد الراية حتى لو كان علم البلاد..تسندها في الدك لحى الصالح من السلف وتكبيرات الإخوان ولسان الإمام القاطع يكفر من القطعان ما شاء  ونور الإفتاء الساطع دستورا للثيران وقانون ميدان.. وبخور التكفير من كل المنابر صاعدا شمسا للعميان وحجارة من سجيل لرجم أتباع الشيطان وهراوة فيها من الرب إشارة لا تقرأ ولا تكتب آية  لصد الزيغ والعصيان ورذاذ الرصاص للعيون التي لا تسدل حواجبها وحمم النيران.. وأنياب الدلماسيا غدا لو كبا لا قدر الله البغل والثور والحصان..كلها بركات وآيات وأمان لتحصين حوزة الإخوان.. 

يفتون، يذبحون يسلخون يقطعون أوصال الشعب إربا، يفصلون بين حلمة الأم والرضيع، الكل في منظور شرعهم جائز حلال.. ويبيعون ماتبقى من الوطن المنهوب والمثخن بالجراح لأمراء الغاز وسلاطين الكاز وإقطاعية الرمال ..ولذوي الحل والربط في فتاوى الإرضاع والختان وبول البعير  يعطون، بسخاء الطائي وأكثر، صلاحيات الرب المعبود وقداسة الفرقان..

لأن الجمهورية في ثقافتهم جسر عبور لا غير لغاية في نفس ماكيفال،  والتمكين في   قطبهم مصب الأقطاب ونجمة الهديان، لا
يتحرجون من التشبه بالحرباء والثعبان..لون زاه لماع لصيد الأصوات وسند الغباء والأغبياء، ثم سم قاتل وسواد حالك لحكم البغاء وفق تشريع الببغاء..  هذا ما  يقتضيه تكتيكهم وبيان القطب..أن البسوا الجمهورية جبة حينا يا إخوان وآخر برنسا ولا تعمموا وغلالة عاهرة ولا تبان تحتها لو اقتضى الحال..لكن لا تزحزحوا عن الروح معدنا وريحا جيفة الغربان..ابقوا في أغلال النتونة ما بقي الزمان والغباء يا إخوان..

أ.عامري
2012.12.29

   

dimanche 23 décembre 2012

Marzouki s'est tu au moment où il devait parler (par Dr Ahmed Manai)

Dr Ahmed Manai se souvient.
A l'occasion de la journée mondiale  des droits de l'homme, la Présidence de la République a organisé une cérémonie en l'honneur des Amis de la Tunisie qui ont tenu tête au régime de Ben Ali. Cet évènement ne s'est pas passé sans susciter une large polémique en raison de l'interdiction d'accès au palais de Carthage qui a frappé Zouheir Makhlouf, secrétaire général de la section tunisienne d'Amnesty International. A quoi ajouter l'exclusion des représentants de l'AMT (Association des magistrats tunisiens) de l'hommage, malgré leur invitation à la cérémonie. Dr Ahmed Manai, président de l'Institut Tunisien des Relations Internationales et qui, dès le début des années 90, fut l'un des pionniers de l'opposition déclarée à Ben Ali,  figurait aussi parmi les absents notoires de cette cérémonie.

Dr Ahmed Manai, auteur de "Supplice Tunisien - Le jardin secret du général Ben Ali", paru en France en 1995, nous a confié un texte relatif à son premier témoignage public contre le régime de Ben Ali, datant du 15 juin 1991, que nous publions dans son intégralité.

Mohamed Ghalleb
21.12.2012



Moncef Marzouki et Ahmed Manai
" Le samedi 15 juin 1991, j'ai été invité à un séminiare intitulé «Monde arabe, les droits de l'homme et le nouvel ordre mondial»,  organisé à Paris par l'Association arabe en France des droits de l'homme. Cette association avait pour président Boutros Hallaq, syrien, et pour secrétaire général le marocain Ibrahim Sayes.
Au début, j'ai longuement hésité à assister au séminaire, certain que si je devais y être je ne m'empêcherais pas de fournir mon témoignage au sujet de ce qui se passait en Tunisie. Un tel acte signifiait la rupture de l'engagement que j'avais pris vis-à-vis du ministère de l'intérieur, condition imposée par les appareils sécuritaires et les services spécialisés que présidait Mohamed Ali Fazouï pour obtenir mon passeport et réintégrer mon travail aux Nations Unies. On m'a demandé de m'abstenir de toute activité et tout témoignage contre le régime; bien plus: on m'a demandé de les informer de toute action hostile au pouvoir. Et pour s'assurer que tel engagement soit respecté par moi, ils ont mis ma femme et mes cinq enfants, y compris Tahar qui a 4 ans, sur la liste des personnes interdites de voyage.
En vérité, à peine une semaine après le début de mon exil le 18 mai 1991, j'ai transgressé l'interdit. J'ai consigné sur trois pages un témoignage que j'ai adressé à quelques organisations de défense des droits de l'homme et certaines de mes connaissances. Cela m'a soulagé moralement et m'a sorti de ma prison intérieure.

Finalement, j'ai vaincu mes hésitations et dépassé mes supputations personnelles. Je suis allé au séminaire en projetant de garder le silence. Ce dessein était probablement motivé par la présence de Moncef Marzouki. Je m'imaginais qu'il allait nous apporter de nouvelles révélations sur le pays.
Le séminaire a été ouvert par le rituel des allocutions de bienvenue et la présentation de l'Association. Puis nous sommes passés aux interventions.
La situation des droits humains dans le monde arabe: droits lamentables, pour ne pas dire inexistants. Il y avait consensus là-dessus. Quant au nouvel ordre mondial, n'en parlons pas. Surtout après l'effondrement de l'URSS, la guerre contre l'Irak et l'hégémonie américaine plus que jamais affirmée.
Feu Hammadi Essid
Ce jour-là, j'ai découvert Hammadi Essid qui était le représentant de la Ligue Arabe à Paris. C'était un homme cultivé par excellence, polyglotte et maîtrisant l'art du dialogue et, au besoin, de la joute. Il l'a prouvé tout au long des années suivantes et jusqu'à sa mort. Continuellement, c'était lui qui excellait et se distinguait dans tous les débats télévisés touchant aux affaires arabes et islamiques.
Moncef Marzouki dont nous avions attendu la parole n'a pas parlé. Et j'ai pris alors conscience de la nécessité d'intervenir, afin que la question de la violation des droits de l'homme ne reste pas une question théorique dont débattent exclusivement les intellectuels, les défenseurs des droits de l'homme et, occasionnellement pour l'éloquence de la tribune, les politiques.
Il y avait dans la salle quelques figures nahdhaouies mais pas un n'a parlé. Dans l'immédiat, je croyais que ce silence était imputable à leur connaissance relative du français. Mais leur mutisme dans les colloques s'est poursuivi alors même que certains d'entre-eux ont obtenu le doctorat. Chez eux le silence était une règle qu'ils ne cessaient d'observer, d'autant qu'ils ont eu toujours des gens pour les défendre sans contrepartie.
Assis à l'écart au fond de la salle, j'ai demandé la parole et parlé longuement et amplement sur ce qui se passait en Tunisie : les arrestations en série et par milliers, les procès, la torture surtout et les dizaines de morts sous la torture . J'ai évoqué aussi mon expérience personnelle. Tout le monde m'écoutait. Et à la fin de mes propos, Hammadi Essid m'a répondu qu'il m'avait entendu et pris acte de mon témoignage. Et qu'il transmettrait.

Profitant de la pause et voyant sortir de la salle Moncef Marzouki, j'ai rejoint celui-ci, lui disant: "Si Moncef, viens, on va causer un peu". Il m'a répondu:" Ils nous regardent!" Il était épouvanté! Je ne sais pas si c'était de me revoir vivant alors qu'il me croyait englouti par le poisson ou noyé dans le gouffre du ministère de l'intérieur et de la sécurité de l’État.
Il est vrai qu'il y avait dans la salle des indicateurs du régime, que je ne connaissais pas à l'époque mais qui me sont devenus familiers par la suite. Monsieur Moncef a continué de marcher et moi le suivant. Il m'a entraîné vers les toilettes situées en face de la salle 4 de l'Unesco. Alors que je l'interrogeais avidement sur les dernières nouvelles du pays, il me répondait avec autant d'avidité:" comment t'ont-ils laissé sortir?"
Un mois et demi avant cette date-là, c'est-à-dire à l'époque où j'étais en arrestation au ministère de l'intérieur (entre le 3 avril et le 8 mai 1991) ma femme Malika a contacté Moncef Marzouki -alors président de la LTDH (Ligue tunisienne des droits de l'homme). Elle l'a informé de mon arrestation et l'a prié avec insistance de faire quelque chose. Elle lui a rappelé notre vieille amitié. Ce à quoi il a répondu que mes semblables se comptaient par milliers. C'était vrai. Et il n'a rien fait, évidemment.
Mais ce que Malika ma compagne a fait ces jours-là et dans les années suivantes, beaucoup d'hommes seraient incapables de le faire. Elle a écrit à de nombreuses organisations de défense des droits de l'homme. Et l'un des paradoxes cocasses à ce sujet, c'est que quand elle a écrit à la Ligue française des droits de l'homme, Robert Verdier, responsable des affaires internationales, lui a répondu que la Tunisie ne relevait pas de leurs compétences mais il transmettrait sa lettre à Dr Moncef Marzouki, président de la ligue tunisienne!
Au début de l'automne 1991, j'ai rencontré ce responsable, et c'était une agréable coïncidence, dans une émission de la radio Mghreb Arabe, consacrée aux droits de l'homme en Tunisie. Il y avait avec nous Karim Azzouz, représentant de l'UTT(Union des Etudiants Tunisiens).
Rentré à la maison ce jour-là et réévaluant mon acte, j'ai compris que j'avais franchi la ligne rouge.
Peut-être avais-je ouvert pour ma famille les portes de l'enfer. C'est ce qui surviendrait une semaine plus tard, quand mon action serait parvenue aux USA. "

Dr Ahmed Manai
http://www.attounissia.com.tn/  
Texte original

Traduit par Ahmed Amri
23.12.2012
_________________________
Pour le même auteur sur ce blog: 
La liberté d’expression et la responsabilité de l’intellectuel musulman

Liens externes:
http://tunisitri.wordpress.com/



samedi 15 décembre 2012

François Hollande, et le socialisme dans tout cela?

Monsieur le Président,

En déclarant, en date du 13 novembre 2012, "la coalition syrienne comme seule représentante du peuple syrien", vous avez certes permis à la France de devancer tous les pays occidentaux sur cette voie semée d'embûches. Néanmoins vous avez déçu en même temps non seulement une bonne partie de la gauche française qui vous a élu, mais beaucoup d'amis de votre pays sur la rive sud de la Méditerranée, qui, depuis votre accession au pouvoir,  espéraient que la France socialiste se départirait de sa politique extérieure sarkozienne et, pourquoi pas aussi, un tant soit peu de son dédain aux peuples arabes.

