lundi 13 mai 2013

Le 14 mai 1948

"Nous devons exproprier en douceur. [...] Nous devons essayer d'attirer la population démunie au-delà des frontières en lui procurant du travail dans les pays de transit et en empêchant qu'elle puisse en trouver chez nous. [...]Le processus d'expropriation et le déplacement des pauvres doivent tous deux être accomplis avec discrétion et circonspection."                                                              
                                                                         Theodor Herzl,  Journal, 1895
1
                                                        

Vous avez dit indépendance ?

Le 14 mai 1948 fut proclamée
«l'indépendance» de l’État d'Israël.

«Indépendance» est en réalité un délire de mythomanes, un non-sens absolu, un mensonge grotesque qui donne à lire l’histoire à l'envers. Comment appeler indépendance la main-mise sur un pays, la consécration d'une occupation par laquelle le colon juif s'est substitué au Palestinien chassé de sa terre ? Comment appeler indépendance l'expropriation manu militari d'un peuple, l'extermination de sa résistance, réelle ou potentielle, armée ou pacifique, l'expulsion de ses survivants hors de leurs frontières, leur condamnation à végéter dans les camps de réfugiés et sur les chemins de l'exil ? Comment faire passer cette date consacrant le calvaire du peuple palestinien pour une fête ? la fête d'indépendance de l’État artisan dudit calvaire ? 
La Palestine de 1946 à 2013

L'entité sioniste qu'on disait bâtie sur « une terre sans peuple pour un peuple sans terre » s'est fondée par la force des armes d'une bande de colonisateurs, immigrés des cinq continents, au détriment du peuple autochtone chassé de sa terre. Israël c'est la terre palestinienne multimillénaire1 occupée, judaïsée à petites parcelles, d'abord à travers les vagues d'immigration antérieures à 1948, ensuite par la proclamation de l’État sioniste, puis, de 1948 à nos jours, par de nouvelles immigrations2, d'incessantes expansions de colonies, d'interminables annexions de ce qui reste aux Palestiniens. Et ce reste ce sont des miettes de misère. De minuscules ilots de terre qui, tout en rendant non viable un éventuel État palestinien, risquent d'être engloutis un à un, dans les années à venir, par l'insatiable colonisateur israélien. Il n'est que de comparer sur les cartes ce que fut la Palestine en 1947 et ce qu'il en reste aujourd'hui.

Ce slogan creux « terre sans peuple pour un peuple sans terre »
n'est ni plus ni moins qu'une imposture historique, une pure galéjade que propageait, entre autres mythes servant sa pseudo-légitimité, l'entité sioniste. Comme les impostures d'Eretz Israël (Terre d'Israël)
3, de la terre promise4, du peuple juif, du peuple errant, etc. A quoi ajouter la « defamation »5 et le chantage à l'antisémitisme6. En un mot, «l'indépendance d'Israël» est tout simplement la Nakba7 des Palestiniens. Toute autre définition du 14 mai 1948 n'est qu'une fumée sorcière par quoi l'histoire et l'historiographie, mensongères, tentent de couvrir 70 ans de crimes sionistes, perpétrés dans l'impunité totale à l'encontre des Palestiniens.

Projets de Terres promises


Exode des Palestiniens en 1948
Historiquement, depuis le premier congrès sioniste tenu en Suisse en 1897 on avait maintes fois configuré et reconfiguré sur le papier l'Etat juif. Certes, l'occupation de Palestine figurait depuis longtemps non seulement dans les plans sionistes mais aussi dans les stratégies occidentales visant à affaiblir le monde arabe. En 1799, Napoléon Bonaparte y pensait dans son projet impérial, qui invitait les juifs d'Afrique et d'Asie « à se rallier sous ses drapeaux pour restaurer l'antique Jérusalem »8. Et bien avant encore, dès 1665 Shabbetai Tzvi déjà, juif turc se prétendant le Messie attendu par les juifs9,  appelait au renouvellement du Temple à Jérusalem. Mais la Palestine était encore loin d’émerger des configurations potentielles comme "terre promise" prioritaire, tant les projets embryonnaires étaient nombreux. Au premier congrès sioniste tenu en Suisse, en août 1897, près de la moitié des délégués rassemblés à Bâle étaient persuadés qu'un État sioniste en Palestine n'était pas réalisable. Parce que non viable dans un environnement arabo-musulman numériquement et géographiquement dominant, d'une part, et d'autre part parce que l’État sioniste projeté devrait avoir pour principal pilier la judéité10

Aussi Theodor Herzl,  fondateur du mouvement sioniste, avait-il

Projets d'Etat sioniste viable av.Balfour
songé d'abord à l'île chypriote, à l'Argentine, au Canada, à l'Irak, puis au Sinaï, pour y fonder l’État d'Israël11. En 1903, peu avant sa mort, il envisageait de renoncer complètement à la Palestine: la Grande-Bretagne lui avait proposé un territoire de 5000 km2 en Ouganda, et le souci de viabilité le fit accueillir favorablement cette offre12.

