vendredi 12 avril 2013

Samer Tarek Issaoui nous interpelle depuis sa prison

"Vous porterez mon âme comme un cri pour tous les prisonniers, femmes et hommes, un cri pour la liberté, pour l’émancipation et le salut de ceux qui ont connu le cauchemar des prisons et leur terrible noirceur.
Ma bataille ne concerne pas seulement la liberté individuelle. La bataille que j’ai menée avec mes héroïques camarades, Tariq, Ayman et Ja’affar, c’est la bataille de tout un chacun, la bataille du peuple palestinien contre l’occupation et contre ses prisons. Notre
but est d’atteindre la liberté et la souveraineté dans notre pays libéré et notre bien aimée Jérusalem.



L'auteur de ces mots écrits dans une prison israélienne s'appelle
Samer Tarek Issaoui. Palestinien né le 16 décembre 1979, il a aujourd'hui 34 ans.

Bien que son nom ne soit pas connu en dehors du pays qui vit sous l'occupation sioniste, il est possible que le Guinness World (livre des records) lui ait reconnu le record de la plus longue grève de la faim au monde.

260 jours(*) de jeûne, huit mois successifs sans autre alimentation à part l'eau et le sucre. Et le compteur n'est pas arrêté!

C'est au 1er avril dernier qu'il a atteint ce record infernal de 245 jours inscrits dans une grève de la faim qui se poursuit à ce jour! Et c'est un miracle pour cet homme qu'il soit encore en vie. Mais on se demande pour quand encore il pourra tenir. Aux dernières nouvelles, il s'est même abstenu de boire de l'eau pour protester contre le harcèlement continuel des matons.

Pourquoi cette grève?
Parce que Samer Tarek Issaoui a été emprisonné arbitrairement.

Il a été arrêté une première fois en 2003 pour le seul délit d'"appartenance au FDLP" (Front de Libération de la Palestine). Et il a été condamné à 30 ans de prison!

Le 18 octobre 2011, il a eu la chance d'être libéré dans la transaction liée à l'échange du captif israélien Gilad Shalit contre des prisonniers palestiniens (570 détenus ont bénéficié de cette libération).
Mais le 7 juillet 2012, il a été arrêté de nouveau et le ministère public israélien réclame à son encontre une nouvelle peine de 20 ans de réclusion. Cette fois-ci pour avoir exercé depuis sa libération des "activités politiques" et "visité la Cisjordanie".

Samer Tarek Issaoui est entré en grève ouverte de la faim depuis le 1er août 2012.
Il interpelle notre conscience, celle du monde libre, de l'Occident surtout pour en prendre acte.

Il serait bon de rappeler que la famille de ce prisonnier a subi et ne cesse de subir des souffrances inimaginables depuis l'occupation. Sa grand-mère a été tuée par des balles israéliennes à la première Intifada, quelques années plus tard c'est son frère Fadi qui subit le même sort. Ses trois frères Samer, Midhet et Chadi ont été arrêtés eux aussi et mis en prison. Une telle hargne n'a épargné jusqu'à présent que ses vieux parents, car sa sœur Shirine aussi a été arrêtée plusieurs fois et pourrait l'être encore en vertu de cette loi de la jungle qui permet aux sionistes d'"exceller" dans l'arbitraire.

Merci à Maram Humaid, journaliste palestinienne qui a lancé une campagne de soutien à ce damné de la terre et de la faim. Merci à Chokri Boussetta II qui a intercepté l'appel et me l'a transmis. Je sais qu'en Tunisie (où même les hackers qui ont piraté dernièrement des sites israéliens ont été arrêtés) il n'y a rien à espérer des "amis du prince Hamad de Qatar", objectivement de par cette amitié eux-mêmes tous amis d'Israël!
Mais le peuple tunisien a meilleurs amis, et amis de la Palestine surtout, en Occident. Et nous souhaitons que cet appel soit relayé et parvienne à toucher le maximum de monde.

J'en appelle à la conscience de tous mes amis pour en prendre acte.

A. Amri
12.04.2013

Pour entrer en contact avec Maram Humaid:
prisonerscampaign@gmail.com

Note:

*260 jours en date du 12 avril 2013