Monsieur le Président,

La coalition syrienne que vous avez honorée de votre soutien n'a aucune légitimité qui motive un tel égard de votre part, ni politique ni révolutionnaire ni morale ni militaire ou autre pour représenter le peuple syrien. Composée de bandes armées et financées par les États les plus réactionnaires du Golfe, en l’occurrence l'Arabie et le Qatar, cette coalition n'a de syrien qu'une frange d'islamistes des plus extrémiste manipulée et téléguidée par les cheikhs de la réaction depuis Doha et Riyad. Frères musulmans rêvant de restaurer le califat, salafistes jihadistes assoiffés de sang qui sente de près ou de loin la "mécréance" et activistes d'Al-Qaïda dont l'idéal est de talibaniser ce qu'on appelle pays du Printemps arabe: voila le noyau pur de ces groupes armés. Leurs recrues, contrairement à ce que la propagande des pays du Golfe propage, ne sont pas syriennes. Elles viennent certes de nombreux pays musulmans, arborent certes la bannière intégriste wahabiste, revendiquent certes l'Internationale islamiste, mais ne jouissent d'aucun soutien réel à l'intérieur du pays, et ne sont pas tout aussi intègres ni vouées au seul "martyr désintéressé" sur la voie d'Allah, comme le disent si pompeusement les tartuffes et cheiks de palais voués à leur jihad. En témoigne, outre les reportages de nombreux journalistes et militants de grande renommée occidentaux(1), ce document filtré du ministère de l'intérieur saoudien, ci-dessous traduit(2).

Monsieur le Président,
La France dont vous incarnez la plus haute instance ne peut à ce point être inconséquente avec l'idéal socialiste que vous revendiquez, pour lequel vous avez été élu et que vous êtes censé défendre. Bachar Al-Assad n'est sans doute pas ce qu'il y a de mieux en Syrie pour servir la démocratie. Mais permettez-moi de vous rappeler que c'est un socialiste, et un socialiste convaincu, n'en déplaise à ses détracteurs. C'est un progressiste qui partage avec vous l'essentiel des valeurs humaines éclairées et laïques. C'est un chef qui incarne pour ses partisans en Syrie comme dans l'ensemble des pays arabes  l'essentiel du credo socialiste.
A moins que le socialisme et la laïcité ne soient devenus dans le discours politique français que de vulgaires oripeaux populistes, des formules incantatoires -sans plus- dans la bouche de ceux qui se revendiquent de Jaurès, excusez-moi, Monsieur le Président, mais je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre votre Excellence et leurs Éminences et Majestés les émirs et rois des sables et du pétrole ligués contre la Syrie et son peuple. Je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre ceux qui revendiquent les Lumières et ceux qui se battent pour l'obscurantisme. Je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre les défenseurs de la République et les hordes de la barbarie. Y a-t-il, à votre sens, plus de démocratie, plus de liberté, plus de respect des droits de l'homme à Doha(3) ou à Riyad(4) pour que la France s'engage dans cette sale bataille dont les seuls bénéficiaires ne sont, hélas, que les ennemis jurés du progrès et de la démocratie? 

Monsieur le Président,

En vous alignant du côté des commanditaires réactionnaires de ce complot anti-syrien, vous avez peut-être voulu ménager en priorité les intérêts économiques de la France. Le pétrole et les pétrodollars qui ont corrompu une bonne partie du monde arabo-musulman, qui ont permis aux théocrates -jusqu'à preuve du contraire- de confisquer le Printemps arabe, ne peuvent laisser indifférent les lobbys français, héritiers de l'Empire colonial. Ni un chef d'Etat dans un contexte comme le vôtre, appelé à prendre les mesures nécessaires pour renflouer les caisses de l’État.  L'argent n'a pas d'odeur, je vous le concèderais volontiers. Mais le socialisme a la sienne. Et celle-ci, sauf respect de votre Excellence, risque de pâtir énormément de ce que les amis de la France appellent à bon droit opportunisme et mercantilisme socialistes.

A bon entendeur salamalec!

A. Amri
15.12.2012






2- Document traduit par moi-même, émis du ministère de l'intérieur saoudien:
 
Royaume d’Arabie Saoudite                                           N° 1466/1/
Ministère de l’Intérieur                                                   Pièces jointes :
Pour suivi                                                                          Date : 25/05/1433   (Trad. 17/04/2012)

                                                     Top secret

Au vénérable Général Saoud Athounian, que Dieu l’assure de Sa protection
Bureau Secret du Ministère de l’Intérieur


Que la paix soit sur ​​vous, ainsi que la miséricorde de Dieu et Sa bénédiction !
En référence au télégramme de l’Office Royal n° 112 et datant du 19.04.1433 de l’hégire (Trad. 10 mars 2012), lequel évoque les individus en état d’arrestation détenus dans les prisons du royaume et accusés de crimes que la charia punit par décapitation à l’épée, nous vous informons que nous avons pris contact avec des accusés jugés coupables de trafic de drogue, de meurtre et de viol, appartenant aux nationalités suivantes :
105 Yéminites, 21 Palestiniens, 212 Saoudiens, 96 Soudanais, 254 Syriens, 82 Jordaniens, 68 Somaliens, 32 Afghans, 194 Egyptiens, 203 Pakistanais, 23 Irakiens et 44 Koweitiens.

Il a été convenu avec eux de les exempter de l’application du châtiment que prévoit la charia et d’allouer des pensions mensuelles à leurs familles auxquelles il sera interdit de quitter l’Arabie, en échange de leurs réhabilitation et entraînement en vue d’être expédiés en jihad vers la Syrie.

Veuillez agréer mes salutations,

                                                                         Directeur du suivi au Ministère de l’Intérieur
                                                                                  Abdallah Ben Ali Rmizan



Dont :
 -copie à Son Excellence le Président de la Commission pour la Promotion de la Vertu
Et la Prévention du vice ;
- copie aux Renseignements Généraux
.




3- Quel bel exemple de soutien aux peuples révoltés contre les dictatures qui les gouvernent que celui donné par Qatar qui, le 29 novembre dernier, a condamné à perpétuité   le poète Mohamed Al Ajami, alors que celui-ci a rendu hommage à la révolution tunisienne et exprimé le souhait de voir le changement toucher d’autres pays arabes, dont Qatar!


4- Sur l'instigation de ces "défenseurs" acharnés du peuple syrien, parce qu'elle vouait une haine (que ses détracteurs qualifient de laïque) à l'obscurantisme wahabiste qui défigure l'homme, rogne les ailes de son esprit et,  haïssant par instinct la beauté sous toutes ses formes, étouffe en lui la moindre vibration artistique, Balkis Al-Moulhem, jeune poétesse et enseignante saoudienne de 35 ans, a été tuée au mois de septembre dernier en Arabie.








 
_________________ Par le même auteur au sujet de la politique française:

A mon camarade Nicolas, Son Excellence Sarkosy








 

lundi 10 décembre 2012

لا رحم الله عامر ولا برّد ثراه


  
 لا يكره الغنانشة شيئا قدر كرههم لعامر، ولا يرد لهذا الإسم ذكر في غنوش أو في أي مكان آخر وعلى مسمع من غنوشي حر إلا وتلاه صارخا، عفويا، نابعا من الأعماق، هذا الدعاء الحار: الله لا يرحمه ولا يبرّد ثراه!.. وقد نستغرب هذا الحقد الجماعي على عامر لو كنا ممن لايعرف الجهة  وسرالغنانشة مع صاحب الإسم المذكور ويتضاعف بالتالي استغرابنا دون أدنى شك حين نكتشف أن عامر هو في الواقع جد الغنانشة الأول .. لكن حين نقف على سر الحقد الدفين الذي أورثه الجد لسلالته لا نملك غير مجاراة السلالة في هذا "البِرّ" الطريف الذي لا مثيل له بالدم والأجداد.. فنردد معهم باللسان إن لم يكن بالقلب واللسان معا: لا رحم الله عامر ولا برّد ثراه!..

حسب الأسطورة الشعبية التي يتداولها عامة الناس في قابس، عامر هذا هو بطريرك هلالي قدم من صعيد مصر ومعه عائلة كبيرة العدد إبان الزحف الهلالي على شمال إفريقيا، في منتصف القرن الحادي عشرمسيحي. وقد يكون خاض معارك شرسة في إطار السيرة الهلالية تحت راية أبي زيد وضد بنى قابس تحديدا بزعامة خليفة الزناتي. ولكنه اضطر في وقت ما، ذات خريف،  للهروب بما تبقى من أهله على متن قارب صيد، ورغم أن المسافة التي قطعها بحرا لا تتجاوز إلا بعض الأميال فإنه عانى الأمرين نتيجة العواصف أو جهله ومن معه بقيادة القوارب، بحيث أنه لما بلغ اليابسة وأرسى بالمكان الذي يحمل اليوم اسم غنوش لم يكن يتبادر لذهنه أن الأعداء الذين حاربهم بالأمس وفر من شرهم لا يفصله عنهم سوى بضع الكيلومترات..
لكن عامر وأهله هللوا وتعالت الزغاريد طويلا من حناجر النساء  لما وطأت أقدامهم الأرض الميمونة. فقد كانوا جياعا وعطاشى ومنهكين جراء ما لاقوه من مصاعب في البحر ولذا فإن سعادتهم ببلوغ اليابسة كانت أكبر من أي حساب آخر، سيما وأن الأرض التي حلوا بها كانت عامرة بالنخيل المثقل بعراجين التمر وبها عين ماء جارية وكل ما فيها يوحي بالأنس والحبور..أكلوا وشربوا ونصبوا خيامهم قبالة الشاطئ الجميل، ومع حلول الليل وطلوع القمر ارتفع صوت منهم  بالغناء..وكان الصوت جهوريا، ساحرا، والغناء شجيا لا مثيل له، لدرجة ان سكان الأحواز القريبة من شمامة وشطوطة ومطاوى طربوا له أيما طرب ومنهم من تتبع منبع الصوت مشيا على الأقدام ليصل حيث نصب عامر وأهله خيامهم حتى يتمتع على عين المكان بالغناء الصعيدي الذي وإن لم يكن مألوفا بالجهة فقد بدا في غاية السحر والجمال.
اسم غنوش حسب الأسطورة  جاء من سؤال تردد كثيرا بين القوابسية بعد هذه المناسبة الطريفة: غنوا ولاّ لا؟ وكان الجواب في كل مرة: ماغنوش! ثم مختصرا: غنوش..
أي سر لهذا الصوت الذي افتتن به كل من سمعه في تلك الليلة ثم خمد بعدها للأبد؟
لا رحم الله عامر ولا برّد ثراه!..
الأرجح للظن أنه هو الذي أخرس الصوت الذي طرب له البعيد والقريب ذات ليلة خريفية مقمرة من منتصف القرن الحادي عشر!.. وهذا غير مستبعد لأن بقية الأسطورة تؤكد أن عامر كان قاسيا، غليظ القلب، فضّا، ويندر ان يكون لفضاضته مع ذويه مثيل..