En 1934, soit 14 ans avant la création d'Israël, Staline offrait aux juifs de Russie
un oblast, c'est-à-dire une « région autonome juive». Et celle-ci fut créée sur une parcelle de l'URSS asiatique, le Birobidjan, à ce jour oblast autonome juif.13

Mais finalement, c'est Arthur James Balfour, qui, après avoir trié la bonne carte d'autant de "terres sans peuples pour un peuple sans terre" a retenu la Palestine comme "terre promise aux juifs".  Sa déclaration du 2 novembre 1917 dans une lettre adressée au baron Rothschild14, les Palestiniens en paient, du 14 mai 1948 à ce jour, les lourds et interminables frais.


Pour donner à "terre sans peuple" le crédit nécessaire au mythe
"Juifs errants" palestiniens
sioniste, il fallait que la Palestine fût nettoyée de ceux qui y vivaient depuis plus de 4000 ans: les Palestiniens. Et les sionistes n'avaient ménagé aucun moyen pour ce faire, au fur et et à mesure que le peuple élu de Dieu, aux quatre coins du monde errant, revenait vers "sa terre promise".


Massacres de Deir Yassine

Le 9 avril 1948, soit trente cinq jours avant la proclamation de l'Etat hébreu, il y eut Deir Yassine.

Quelque 200 sionistes armés de mitraillettes et d'explosifs, dirigés par le futur prix Nobel de la paix Menahem Begin, ont perpétré un massacre "exemplaire" destiné à assoir sur des bases solides le mythe de la terre sans peuple. En un seul jour, ce sont plus de 300 personnes qui ont été massacrées15, pour la plupart des enfants et des personnes âgées. Ce choix précis des victimes servait des visées on ne peut plus persuasives, destinées à faire fuir le maximum de Palestiniens16. Le même jour à Deir Yassine, 450 maisons ont été détruites. Et 750 personnes chassées de leurs maisons.
Clé à ne pas laisser tomber en déshérence
Le 9 avril 1948, ce fut le prélude à la Nakba et l'exil forcé de près d'un million de palestiniens, aujourd'hui devenus 5 millions de réfugiés dans les camps des pays voisins (Liban, Syrie, Jordanie)
et des territoires de Cisjordanie et Gaza.

C'est à ce prix-là -en attendant le dû à faire payer encore aux Palestiniens, que, le 14 mai 1948, Israël a proclamé son "indépendance".

 

A. Amri
13.05.2013




Michel Collon: Israël, histoire tissée de mensonges




La Nakba en photos


=== Notes ===

1- L'histoire des Palestiniens remonte à 12 siècles avant Jésus Christ. Depuis 3200 ans, cette parcelle de terre aujourd'hui appelée Eretz Israël (Terre d'Israël) s'appelle Palestine et appartient aux Palestiniens.

2- En fait, dès 1908, alors que la Palestine était province de l'empire ottoman, un premier kibboutzim (implantation juive) a été créé
par le Bureau pour Erets Israel à Degania. De 1948 à 1952, il y a eu une immigration en masse de Juifs vers Israël, en provenance des pays arabes et d'Europe. Les juifs du Yémen puis ceux de l'Irak ont été transférés vers Israël à travers les opératives respectives « Tapis volant » et « Ezra et Néhémie ». La Loi du Retour votée en 1950, ainsi que d'autres lois du même nom votées ultérieurement, ont encouragé l'immigration de nouvelles vagues de juifs jusque-là réticents. Avec l'indépendance des pays maghrébins, les juifs de ces pays se sont joints à leur tour aux colons. A partir de 1968, s'y ajoutent plus de 1 200 000 juifs venant de l'Union soviétique. Dans les années 1980 et 1990, les Falashas, ou « juifs éthiopiens », bénéficient à leur tour de la de la «loi du retour» pour grossir le rang du colonisateur.


3- « Eretz* Israël »: perfection de l'expression justificative, formule énonciative d'un juste lotissement biblique (sans jeu de mots), formule agrégative d'une fratrie injustement dispersée loin de son berceau, formule sélective du sang pur et de la non moins pure confession de la fratrie, et où qu'elle se prononce pour traduire une intention annexionniste: formule performative.
La logique de cette formule frappée du sceau de Sion veut que le juif natif de Russie, d'Amérique, d'Europe, d'Asie, d'Afrique ou d'ailleurs, soit le légitime propriétaire de la terre sur laquelle le Palestinien est né et a construit un nid pour ses enfants. Elle veut que ce Palestinien qui exhibe un titre de propriété datant de 100, 1000 ou 3000 ans, qui invoque ses parents nés et morts sur cette terre, l'olivier dont les racines étreignent, fossilisés, les ossements des ancêtres, ne soit qu'un grotesque squatteur, un usurpateur de droit sommé d'évacuer le sol et d'en faire son deuil.
Dans le concert des nations, « Eretz Israël » est un Hocus Pocus qui désarme, sitôt dit, super-Nations, Société des Nations et Conseil des Nations. Les résolutions de l'ONU sont contraignantes quand il s'agit de détruire un pays arabe, ou un pays musulman. Mais pas quand il s'agit de rendre une part de justice aux Palestiniens. Aux aguets, l'anathème de l'antisémitisme rend impensable la contrainte. On prône plutôt le maximum de souplesse et de patience, en attendant que les minuscules ilots de terre pas encore annexée à l'Eretz du Peuple Élu soient nettoyés des derniers Palestiniens squatteurs.
De 1947, année du partage de la Palestine, à ce jour, les 33 résolutions adoptées à l'encontre d'Israël par l'Assemblée Générale ou le Conseil de Sécurité de l'ONU sont restées lettre morte.