ناهيك أن بعض الروايات تقول أن لا غنوش ولا أحوازها ولا جهة قابس عموما أمطرت سماؤها طوال ما تبقى من عمر عامر! بل ثمة من يقول أن الماء في قابس فسد ليومنا هذا مذ استوطن عامر غنوش وقيل أيضا أن الحليب شح في ضرع الماعز والنوق والبقرلما لا يقل عن سبع عجاف..بل ثمة من يضيف  أن اللاقمي نفسه،  طوال المدة المذكورة، أصبح في طعمه ولونه ورائحته كبول البعير!..
ثم جاء عام -قيل أن عامر مات في نهاية صيفه-  بعد سنوات القحط الطويلة، امطرت سماء غنوش بغزارة، وعاد للاقمي قابس فوحه الأصيل واللون والطعم..ودر بعد الشح بالحليب الضرع..البعض قال: لن يعمر عامربعد هذا الغيث والخير..وفي الواقع، لم يبق لعامر غير الحقبة الكافية لتخصيب اللعنة التي ستلاحقه من نسله ليوم الدين..يحكى أنه نادى أحفاده عقب الغيث وأعطاهم كمية كبيرة من القمح والشعيرقائلا: احرثوا وازرعوا حتى تحصدوا وتدرسوا يا أبناء عامر!..
ليت عامر اكتفى بنصف الأمر ووفر على روحه الدعاء المنكور نتيجة النصف الثاني من أمره..لأن الغنانشة وإن كانوا يحبون الفلاح والفلاحة، وإحقاقا للحق هم من أطيب الناس في جهة قابس وأكثرهم حبا للعمل، لا يكرهون الترويح عن النفس ولو لساعة، سيما وأن دمع النخيل استرد في موطنهم كما لدى الجيران الفوح والطعم واللون..يروى أنهم قتلوا نخلة قبل الحرث بأيام قليلة وكانت مدرارا من فصيل البوحطم أو الذكار..وأذاقوا منها كأسا "امتفحة" لجدهم البطريرك فاستحسن عطرها وطعمها ولونها وأثرها على النفس والفؤاد.. وأوصاهم بها خيرا للأحفاد .. ولما خرجوا للحرث اشتاقوا للغناء الشجي الذي حرموا منه لسنوات عدة وصمموا على التحلل من تحريمه بعون الله ودمع النخل الميت!..
شرب أحفاد عامر وغنوا صعيديا شجيا كما لم يغن من قبل أحد..وطلبوا "كَمْيَةً" فلم يجدوا من طعام غير الحبوب المعدة للزرع فقاموا بشيها على النار وأكلها على آخر حبة، ولسان حالهم يقول: اليوم خمريا عامر وغدا أمر!..

ذهب الخريف وتلاه الشتاء وانبتت كل الأراضي المجاورة لغنوش زرعا اخضرّ وطال تسرّ لناظره العيون.. إلا أرض عامر وسلالته..فقد أنبتت شوكا ولا شيء سواه..والأكيد أن عامر بلغه ما قام به أحفاده أيام الزرع وعزم في قرارة نفسه ألا يترك هذه الدنيا إلا وصيته خالد خلود غنوش .. لذلك حبس غيضه في صدره وانتظر حتى حلول موسم الحصاد لينتقم من أحفاده شر انتقام.. إذ ناداهم  وقال لهم: احصدوا مازرعتم يا أبنائي..قيل: أنحصد الشوك يا جد؟ قال: بأيديكم، أحفادي، لا بالمناجل.. وحفاة بالأقدام ادرسوه!..
ولم يكن للغنانشة  من خيار سوى تنفيذ الأمر لأن أمر الجد البطريرك لا يحتمل العصيان أو النقاش..
تلك سيرة عامر مع سلالته، 
لا رحم الله  عامر ولا برّد ثراه!


قد يعارضني البعض بالقول: أخي، اتق الله فيما تقول، فعامر ليس بجدك حتى تنضم لصف لاعنيه!

أقول: بل هو جدي وجدكم، أبناء الزيت والزيتون!..ألم يورثكم حفيدا جعل من بلادكم وبلاد المسلمين قاطبة مزرعة للشوك؟ 
لا رحم الله عامر ولا برّد ثراه!..
 
               
                   

mardi 9 octobre 2012

Balkis Al-Moulhem, 35 ans, saoudienne, enseignait et écrivait

Un an après la publication de cet article fondé sur une information diffusée sur plusieurs pages web d'expression arabe, l'auteur de ce blog découvre que l'assassinat de Balkis Melhem a été démenti par l'écrivaine saoudienne elle-même. Autant l'auteur se réjouit d'apprendre le démenti, autant il regrette d'avoir relayé une intox. Merci aux amis du site http://www.debunkersdehoax.org/ d'avoir rétabli la vérité à ce propos.


Quand ses mots parvenaient à semer les cerbères de la censure en Arabie (1), c'était comme des gerbes d'étincelles lacérant le ciel, des foyers de feu transperçant au fur et à mesure de leur propagation la nuit wahabo-saoudienne. Sans le bâillon et les murs bétonnés de la censure, ç'aurait été un feu de Bengale irradiant jusque sur les zones les plus reculées d'Arabie. Poétesse, romancière et nouvelliste plus connue au delà des frontières qu'à l'intérieur de son pays, Balkis était un peu à l'image de sa compatriote Samar Al-Mokran, une plume féminine d'exception dans la société la plus phallocrate et rétrograde au monde. Ces deux femmes n'auraient écrit que pour tenter d'exorciser les ténèbres et leurs démons dans leur pays, criant d'une seule voix à la face aveugle de la nuit et mettant à nu ceux qui entretiennent et soutiennent contre lumière et raison la compacité de telle nuit. Réfractaire au dogme irrationnel, Balkis Al-Moulhem vouait une haine (que ses détracteurs qualifient de laïque) à l'obscurantisme wahabiste qui défigure l'homme, rogne les ailes de son esprit et,  haïssant par instinct la beauté sous toutes ses formes, étouffe en lui la moindre vibration artistique, toute capacité créatrice. Féministe ardue mais aussi plume et conscience engagées du côté des damnés de la terre en péninsule arabe, Balkis aurait pu nous interpeller longtemps encore par la justesse de sa verve, nous émerveiller autant par son inépuisable voix de Shéhérazade ressuscitant pour notre incurable mal de monstres phallocrates les indéniables vertus curatives des Mille et une nuits.

Mais ce serait compter sans l’œil et les crocs irascibles des cerbères de la nuit, ce serait compter sans la haine mortelle que lui vouaient les chameaux de l'obscurantisme wahabo-saoudien.

Il y a longtemps que Balkis Al-Moulhem était vouée au bûcher. Et elle le savait. Depuis qu'elle a commis le blasphème innomé d'être femme et de ne pas se taire, elle savait que ceux qui font la loi dans son pays et, depuis quelque temps, dans l'ensemble des pays arabes, ne lui pardonneraient pas ce qu'ils appellent "blasphème", "hérésie", "dévergondage". Son dernier péché capital qui s'appelle "incitation à la tolérance" semble avoir été la goutte qui a fait déborder le verre. Balkis a osé écrire, n'en déplaise à Allah, que les chiites valent bien les sunnites, que les chrétiens ne sont pas des êtres impurs, que la sensibilité à l'art n'a rien de satanique. Et comble du délire impie, elle a soutenu que fêter un anniversaire ne provoque pas le courroux d'Allah!

Une telle "mécréante" méritait à bon droit le bûcher.
Et on l'y a jetée, la mécréante! Personne ne sait encore comment, néanmoins, il semble que Balkis Al-Moulhem a été immolée d'abord par son mari qui l'a répudiée alors même qu'il a d'elle cinq enfants. Le mari a dû subir les retombées de "l'inconduite" de sa femme pour en arriver là. Et qui sait? peut-être qu'incapable d'assumer lui-même ses responsabilités, se serait-il  désisté de son devoir d'honneur en faveur de ses beaux-frères. Quoi qu'il en soit, Balkis replacée sous la tutelle de ses parents, au lieu d'être soutenue dans sa rude épreuve, c'est le coup de grâce qu'on lui donnerait bientôt. Selon les premiers éléments filtrés de l'enquête, ce sont ses propres frères, deux ultra-salafistes, qui l'ont tuée, convaincus que leur sœur a commis l'irréparable et méritant en conséquence un tel châtiment. Après l'avoir tuée, les deux frères ont réussi à obtenir un certificat  médical attestant d'un décès naturel. Leur forfait aurait pu rester dissimulé, mais les soupçons de l'un des enfants de la victime, mettant en cause l'authenticité du certificat médical, ont donné à l'affaire une autre tournure. L'ouverture d'une enquête a permis d'établir le faux et usage de faux et les accusés ont été écroués en conséquence.

Gageons que, condamnés ou blanchis par la justice saoudienne, aux yeux de leurs pairs et frères salafistes ces deux hommes ne risquent pas d'être traités de monstrueux fratricides. Ils n'auraient fait qu'accomplir le devoir louable qui est le leur.

Balkis en Arabie, Mériem en Tunisie(2), deux sœurs crucifiées sur l'autel de l'obscurantisme, deux soeurs dont le martyre nous interpelle de vive voix.

Ci-dessous un extrait du dernier article écrit par Balkis Al-moulhem, censuré par la presse saoudienne.

"Mes écrits sont censurés en Arabie.
A l'école, on nous a appris que celui qui ne fait pas la prière en congrégation dans la mosquée est un hypocrite. Mon père était l'un de ces "hypocrites".
Que les fumeurs sont des coquins. Mon frère Mohamed en était un.
Que celui qui laisse traîner son habit se fait tailler un morceau de l'enfer. Mon frère Tarek était voué par excellence à l'enfer.
Que le beau visage de ma mère est une tentation. Mais personne ne ressemble à ma mère.
Que ma soeur Mériem qui se délecte à la voix de Abdelhalim se fera assurément verser du feu liquifié dans les oreilles! j'oubliais de dire que cette sœur aime -au sens littéral- Abdelhalim. Serait-t-elle jetée dans la même fournaise que le chanteur? Je pense que leur sentence ira bien dans ce sens-là.
Que mon université mixte est un repaire de prostitution. Nonobstant le plus noble métier qu'elle m'a enseigné, la médecine.

Que moi qui ne pipe mot pour la promotion de la vertu et la prévention du vice je suis tout aussi coupable que le vicieux et vouée au même châtiment que le pécheur!
Que mon amie Salwa qui m'a invitée à la fête de son anniversaire est de l'engeance du diable.
Que notre femme de ménage, chrétienne, est impure.
Que ma collègue chiite est plus maligne que les juifs.
Que mon oncle maternel cultivé est un laïque. 
Et mon oncle paternel mordu de films égyptiens un cocu! ..."

Balkis Al-Moulhem - Traduction A. Amri

1-  Balkis Al-Moulhem a publié un roman (Incendie des Royaumes désirés), un recueil de nouvelles (La veuve de Zeriab) et de nombreux poèmes et articles littéraires dans des revues libanaises et sur des pages électroniques.

2- Portant plainte contre deux agents de police qui l'avaient violée dans la nuit du 3 au 4 septembre 2012,  Meriem se retrouvera accusée le lendemain d’attentat à la pudeur.



A. Amri
09.10.12

lundi 20 août 2012

La liberté d’expression et la responsabilité de l’intellectuel musulman

Par le Professeur Mohamed Talbi*
Traduit de l’Arabe par Ahmed Manaï **
Source : Al-Hayat, Mars 1999.


Mohamed Talbi par Amina Bettaieb
Triste condition que celle de la pensée, entre autres questions humaines pâtissant de l'absence de liberté, dans le monde musulman. "Quand la vérité n'est pas libre, affirme Prévert, la liberté n'est pas vraie". Et l'intellectuel musulman d'aujourd'hui est des mieux placés pour mesurer la justesse de cette sentence chez lui. Faute de libertés de pensée et d'expression, faute de liberté tout court, celle-ci étant ou totalement confisquée par les pouvoirs politique et religieux ou extrêmement rationnée et rançonnée,  l'intellectuel musulman n'a d'autre alternative que d'être une volaille de basse-cour, c'est-à-dire ne pas ETRE, ou s'exposer à devenir agneau de sacrifice pour tenter d'ETRE.

Ce cruel dilemme auquel l'intellectuel musulman est confronté et le moyen d'en sortir, Mohamed Talbi, ci-dessous traduit par Ahmed Manaï (l'un et l'autre intellectuels et résistants de plume tunisiens) en rend compte dans un article publié il y a plus de 13 ans et demeurant toujours d'actualité.

Dans le monde arabo-musulman, les volailles de basse-cour, consentantes, existent déjà et prospèrent depuis belle lurette. Les agneaux de sacrifice quant à eux, les martyrs de la pensée susceptibles de changer un jour la donne, existent aussi depuis la nuit des temps. Mais pas assez, ne prospérant pas encore à ce qu'il semble, en comparaison des volailles assurant l'essentiel de notre ponte culturelle. Or, si paradoxal et cruel que cela puisse paraître, le salut de la pensée arabo-musulmane réside justement dans  la prospérité des agneaux de sacrifice! Toute entreprise visant à mettre fin à ce système de production culturelle émasculé et domestiqué par le pouvoir de nos tyrans passe inéluctablement par cette voie.
C'est ce que prône à travers son article-manifeste Mohamed Talbi, lui-même tête d'agneau dans son pays, cible de tant d'anathèmes pour avoir refusé de vieille date de se résigner à la condition d'une volaille de basse-cour.
En 1733, s'élevant contre la censure qui, sous l'Ancien Régime, rognait leurs ailes aux philosophes des Lumières, Voltaire écrivait à un premier commis: "ne faites pas des volailles de basse-cour de ceux qui, en prenant l'essor, pourraient devenir des aigles[...] S'il y avait eu une inquisition littéraire  à Rome,  nous n'aurions aujourd'hui ni Horace, ni Juvenal ni les œuvres philosophiques de Cicéron. Si Milton, Dreyden, Pope et Locke n'avaient pas été libres, l'Angleterre n'aurait eu ni poètes ni philosophes..."
Le triomphe des Lumières en Europe fut avant tout l’œuvre d'auteurs courageux, libres, ayant assumé à leur époque leur responsabilité historique. La Révolution de 1789 et les révolutions postérieures, en même temps qu'elles furent le prolongement de l’œuvre philosophique éclairée, ont sacré les libertés et les valeurs démocratiques qui, du 18e à ce jour, président au développement du génie créateur occidental et à la puissance géo-politique des continents placés sous tel génie.

Dans son article-manifeste, Mohamed Talbi n'interpelle pas (ou plus) directement les autorités qui censurent et persécutent l'intellectuel musulman, et pour cause! Il semblerait qu'il n'y a plus rien à espérer de ce côté-là, toute voix sage étant inaudible sur ce versant sud de la Méditerranée. Le pouvoir, profane ou divin, est fait pour durer. Et pour durer, l'on a besoin de troupeaux de "bourricots", dociles et soumis, sans plus. L'intellectuel étant suspect dès qu'il pense à rebours des orthodoxies politique et religieuse,  son existence n'est tolérée qu'à la condition de servir une culture stérilisée, aseptisée contre toute forme de subversion, toute menace mettant en cause l'idéologie dominante et la doxa politique qui l'appuie et en tire en même temps sa légitimité. Bref, l'intellectuel n'est autorisé à fertiliser la culture dans le monde musulman que.. émasculé! Qu'il bande sa plume ou tout autre organe fécondateur pour déroger à cette règle, et les ministres de Dieu sur terre feraient vite d'un tel égaré leur agneau de sacrifice.

Cette triste métaphore de l'agneau n'est pas une simple figure de rhétorique arabo-musulmane, comme d'aucuns pourraient le croire. En l'an 737, en Irak, Jâad Ibnou Derham a été élu pour l'illustrer par sa chair et son sang versé, à l'heure même où, répartis sur l'ensemble de l'empire omeyyade,  des millions de musulmans égorgeaient le mouton de l'Aïd.
Mais voulant juste introduire cet article-manifeste, je m'aperçois que j'ai trop temporisé la voix de l'auteur et de son traducteur. Alors, sans plus tarder, je vous laisse découvrir ce manifeste pour le jihad d'agneau!
A. Amri


De gré ou de force, nous sommes entrés de plein pied dans la mondialisation. Mais qui sommes-nous, quelle place nous y tenons et produisons-nous vraiment le savoir? Manifestement, notre contribution y est à peine perceptible si elle n’est pas tout à fait nulle.
Le romancier Algérien contemporain d’expression française Habib Tengour a publié récemment un roman intitulé “ Les gens de Masta ”, où il décrit le drame de ce village algérien dans cette guerre civile qui continue de faire couler tant de sang d’innocents. Il s’y demande pourquoi le monde arabe ne compte pas aujourd’hui un seul penseur de stature internationale, alors que les Juifs, qui n’ont pas de tapis volants, ni connu le luxe maladif des Abbassides, imposent leur respect au monde entier. Et notre auteur de s’exclamer: mais ne sont-ils donc pas malgré tout nos cousins?


Nous, les émasculés de la culture
Ce sont assurément nos cousins ; bien plus encore nos frères, par l’Egyptienne Hajer, rivale de Sarrah, toutes deux épouses de notre patriarche commun Abraham. Avec néanmoins cette différence notable: la pensée juive est libre, majeure, prolifique alors que la pensée arabe est mineure, asservie, sinon esclave et, en tout cas, émasculée et stérile, ne produisant nullement la culture ou si peu. Il suffit que le penseur arabe brise les chaînes de sa servitude, de l’interdit et de l’humiliation qui le stérilisent dans sa patrie, fuie son pays et s’exile en Occident pour qu’il donne aussitôt la mesure de ses talents et de sa créativité. Telle est en gros notre situation, sans aucune exagération ni démesure.
Cette situation est brillamment illustrée par l’actualité du jour, non pas du jour du jugement dernier où nous rendrons compte devant l’Eternel des préjudices que nous faisons subir à notre foi, notre nation et nos patries, mais du jour d’aujourd’hui. L’illustration est dans les informations que nous débitent nos médias, sans honte ni même la moindre retenue et même avec tout le sérieux des professionnels de l’information chez nous où l’on nous traite pour moins que des bourricots. Elle est aussi dans les médias étrangers dont le ton sarcastique n’épargne aucun de nous. Il s’agit de la campagne électorale menée conjointement dans deux pays voisins. Le premier, de haute tradition arabe et qui a porté très haut l’étendard de notre gloire passée et le second, de création récente mais qui a ravivé celle de nos cousins et néanmoins adversaires du moment. Dans le premier pays, le président a remporté l’élection pour un cinquième septennat, avec un score de 99,98%. Un score monumental digne des géants ! Le citoyen arabe ne doit surtout pas douter de l’honnêteté, de la transparence, du sérieux et de l’authenticité du score, sinon c’est l’accusation de diffamation à coup sûr, que nos lois “ justes, équitables, tolérantes et bien sûr respectueuses des droits de l’homme, notamment ceux relatifs à l’intégrité physique ”sanctionnent sévèrement. Et l’on nous rabâche en permanence et avec une fierté non feinte “ qu’en ce domaine, nous n’avons de leçon à recevoir de personne et surtout pas de l’étranger ”.
Que l’on compare avec ce qui se passe dans le pays voisin, celui de nos cousins, qui, selon l’expression de notre romancier algérien ont “ imposé leur respect au monde entier ”. Personne n’est dupe. Tout le monde, les laudateurs et les démissionnaires compris, aura saisi la différence entre nos cousins, parés d’un immense respect et nous autres arabes. Nous leur sommes pourtant supérieurs en nombre et certains d’entre nous, qui ne parviennent pas à la cheville de leur immense sérieux, les écrasent par leur luxe et les inondent d’insultes.
C’est à cette situation que conduisent la stérilisation des idées, le musellement de l’expression et le bannissement des libertés.