* Eretz de l'arabe أرض ardh (terre) dont dérivent aussi l'anglais "earth", l'ancien gothique "airtha", l'allemand "erde", "erdu","erda", le flamand "aard", "arde", l'islandais "jard", le danois "jordan", et peut-être aussi le bas latin "gardinium" et le français "jardin".» (A. Amri, page facebook, 10.05.2016)

Voir Comment le peuple juif fut inventé, par Shlomo Sand, Fayard, 2008.
L'auteur, historien israélien, y démontre que ce qu'on appelle "peuple juif" est un ramassis de juifs venus du monde entier, et non exclusivement issus de l'émigration de 70. "En tant que citoyen israélien, je trouve absurde que quelqu’un qui était sur une terre il y a deux mille ans puisse prétendre avoir des droits historiques sur cette même terre. Ou alors il faudrait faire sortir tous les Blancs des Etats-Unis, faire rentrer les Arabes en Espagne. [...] non, il n’y a pas de droit historique des Juifs sur la terre de Palestine, qu’ils soient de Jérusalem ou d’ailleurs. (Shlomo Sand, 13 mai 2010, dans «Il était plus logique de créer un Etat juif en Europe»)


4- Shlomo Sand : « La Terre promise n’est pas une terre patrie israélienne »

5- Voir sur ce blog Defamation: quand les enfants désavouent le père

 6- Bruni Guigue définissant l'antisémitisme (comme Hocus Pocus) en dit: "Antisémitisme. Mot sésame, mot magique, il dit tout, il condense en un éclair les affres du monde moderne. A peine proféré, il impose la circonspection et paralyse la pensée critique. Brandi comme une menace, il enjoint au silence, comme si quelque chose de terrifiant et de sacré était en jeu, condamnant chacun à surveiller ses propos de crainte de blasphémer." La conférence de Téhéran et les Faurisson pro-israéliens.

Voir aussi sur ce blog Promothée et les maîtres chanteurs à l'antisémitisme.


7-  De l'arabe نكبة nekba: désastre.

8- Terre promise, trop promise: Genèse du conflit israélo-palestinien (1882-1948), Par Nathan Weinstock, Odile Jacob Histoire, 2011, p.26 

9- Les Contes Des Mille Et Un Mythes, vol. I, Par Nas E. Boutammina, Auto-Ed° Boutammina, 2004, p.105

10- En fait, l'imposture de « Israël démocratie laïque» n'est qu'une poudre aux yeux: dès le projet de Herzl, Israël est envisagé comme un Etat juif pour les juifs, identité sans équivoque lisible à partir même de Der Judenstaat (État juif, ou Etat des juifs), titre de son livre publié en 1896. Outre ce titre, le livre ne comporte aucune allusion, si minime soit-elle, aux Arabes vivant en Palestine.
Voir Victimes: histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Par Benny Morris, Ed° Complexe, 2003, p.34
11- Palestine-Israël: approches historiques et politiques , Par Samaha Khoury, Presses Universitaires de Bordeaux, 2002, p.26

12- Ibid. Voir note 19. 


13- Sibérie 2014 Petit Futé, Par Collectif,Dominique Auzias,Jean-Paul Labourdette, petitfute.com, 2014, p.361/362 

14 La Déclaration Balfour répondait à la fois au lobby sioniste qui, argenté et ayant ses taupes dans les coulisses politiques, avait et a toujours son poids en Occident, et aux fondamentalistes du sionisme chrétien. Ci-dessous le texte traduit de la Déclaration;
« Cher Lord Rothschild,
J'ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l'adresse des aspirations juives et sionistes, déclaration soumise au Parlement et approuvée par lui.
Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays.
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.
Arthur James Balfour »

15- Les Clair obscur: nouvelles, Laadi Flici, Entreprise National du Llivre [sic], 1984, p.24 

16- Le péché originel d'Israël: l'expulsion des Palestiniens revisitée par les Nouveaux historiens israéliens, Les Editions de l'Atelier, 2002, p. 100