Nos peuples sont conduits comme des troupeaux. Ils se prononcent toujours avec cette unanimité
que traduisent, sans la moindre honte ni même un semblant de pudeur, les scores électoraux surréalistes. Pour pouvoir accéder et mériter son statut de patriote modèle, le citoyen est délesté de sa raison. C’est la voix de son maître!
Pauvre Bill Clinton. Ses scores électoraux, comparés à ceux annoncés et fêtés à Damas pour nos géants, font de lui un pauvre nain. Et l’on ne trouve pas mieux que de le juger pour un écart aux bonnes mœurs, insignifiant dans les sociétés occidentales et qui n’intéresserait en fin de compte que sa propre femme. C’est là un indice fort pour tester la force et la valeur des peuples. Les peuples d’Occident ne sont pas des troupeaux de bourricots. Ils ne sont pas conduits comme tels et le président d’un pays occidental ne veut pas être le chef d’un troupeau de bourricots.
Le monde daté du 12 / 2/ 99, compare les élections en Israël et en Syrie et qualifie cette dernière de Carnaval. Nous nous sommes donnés en spectacle au monde et devenus sa risée, ce que nous méritons amplement, comme le dit si bien le poète tunisien Chedly khaznadar:
Ne dis pas que la danse est indigne,
Danse plutôt et tu es assuré du succès
Nous sommes bien dans un Carnaval
A une époque de Karakouz.***
Notre intellectuel est entre deux choix : danser avec les loups ou, s’il le refuse et s’entête à s’exprimer, subir la prison, la torture et même la mort. Nos régimes répriment les manifestations de rue par l’artillerie lourde (Hama en Syrie), et les résistances par les bombardements aux gaz toxiques(Les Kurdes d’Irak). C’est pour les utiliser contre les révoltes populaires, l’ennemi permanent, que l’on acquiert et stocke tous ces arsenaux militaires. Il est inconcevable que toutes ces armes soient utilisées un jour contre un tiers. Les auteurs d’un tel sacrilège le paieraient cher et même très cher.
Ainsi donc l’intellectuel est entre deux choix : celui de baisser les bras et de se laisser aller derrière le premier putschiste ou contre- putschiste, ou bien, la violence, le terrorisme et la guerre civile. Le peuple algérien s’est retrouvé dans ce cas.
Il y a cependant un autre choix : celui de porter la résistance à l’étranger.
Non pas dans un pays arabe, leurs régimes, malgré leurs inimitiés, sont solidaires entre eux et contre leurs peuples, mais à Paris, Londres (devenue la capitale des journaux et des chaînes télévisées arabes) et Washington, c’est-à-dire auprès des Etats qui nous sont collectivement hostiles et qui, en même temps, protègent nos régimes tant qu’ils leur sont fidèles, se plient à leurs injonctions et veillent à leurs intérêts. Il suffit que l’un de ces régimes hausse le ton et dépasse les limites du tolérable pour que ses anciens protecteurs foncent sur lui comme un seul homme avec force et détermination. C’est ce qui s’est produit avec l’Irak. Le régime irakien a réussi à asservir son peuple et à l’engager, contre ses voisins musulmans, dans une guerre de 8 ans qui a fait plus d’un million de victimes. L’Occident qui chantait la prétendue laïcité éclairée de l’Irak l’avait encouragé et soutenu militairement dans cette entreprise pour combattre “ la théocratie chiite, obscurantiste, islamique, barbue, au Tchador noir ” selon les termes des journalistes occidentaux. Le régime irakien avait auparavant utilisé le gaz contre les Kurdes, sans que cela provoque l’émotion de ces mêmes journalistes. Mais quand ce régime a dépassé les frontières pétrolières, il provoqua la réaction violente et démesurée de l’Occident qui se souvint que ce régime possédait des armes interdites dont il devrait être privé. Il ne les possédait pas tant qu’il les utilisait contre son propre peuple.
Dans tous les cas de figure, les peuples privés de liberté et conduits comme des troupeaux de bourricots sont victimes, à la fois de leurs régimes et des pays occidentaux qui protègent ces régimes, tant que ces derniers répriment leurs peuples. C’est la position de l’esclave et nous sommes tous dans cette situation.
Ainsi, quand les intellectuels et autres mouvements de résistance n’en peuvent plus d’être pris à la gorge, que leurs leaders sont jugés dans des parodies de justice et condamnés, parfois à la peine de mort, il ne reste que l’exil pour sauver la peau et les idées! Mais où fuir ? Il est généralement impossible que ce soit dans un pays arabe ou musulman, tant les régimes sont solidaires entre eux pour écraser toute liberté. Dans un tel cas de détresse, pour les idées et les hommes qui les portent, l'issue est de partir vers l’Occident, celui-là même qui protège nos régimes autoritaires et répressifs, ferme les yeux sur les crimes qu’ils commettent à l’endroit de l’homme et ses droits à la liberté de pensée et d’expression, à l’endroit de la libre pensée et à l’endroit des combattants pour cette liberté et pour toutes les autres libertés!
Quelle contradiction! Mais la contradiction n’est qu’apparente. L’Occident se trouve pris entre deux fidélités : une fidélité sincère aux valeurs pour lesquelles il a arrosé sa terre du sang de ses enfants et qu’il ne peut récuser au plan du principe et de l’action, et puis une fidélité obligée à ses intérêts. Toute sa démarche s’inscrit dans une tentative permanente de concilier ces deux fidélités.
Ainsi il soutient les régimes qui protègent ses intérêts et ce serait faire preuve d’un excès d’idéalisme que de lui en vouloir. Les choses sont ainsi faites, et s’il nous reste des soupçons de réalisme et de rationalisme, nous devons tenir compte de cette réalité.
Mais l’Occident protège aussi sincèrement la liberté de conscience et d’expression et les droits de l’homme, et ce conformément à ses valeurs essentielles. Il héberge et protège le flux des demandeurs d’asile de toute provenance et principalement de notre espace arabo-musulman. Il convient de remarquer que ce flux, en provenance de partout et notamment de nos pays, a pour seule et unique destination l’Occident. Aucun mouvement de population de même nature ne vient chez nous. Cela se passe de commentaire!
L’Occident réserve des villes refuges pour héberger ceux qui fuient l’oppression et la censure des idées dans leurs pays ; et le fait que nombre d’entre eux soient originaires de nos contrées ne semble guère gêner nos régimes tyranniques. Il faudra sûrement davantage pour qu’ils en aient honte. Cela n’empêche pas non plus certains de nos ingrats de maudire l’Occident. Ainsi, nos régimes tyranniques autant que nos intellectuels profitent, chacun à sa façon, des bienfaits et de la protection de l’Occident ; et tous, bien qu’à sa charge, le maudissent d’une seule voix. Nous sommes tous, régimes oppresseurs et peuples opprimés, otages de l’Occident et sous sa coupe. C’est le tragique dilemme que nos sages, s’ils existent, devraient méditer.
Faisons le point sur la situation en Tunisie :
Notre législation est excellente et devrait faire notre fierté puisque tout le monde, y compris l’Occident, nous l’envierait. C’est du moins ce que ne cessent de répéter tous nos médias, lesquels sont bien sûr, entre les mains et sous le contrôle d’une autorité qui suspecte les tenants et les aboutissants de chaque parole prononcée. Il en serait de même de notre situation économique, relativement satisfaisante par rapport à notre environnement régional.
Notre situation culturelle par contre, déjà catastrophique, est dans un état de coma avancé. Ainsi la loi sur les associations conditionne la création de toute association par une autorisation préalable, laquelle n’est accordée qu’aux non-suspects. Or tout intellectuel indépendant et libre est, jusqu’à preuve du contraire, un suspect en puissance. Quand il lui arrive de soumettre aux services compétents un dossier en vue de fonder une revue, il n’obtient aucun reçu susceptible de prouver, au besoin, l’accomplissement de cette démarche et, ne possédant ainsi aucune preuve matérielle, il ne peut réclamer et encore moins attendre une notification de refus, puisque ce serait contraire à la liberté d’expression. Réputés par notre longue tradition dans la confection des livres de jurisprudence appelés “ les livres des ruses ”, nous appelons cela la liberté de la presse et de l’édition. C’est justement ce qui nous est arrivé quand, avec dix collègues, tous universitaires de renom, avions sollicité l’autorisation de fonder une revue qui s’occuperait de la reconstruction de la pensée musulmane. C’était il y a dix ans et la revue n’est toujours pas née.
Nous pouvons affirmer sans la moindre exagération que le statut de l’intellectuel tunisien est en tout point identique à celui du mineur ou de toute autre personne frappée d’incapacité légale et mise sous tutelle.
Ainsi notre intellectuel ne peut lire un livre, une revue ou un journal interdit d’entrée en Tunisie. Les salons du livre n’exposent que les titres qui ont réussi à passer à travers les filtres fins d’un censeur pour le moins étranger au monde des idées et de l’Université. C’est ce même fonctionnaire qui malmène les intellectuels et les universitaires en amont, à la source de la production intellectuelle et les humilie davantage encore par sa censure et son contrôle en aval, à la diffusion et distribution. Aucun titre ne peut être, sans son accord, publié et diffusé, fût-il celui d’une thèse académique, soutenue et obtenue avec une mention très honorable et à l’unanimité d’un jury de cinq membres, tous reconnus pour leur haut niveau dans leur spécialité.
C’est ce qui m’est arrivé quand j’ai présidé le jury de thèse de doctorat de madame Amal Alkarami sur l’apostasie dans la civilisation musulmane. La publication de la thèse a été bien sûr interdite grâce à l’emploi des fameuses “ ruses théologiques ” héritées de nos ancêtres.
Ainsi, jamais durant ma longue vie je ne me suis senti, à plus de 75 ans, aussi humilié, méprisé et avili que ce jour-là. Celui qui me méprise et m’humilie, bafoue ma dignité et celle de l’Université à laquelle j’ai donné toute ma vie et que j’ai contribué à fonder, est un fonctionnaire que la décence m’interdit de qualifier comme il le mérite. C’est lui pourtant qui impose sa censure à la pensée et à l’université en exerçant un contrôle des sources de la connaissance, de sa production et de sa diffusion. Tel est l’état de la liberté de la pensée et de l’université dans mon pays et ma patrie : la Tunisie (****).
Il n’est pas étonnant dans ces conditions que nos élites quittent le pays et émigrent en Occident où ils sont sûrs de pouvoir penser et s’exprimer librement. C’est là que résident leur salut et leur chance d’échapper à cette entreprise d’abrutissement qui dégrade les idées et réduit les intellectuels à un troupeau de bourricots et qu’un fonctionnaire omnipotent du ministère de l’intérieur conduit à sa guise, n’hésitant pas à les humilier et à bafouer leur dignité.
Qui donc pourrait légitimement en vouloir à l’intellectuel qui se trouve ainsi acculé, pour sauver sa vie et ses idées, à se réfugier en Occident ? Là-bas au moins, il ne sera pas entièrement perdu pour son pays puisqu’il continuera à penser, aider et produire dans un environnement de sérénité et de confiance.
Mais telle n’est pas la bonne solution. La bonne solution, pour tous les intellectuels et les penseurs, est de rester dans le pays pour y mener, chacun selon ses moyens et ses possibilités, la résistance et le combat de l’agneau.

La résistance de l’agneau :
Le jour de la fête du sacrifice “ El I’dha ” de l’an de grâce 120 de l’Hégire/737 J.C, le gouverneur de Waset (Irak), Khaled Elkasri, se fit accompagner à la mosquée de cette ville par Aljâad, un libre-penseur suspecté de manichéisme. Du haut du Minbar, l’Imam- gouverneur commença son prêche par rendre grâce à Allah, Qui, dit-il “ avait choisi Abraham pour compagnon et Moïse pour interlocuteur ” et Aljâad assis au pied du Minbar de lui rétorquer “ Qu’Il n’avait fait ni l’un ni l’autre ”.
A la fin du prêche, le gouverneur intima l’ordre aux fidèles de faire don de leurs sacrifices et déclara que lui-même sacrifiait Aljâad pour sa contestation. Ce qu’il fit séance tenante.
Il serait bon à cet effet, et pour commémorer le nom de ce martyr, que toute association qui se bat pour la liberté d’opinion et d’expression en Islam prenne le nom de Aljâad Ibnou Derham, l’un des grands esprits de son époque et victime d’un délit d’opinion.
La vérité historique est sans doute plus complexe que ne le rapportent nos sources, mais ce qui est certain, c’est que Aljâad n’était ni un partisan inconditionnel ni un panégyriste du Califat Omeyade dont il contestait la légitimité. Aljâad, dont les idées et les convictions religieuses ont servi de prétexte à son exécution, ne fut ni le premier ni le dernier martyr de la liberté de conscience, d’expression et de contestation, mais simplement le plus illustre d’une longue série de martyrs. C’est à eux que correspondrait le mieux l’adage célèbre “ l’encre des savants est plus noble que le sang des martyrs ”.
Nombreux furent les savants dans notre civilisation qui témoignèrent par leurs écrits en faveur de la liberté d’expression. Ce qu’il convient de confirmer à propos d’Aljâad, c’est qu’il a été égorgé publiquement, un jour de fête, sur l’autel du pouvoir, simplement pour avoir exprimé son opinion sur une question de pure métaphysique. Il mérite ainsi de symboliser le martyr de l’idée à l’état pur, par un pouvoir despotique, incapable de souffrir la liberté d’opinion. C’est l’acte saisissant de la tragédie universelle, sans cesse renouvelée, de l’atteinte à la pensée.


Les dégâts de la violence :
Le discours de la violence domine aujourd’hui notre société arabo-musulmane. L’Irak en est le meilleur exemple mais non l’unique. Le pouvoir y a été pris et exercé par la force aux plans interne et externe. La parodie électorale y a atteint des sommets inégalés, de même que l’asservissement des idées et des intellectuels. L’autocensure et la langue de bois (qui deviennent la planche de salut quand la délation organisée se généralise et que tout un chacun se retrouve espionné par son voisin) ont fini par transformer le peuple entier en un troupeau de bourricots. Quand toute issue de secours s’y est fermée et que seules sont demeurées ouvertes les portes des prisons, quand les assassinats collectifs et l’usage des gaz toxiques se sont intensifiés, l’exode collectif fut la dernière issue pour des dizaines de milliers d’irakiens. Cette situation a fini par développer une résistance armée menée de l’étranger. Et comme la protection de l’étranger n’est jamais gratuite, la résistance et ses chefs se sont transformés en otages de leurs protecteurs.
Il y a actuellement sept partis de résistance irakienne à l’étranger dont le plus important, le Conseil de la Révolution Islamique Irakienne, se trouve en Iran à la tête d’une armée de 20 000 combattants. Les USA ont décidé selon « l’Act Irak Liberation », de soutenir ces partis dans l’objectif de libérer l’Irak (3).
On peut imaginer ce qui se passerait si une guerre civile éclatait en Irak. C’est tout l’Orient qui sera profondément secoué.
L’intellectuel arabe a l’urgent devoir d’épargner à sa patrie les secousses de la violence sous toutes ses formes, interne et externe. Cela n’est possible qu’en instaurant les libertés, en renonçant totalement et d’avance à tout recours à la violence, quelles que soient les circonstances.
La violence mène à la contre-violence et toutes deux engendrent une spirale de violence sans fin qui annihile les libertés. Toute victoire sur la violence remportée par la violence conduit à gouverner par la coercition. C’est le cercle vicieux qui ne peut être brisé que par un renoncement définitif et la condamnation de la violence quelle que soit son origine. Ce cercle vicieux ne peut être brisé que par la résistance de l’agneau, symbole de la douceur, de l’innocence et de la paix.
Les mouvements islamistes qui ont recouru à la violence sous le couvert de Jihad ont commis des crimes impardonnables contre l’Islam et le monde arabe. Leur action a causé un préjudice incommensurable à l’islam au plan international dont on ignore comment et quand il pourra être réparé. Ils ont justifié et encouragé la violence et semé dans le bon terreau des esprits simples un terrorisme ravageur qui n’a pas hésité à égorger des enfants, des femmes et des religieux. Ils ont servi d’alibi à l’étranglement des libertés et fourni à tous ceux qui craignaient leurs ravages la justification de leur soutien aux pouvoirs liberticides.
C’est le résultat obtenu par les mouvements islamistes qui ont exercé le terrorisme, ou l’ont simplement encouragé, implicitement, par leur silence complice.
Le Jihad de l’agneau :
Le Jihad de l’agneau n’est pas facile. Signalons dès à présent que ce n’est pas un jihad pour l’islam mais plutôt un jihad pour toutes les libertés de tous les hommes sans distinction de convictions religieuses ou d’opinions politiques. Ce n’est pas non plus un combat politique partisan, étant donné que l’intellectuel qui lutte pour la liberté d’opinion s’engage à laisser à chacun le libre choix de son parti et de son programme.
Le but du Jihad de l’agneau, qui est aussi celui de Ghandi, est de réaliser et de garantir toutes les libertés ainsi que le respect de l’autre dans toute sa différence. Ce Jihad récuse la violence et la contre-violence et enjoint à tous ses adeptes de l’endurer sans réagir et sans opposer la moindre résistance. L’adepte de ce Jihad choisit d’être l’agneau que l’on sacrifie sur l’autel de la liberté d’opinion pour témoigner, à l’instar de Jâad Ibnou Derham, et se sacrifier au besoin. En tout cas il ne laisse au pouvoir tyrannique aucun prétexte lui permettant de justifier ses crimes contre la liberté d’opinion. Ces crimes n’en seraient que plus clairs et gratuits aux yeux du monde.
Nous n’ignorons pas cependant que le pouvoir tyrannique, ennemi de tout esprit libre, soit capable de fabriquer et de confectionner des prétextes fallacieux. Il n’a aucune difficulté à trouver les hommes prêts à accomplir de telles besognes, génératrices d’avantages multiples.
Le Jihad du mouton pour la liberté pour tous n’est pas chose aisée. Il est même plus difficile et plus exigeant que toute autre forme de combat. C’est pourtant ce Jihad qu’ont mené naguère nos plus illustres savants et certains y ont trouvé le martyr. C’est ce combat que mènent aujourd’hui à travers le monde d’innombrables partisans de la liberté, dont certains trouvent la mort sous la torture. Les rapports accablants des organisations de défense des droits de l’homme qui en témoignent ne sont pas exhaustifs mais attestent néanmoins que nos peuples sont largement représentés. Il est indispensable que les combattants pour la liberté d’opinion et d’expression soient dignes des martyrs de la liberté de tous les temps et qu’ils soient spirituellement prêts à cela. C’est le Jihad suprême et il n’y en a pas de plus grand.
Je ne suis pas un adepte du Soudanais Taha Mahmoud, mais comment ne pas l’admirer. Il fut en effet jugé et condamné à mort pour apostasie à cause des idées exprimées dans un livre. Invité à se repentir, il s’y refusa préférant demeurer fidèle à ses convictions et mourir, à 70 ans, sous la potence, avec le sourire aux lèvres.
Que faire?
Tenir, résister à tout prix, mener le Jihad de l’agneau, celui de Ghandi, et refuser en toutes
circonstances toute autre forme de combat, quelles ques soient les provocations et les tentations.
Tenir compte de la réalité et chercher l’efficacité en toute circonstance, conformément à la règle d’or qui dit, que “ Dieu ne charge personne au-delà de ses capacités ”.
Tout un chacun est conscient de ses propres limites et de ce qu’il peut endurer. Le minimum requis est de tenir et de résister en silence, en refusant toute complaisance avec l’hypocrisie ambiante. Cela conduit toujours à faire le vide autour du pouvoir tyrannique et liberticide. Il faut admettre que même dans ce cas les choses ne sont pas aisées. Le pouvoir tyrannique et ses inconditionnels ne supportent pas le silence et traitent avec hostilité tous ceux qui ne les suivent pas. Mais l’intellectuel fidèle à ses idées, à sa dignité et à ses obligations ne peut éviter les sacrifices et se trouve parfois contraint à faire un choix. Il suffit qu’il cède à la tentation ou à la peur et sacrifie le minimum requis pour qu’il perde sa qualité d’intellectuel et se classe parmi les laudateurs des tyrans et les tortionnaires de la pensée libre et critique.
Le mur de la peur:
Il est absolument indispensable de détruire le mur de la peur. C’est par la peur, la répression et la torture que les pouvoirs tyranniques tiennent leurs peuples et particulièrement leurs intellectuels et leurs penseurs. Il n’y a malheureusement aucune issue à cette situation sans en payer le prix. Ceux qui l’ont payé sont très nombreux dans notre monde arabo-musulman ; et il incombe à tout intellectuel convaincu qu’il n’y a de salut que dans la liberté d’opinion et d’expression de continuer ce Jihad pacifique, quelles que soient les conditions.

Non à la langue de bois:
Il importe à chacun de nous, à chaque intellectuel, à chaque universitaire, à chaque penseur de refuser l’autocensure et la terreur intellectuelle partout où il se trouve, dans un colloque, un séminaire ou une réunion. Pour peu que les langues se délient et s’affranchissent de la peur et de la terreur et ce sont les portes du changement qui s’ouvrent. Cela est dans nos moyens. Nous avons besoin qu’une puissante conscience intellectuelle et universitaire naisse et se développe pour porter haut l’étendard des libertés, parce que telle est la fonction première de l’université et de l’intellectuel.
L’université est le lieu de production du savoir qui ne peut prospérer que dans un climat de liberté. On ne peut accepter de mettre l’université à genoux et de lui imposer la censure et le contrôle.
Non aussi à l’amalgame et à la confusion entre le pouvoir établi et la patrie. Le discours dominant des pouvoirs tyranniques et liberticides accuse de haute trahison ou du moins de non patriotisme tout contestataire. La presse nationale débite à longueur de journée son discours panégyrique et laudateur du régime. Plus elle l’exagère, plus elle est patriotique. Le résultat logique de cette confusion est qu’il n’y a de place qu’à“ la presse nationale ”, c’est-à-dire asservie au pouvoir et chantonnant ses louanges. Bien plus, certains régimes poussent le ridicule jusqu’à faire de leur avènement l’acte de naissance de la nation. Ainsi, nous avons une nouvelle nation avec chaque nouveau régime. C’est ainsi que les peuples sont soumis et abrutis.
Il importe donc que l’intellectuel refuse cette entreprise généralisée d’abrutissement, illustrée notamment par les résultats surréalistes des scrutins électoraux en vogue dans nos pays et de quelques rares autres dans le monde (Chine, Cuba)  et qu’il s’oppose à l’abêtissement des peuples et de leurs élites. Des résultats qui dépassent l’imagination et que nous ne pouvons même pas contester. Bien au contraire, nous sommes tenus de les approuver et d’en faire l’éloge tout azimut. C’est le sommet d’une stupidité qui a fait de nous le carnaval du monde.
Il convient que l’intellectuel refuse tout cela parce que nous ne sommes pas moins dignes que tous les citoyens du monde développé dont nous savons, par les médias, comment ils sont traités. Les D.H. sont universels et nous les méritons autant que les occidentaux. Nous ne pouvons accepter d’être avilis et méprisés dans ce que nous avons de meilleur, c’est-à-dire notre raison. Or l’on nous traite de débiles et l’on nous presse par dessus tout d’acquiescer et d’accepter.
Prenons l’exemple de Bill Clinton: sa base électorale est fragile mais son peuple lui voue une grande confiance. C’est aussi un homme qui est sorti renforcé de ses démêlés avec la justice de son pays et que les médias ont étalés sur la scène publique avec force détails. Or ce Bill Clinton est un homme fort parce qu’il n’a pas traité ou transformé son peuple en un troupeau de bourricots. De son côté son peuple est conscient et responsable et les citoyens qui le composent ne sont pas émasculés.
Nos régimes, qui s’imposent à leurs peuples par la violence, sont faibles parce que dépourvus de légitimité populaire malgré leurs taux électoraux surréalistes. C’est ce qui explique qu’ils aient besoin en permanence d’une protection étrangère. Nos régimes sont incapables de régler leurs problèmes, aussi ont-ils passé un pacte avec le diable qu’ils introduisent chez eux pour agresser et perpétuer son agression sur une de nos patries.
Nos régimes ont humilié et réduit leurs peuples en esclavage, écrasé leurs intellectuels et ont mérité par la même occasion le mépris de leurs propres protecteurs. A ce stade, l’intellectuel a le devoir de refuser et de dire non.
De nouveau que faire?
Désespérer et se soumettre ou bien choisir la voie de l’intérêt individuel et de l’opportunisme?
Accepter l’offense à notre intelligence et se recroqueviller dans son réduit privé pour survivre et protéger son intégrité physique? Toutes ces situations existent et ne manquent pas de justifications valables.
Il y a d’autres qui, à l’instar de Jâad Ibnou Derham et Mahmoud Taha, refusent cet état de choses. C’est à eux que j’en appelle pour les inviter à nous organiser et à conjuguer nos efforts avec tous ceux qui luttent à travers le monde pour la dignité et les droits de l’homme. La cause de la liberté d’opinion et d’expression est une cause commune à tous les hommes. Ses défenseurs ne connaissent pas de frontières et constituent une même famille dans laquelle le Chinois et le Tunisien, par exemple, se retrouvent mutuellement solidaires. Nous avons besoin que partout dans le monde, dans chaque village et chaque quartier, des structures s’organisent pour mener le combat pour la liberté et contre l’abêtissement de l’homme.
C’est pour cette raison que je me suis associé, chez moi en Tunisie, à des intellectuels soucieux de défendre les libertés et la dignité humaine, loin de la politique et de ses clivages, pour fonder le “ Conseil national pour les libertés en Tunisie ” et demander aux autorités compétentes sa reconnaissance légale.
J’estime que la constitution d’organisations similaires, dans chaque pays arabe et musulman, est de nature à contribuer, dans la discipline et la sérénité, à réveiller les consciences et à semer les graines de la paix, de l’amour, de la tolérance et de la fraternité, sur la base du respect de toutes les opinions.
Je suggère aussi que, pour consacrer toutes ces valeurs, l’on fête à l’occasion de chaque Aid El I’dha, l’anniversaire de Jâad Ibnou Derham, symbole du martyr pour la liberté et la dignité humaines. Il conviendrait d’organiser à cette occasion des colloques et des réunions pour étudier le problème de la liberté d’opinion et d’expression, évaluer notre situation et participer aux grands mouvements en faveur des droits et de la dignité humaine. C’est le devoir de nos intellectuels, de nos universitaires, hommes de lettres et artistes, vis à vis de notre civilisation. C’est leur devoir aussi envers l’Homme que Dieu a créé et voulu libre, à qui Il a insufflé de Son esprit, qu’Il a choisi pour vicaire sur cette terre et a gratifié ainsi dans le Coran:
“ Certes. Nous avons honoré les fils d’Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures ”.


Notes:

Al-Isra’ (Le voyage nocturne) Verset 70/ 17.
* Mohamed Talbi est un universitaire tunisien à la retraite. Spécialiste d’Histoire médiévale, il fut l’un des premiers précurseurs du dialogue islamo-chrétien auquel il continue à participer activement. Il est membre permanent de l’Académie Universelle des Cultures et membre fondateur du Conseil National pour les Libertés en Tunisie.
** Ahmed MANAI est l’auteur de “ Supplice Tunisien- Les Jardins secrets du Général Ben Ali- Préface de Gilles Perrault ” La Découverte- Paris 1995. Il dirige actuellement l’Institut Tunisien des Relations Internationales à Paris (I.T.R.I.)
***) Le Karakouz est le guignol du théâtre des marionnettes Ottoman (n.d.l.t.)
****) Ce passage a été reproduit dans le livre de Nicolas Beau et J.P.Tuquoi: Notre Ami Ben Ali- Ed. La Découverte-Paris 1999.
1) Habib Tengour: Les gens de Masta. Ed. Sindabad- Actes sud. Paris 1997. Cité par Taher Ben Jelloun. Le Monde des livres- Paris18/4/1997,p III
2) Voir: Khaled El Ali, Jahm Ibn Safouan et sa place dans la pensée musulmane ( en Arabe). Ed Al Maktaba Al Ahlia. Bagdad 1985.p.51, qui cite et commente les sources. Jâad Ibnou Derham ne fut pas le premier martyr pour ses idées dans la civilisation musulmane, mais les circonstances de son assassinat l’ont projeté au niveau du drame universel perpétré contre la pensée. Selon nos sources, le premier homme assassiné en Islam pour ses idées, fut Mâabad El Jahni. Il était au service des Omeyades avant de rejoindre la révolte d’Ibn Al Achâath. Arrêté, il fut exécuté en 82H/707.J.C., officiellement, pour ses convictions dans la providence et non pour motif de rébellion.
3) Voir Le Monde du 12/02/1999.
____________________________________________________
Liens externes:

http://rsistancedespeuples.blogspot.com/


mercredi 15 août 2012

Genèse des Ghajars selon Hamza Al-Asfahani

"Au moment venu, quand les hommes idiots auront fini de s'achever les uns les autres par leur force de brutes, les Enfants du Vent descendront des montagnes du Tibet pour devenir la source d'une nouvelle vie sur terre."
Dit ghajari

En Europe, jusqu'aux années 70 du siècle dernier, selon les pays où ils séjournent ou qu'ils traversent ils s'appelaient Gypsies(Grande Bretagne), Zigeuner (Allemagne), Tsigani (Russie), Gitans, Tsiganes, Manouches, entre autres, (France)...Puis dès le congrès mondial tzigane tenu à Londres en 71, c'est sous le nom de Roms que la communauté d'origines disparates a décidé de s'unifier.Dans le monde arabe, les Roms s'appellent Ghajars(1). On présume que le terme est d'origine turco-persane qui signifie "nomades" (Gocher). Mais compte tenu des découvertes linguistiques faites depuis Gibson, il paraît plus probable que ce mot dérive d'une étymologie hindie, vraisemblablement du gujarati (langue officielle du Gujarat).
Stylistiquement parlant, dans les emplois littéraires et artistiques arabes le mot est plutôt bien famé(2).
Ghajar غجر, substantif, et l'adjectif ghajari غجري sont exclusivement de connotation méliorative. Sous la plume des poètes, ils suggèrent souvent la beauté irrésistible, un charme exotique, en même temps que la liberté. Comme les termes maures, mauresques dans l'imaginaire des humanistes et des orientalistes d'une certaine époque, là où ils s'emploient c'est surtout pour valoriser l'image qui leur est associée et faire rêver(3).

Et cependant, en quelque lieu où qu'ils puissent se trouver, les Ghajars arabes revendiquent rarement ce joli nom
. Eux, quand on leur demande de décliner l'identité et d'éclairer leurs origines, ils puisent dans leur propre rhétorique pour se présenter à leur façon, plutôt sibyllins mais non sans fierté, malgré la précarité de leurs conditions sociales au fil des temps. Fils de la route, Témoins du Temps, Enfants du Vent: c'est sous de telles périphrases, entre autres, brodées au fil de la poésie et berçant l'imaginaire, que les Ghajars aiment à s'appeler.
Fait frappant que rapportent tous ceux qui ont tenté de reconstituer leurs origines parmi les chercheurs arabes, les Ghajars sont peu communicatifs quand ils sont abordés par des Gadjis. Leurs propos sont évasifs; ils n'aiment pas "collaborer"; l’entretien du mystère à leur sujet semble une règle d'usage commune. Si bien que tout ce qui se dit et s'écrit à propos de leur passé lointain, si rigoureux et objectif puisse-t-il être, reste constamment, à notre sens, en deçà de ce qui pourrait faire une histoire ghajarie. Écrite par les Gadjis, cette histoire serait à l'image des annales et chroniques colonialistes. Forcément partisane et suspecte quand bien même elle tente d'appréhender le colonisé dans sa réalité brute. Forcément instrumentalisée au profit d'une idéologie dominante, ou du moins portant le sceau d'une doxa qui renvoie incessamment au monde du colonisateur, et jamais à celui du colonisé.
Compte tenu de l'incessante mobilité d'une bonne partie de la communauté ghajarie, on ignore le nombre exact de Roms dans le monde arabe. Comme presque partout ailleurs. Mais ils se comptent par dizaines de milliers en Irak, en Syrie, en Jordanie et en Égypte surtout. On en trouve quelques milliers en Palestine aussi et dans les pays du Maghreb, quoique dans ces derniers, de par la sédentarisation généralisée, ils se soient intégrés aux populations autochtones bien avant l'indépendance.
Si beaucoup de Ghajars sont musulmans et certains ont contribué par les armes, depuis l'aube de l'islam, à la défense de leur religion(2), selon une étude faite par Mondher Hayek et Darem Tabaâ(3), cela ne concernerait que les sédentaires. Les nomades quant à eux, la plupart ne s'identifient à aucune religion. En même temps, nomades ou sédentaires, les Ghajars arabes n'auraient pas été que des ombres errantes dans l'histoire du monde arabe. Outre leur participation à la guerre contre Erredda (apostasie) qui a suivi la mort du Prophète, on leur impute une certaine part dans un bon nombre de dissensions politiques, notamment sous le califat abasside. Quoique la politique fût loin de leurs préoccupations majeures, dans la plupart des révoltes que connut le monde arabe antique on les soupçonnait d'être souvent dans le rang des rebelles. Que ce soit avec les Zinjs en Irak, les Karmates au Bahrein, ou les dissidents du califat abasside en Egypte, les Ghajars eurent à payer le tribut de leur opposition, réelle ou présumée, au pouvoir(4). Et ce facteur a dû contribuer à leur éparpillement historique, puisqu'ils devaient fuir autant la répression politique que l'oppression des sociétés sédentaires.

Mais quand au juste, et pourquoi, les Ghajars sont devenus Fils de la route, Témoins du Temps, Enfants du Vent? Voici la réponse de Hamza Al-Asfahani, historien musulman du Xe siècle.


Selon Hamza Al-Asfahani (893-962), les Ghajars sont d'origine hindoue, de Bihar plus précisément. D'après ce chroniqueur persan(5), c'est au 5e siècle de notre ère que commence l'histoire des Ghajars en tant que peuple nomade.
Aux origines de ce nomadisme atavique un contrat de travail à caractère festif qui aurait "débauché" singulièrement cette communauté
. En voici les détails.

Bahrâm Ghûr, roi des Perses, était
un souverain qui aimait la poésie courtoise, le vin et la musique. En cela, il ne se distinguait pas tellement de ses pairs en quelque temps et lieu soient-ils, souvent plus enclins à la vie de plaisirs qu'à la rigueur de la conduite et aux soucis de gouvernance. Néanmoins il faut rendre à Bahrâm Ghûr cette justice qu'il se voulait égalitaire dans le domaine des joies, ayant institué la fête comme mode de vie partagé par l'ensemble de ses sujets. Pour ce faire, il a décrété d'abord une loi qui limitait le temps de travail à la matinée. Le reste de la journée devait servir à la détente collective où la musique et les amusements tenaient une place privilégiée.
Mais pour que ce décret soit réellement suivi, il fallait donner au peuple les moyens pour l'appliquer. Un jour qu'il se promenait dans sa capitale pour faire en quelque sorte l'état des lieux, il a vu une assemblée où l'on buvait sans musique. S'étant enquis sur la raison pour laquelle on profanait ainsi le vin et la détente, on lui répondit que les musiciens étaient rares au royaume et qu'il fallait surtout les payer.
Bahrâm Ghûr écrivit alors à son beau-père, le roi de Bihar, demandant qu'on lui recrutât en Inde le plus grand nombre de musiciens. Et le beau-père lui envoya pas moins de douze mille, entre chanteurs et musiciens, accompagnés de leurs femmes et enfants.

"Vous allez divertir mes sujets, leur dit Bahrâm Ghûr, égayer les après-midi et nuits de mon royaume dans toute son étendue. En échange de quoi, vous obtenez pour chaque famille un lopin de terre, un bœuf et un âne, des victuailles couvrant les besoins d'une année et des semences suffisantes pour vos terres.
" Et le contrat fut ainsi conclu.

Chaque jour, dès la fin de la matinée, la Perse entière s'adonnait aux joies de la fête collective. Ces Hindous firent le bonheur des Persans. Et la musique, la chanson, la danse devinrent art de vivre commun. Néanmoins, les contractuels avaient manqué à une clause implicite dans leur pacte avec le souverain. Au lieu de consacrer une part de leur temps au travail de la terre, car les semences et les bœufs distribués les engageaient à travailler dans la matinée, ces Hindous s'étaient adonnés exclusivement à la fête. Et épuisant leurs victuailles, ils ont consommé leurs semences et les bœufs destinés au labourage. Si bien qu'au bout de l'année, ayant épuisé leurs vivres, ils sont allés réclamer d'autres bêtes et victuailles au roi.
Cette démarche, jugée incongrue par le souverain et contraire au pacte conclu, fut lourde de conséquences pour les artistes hindous.
Bahrâm Ghûr refusa de leur donner quoi que ce soit et les chassa sans ménagement de la Perse. Et c'est ainsi que va commencer pour ces milliers d'artistes et leurs familles une ère d'errance sans fin. Ils durent s'éparpiller en trois groupes. Le premier émigra vers la Syrie, l’Égypte et l'Afrique du Nord. Le deuxième s'est réparti entre l'actuelle Géorgie, l'Arménie et la Grèce. Alors que le troisième a rejoint la Turquie puis atteint le centre et l'ouest de l'Europe, pour se concentrer surtout au Portugal et en Espagne.

Telle serait la genèse du nomadisme des Ghajars selon
Hamza Al-Asfahani.

A.Amri
28.08.2011

1-Selon Lotfi Khourian, gypsologue irakien, le mot arabe غجر (ghajar) vient du mot turc Gocher, lui même issu du persan et qui signifie "nomades".

2- Le présupposé de cette expression n'échappe pas aux initiés, cela va de soit: à partir du moment où l'on souligne ce trait, on laisse entendre qu'en dehors du contexte littéraire la réalité pourrait être tout autre. Ce n'est pas notre propos et nous y reviendrons.

2- C'est notamment le cas des Zotts الزط qui se sont battus sous la bannière de l'Imam Ali Ibn Abu Talab (cousin et gendre du Prophète) contre le mouvement d'apostasie حركة الردة qui a eu lieu à la mort du Prophète.

3- Étude parue en Syrie sous le titre الغجر الرحالة الظرفاء المنبوذون (Roms, ou ces galants voyageurs parias).

4- C'est surtout dans la révolte spécifiquement ghajarie connue sous le nom de la révolte des Zotts (816-834) qu'ils sont directement entrés en conflit avec le pouvoir central de Bagdad.

4- Hamza el-Isfahanî (Ibn el-Hasan). - Chroniqueur persan, né, comme son nom l'indique, à Ispahân dans la première moitié du Xe siècle (IVe de l'hégire). Sa vie est peu connue. On sait qu'il séjourna dans plusieurs villes de l'Orient musulman, telles que Meragha, Hamadân, Bagdâd. Il écrivit en arabe plusieurs livres d'histoire, dont un seul nous est parvenu. Nous n'avons pas sa Vie des hommes illustres (Tarikh kibâr el-Bachar), ni son Livre d'Ispahân (Kitâb Isfahân), mais il nous reste ses Annales des Rois de la terre et des Prophètes (Kitâb Mouloûk el-Ard oua'l-Anbiyâ'). Cet ouvrage est le premier dans la littérature de langue arabe où l'auteur ait tenté d'écrire une histoire universelle basée sur un système de chronologie comparée. Les dix livres qu'il contient mentionnent les annales des Perses, des Ptolemées, des empires de Rome et de Byzance, des Grecs, de l'Egypte ancienne et moderne, du peuple d'Israël, de Hira, de Himyar et des Qoraichites, tribu à laquelle appartenait Mohammed et plusieurs califes. Le texte de cette histoire intéressante a été publié, avec une traduction et des notes en latin, par Gottwaldt sous ce titre : Hamzal Ispahanensis Annalium libri X (Petropoli Lipsiae MDCCCXLIV). (Arthur Guy). Source de la notice biographique



Jean Reinhardt (J'attendrai Swing- 1939)

Jean Reinhardt, plus connu sous le nom de Django Reinhardt (né le 23 janvier 1910 à Liberchies en Belgique et mort le 16 mai 1953 à Samois-sur-Seine en France) est un artiste manouche, virtuose de la guitare.
Dès sa prime enfance, alors même qu'il est analphabète et ne sait même pas écrire son nom, il se prend d'amour pour la musique et réussit à imposer son talent dans les salles de spectacle parisiennes.
A 18 ans, un incendie se déclare dans la roulotte qu'il occupe avec sa femme au moment où ceux-ci dorment. Le couple s'en sort vivant, mais Django est atteint de graves brûlures à la jambe et à la main gauche qui nécessitent son hospitalisation pour 18 mois. Il perd l'usage de 2 doigts, ce qui donne à croire que sa vie d'artiste est terminée.
Néanmoins, dès sa sortie de l'hôpital, Django s'impose de longs exercices de rééducation qui lui permettront de développer une technique guitariste nouvelle basée sur 2 doigts.
C'est une telle doigté qui permettra à Django de renouer avec le succès, en même temps qu'il donnera naissance à ce qui deviendra le jazz manouche




La musique manouche de l'Andalousie: interférences avec la musique arabe.




"Comment ça va là-haut?
-Mal! On nous chasse.
-Remontez plus vers le nord.
- C'est pareil; ils ont chassé les autres à coups de matraque. On ne sait plus où aller.
- On est des chiens!
- Non, moins que des chiens. Eux pour leurs chiens ils ont des cliniques, des soins de beauté, des concours d'élégance. On te met en prison si tu touches à un chien. Leur société a toujours l'air normal pour les bébés phoques. Mais pas quand nos femmes accouchent sur des tas d'ordures.
- Qu'est-ce qu'ils veulent?
- Qu'on oublie notre race, notre sang, nos coutumes. Qu'on disparaisse."
Le Gitan - Film de José Giovanni (1975), avec Alain Delon dans le rôle principal.
Elle est ghajarie (Rom) et son peuple n'a pas de petro-dollars, loin de là. Et elle nous donne une belle leçon de générosité!

Pendant 40 ans, elle a été artiste de grande renommée en Roumanie, paraît-il, puis femme d'affaires. Et un jour elle a eu un accident qui a failli lui coûter la vie. Elle s'est retirée alors de la scène artistique pour se consacrer depuis aux œuvres caritatives.
En dehors de son combat pour les Roms, elle ne s'intéresse pas à la politique. Mais elle a eu un coup de cœur pour la révolution tunisienne et le Printemps arabe. "Je suis née en Roumanie, je vis en Italie et je porte la Tunisie dans mon cœur" dit-elle lors de sa première visite en Tunisie, juin dernier, qui est aussi sa première visite dans un pays arabe et musulman. Au cours de cette visite, elle a décidé de lancer des projets humanitaires pour enfants et classes démunis. Elle s'est rendue aussi à Ras-Jedir pour offrir une aide humanitaire aux réfugiés libyens. Et elle est revenue deux fois par la suite chez nous. Au mois de juillet et c'était pour se faire couronner Reine de l’Église Orthodoxe de l'Europe (pour son travail humanitaire et bénévole), intronisation qui devait avoir lieu initialement soit en Roumanie soit en Italie. Et la dernière durant l'Aïd el-fitr (fin de ramadan) pour apporter son soutien à des associations d'aide aux enfants de familles démunies. La prochaine étape dans le programme de cette femme: les enfants de Gaza.

Elle s'appelle Lucia Tuodor. Et elle nous rappelle ces versets du Coran:
وَيُؤْثِرُونَ عَلَى أَنفُسِهِمْ وَلَوْ كَانَ بِهِمْ خَصَاصَةٌ وَمَن يُوقَ شُحَّ نَفْسِهِ فَأُوْلَئِكَ هُمُ الْمُفْلِحُونَ
(Ils font primer les besoins des autres sur leurs propres besoins, alors même qu'ils vivent dans la nécessité. Ce sont ceux qui se prémunissent contre leur propre avarice qui réussissent [auprès de Dieu]).

Quand on consent une telle générosité alors qu'on est soi-même dans le besoin, qu'on tend la main aux autres alors qu'on est censé attendre soi-même la main secourable, ça ne peut que forcer l'admiration.