samedi 27 novembre 2010

Ce faste bourgeois qui nous choque et insulte

Faste d'une bourgeoisie tunisienne pourrie: concert royal à Hammamet pour la commémoration de l'anniversaire d'un chien! Des cadeaux féériques, à ce qu'on nous dit: bons d'achats et chèques, sans compter les vêtements et accessoires importés! Et la meilleure troupe musicale du pays pour la sérénade et l'aubade!
N'est pas chien qui veut, ni Tunisien bourgeois qui se ressent pour son clébard!



Un chien tunisien "fête" royalement son anniversaire. La nouvelle parcourt la Tunisie, monte sur la toile, délie des langues. On la doit, en première source, au journal tunisois
l'Hebdomadaire (الأسبوعي ) relayé par Aljazeera dans l'une de ses éditions d'infos maghrébines.

On a demandé à de grands musiciens
, écrit l'Hebdomadaire, réputés comme des valeurs artistiques sûres du pays de donner un concert à la ville de Hammamet. Et arrivés sur les lieux, ces musiciens sont surpris d'apprendre que le concert est dédié à l'anniversaire d'un chien. Celui-ci, trônant sur un fauteuil de style Louis XVI, a reçu pour cadeaux des vêtements et des accessoires de luxe, mais aussi des chèques et des bons d'achat.

La nouvelle n'étonne pas, tellement les échotiers de la gazette mondaine dans notre pays nous submergent d'anecdotes délirantes; néanmoins elle choque, bien plus qu'elle ne peut faire rire.
Elle choque, y compris dans les milieux aisés, parce qu'elle fait partie des signes ostentatoires de la néo-bourgeoisie qui se vautre dans un luxe autant indécent qu'immérité. En fait, et même le Tunisien moyen est capable de faire cette distinction, la bourgeoisie traditionnelle, citadine ou rurale, conservatrice ou libérale, n'aime pas le superflu. Globalement cultivée, éclairée aussi, elle aime certes l'argent et ce qui le rapporte et fait fructifier, en l'occurrence le travail, les affaires. Néanmoins elle n'a pas la folie des grandeurs et n'aime pas l'ostentation. A Djerba, à Sfax, mais aussi à Tunis et ailleurs, il est des archi-milliardaires qu'il serait difficile de distinguer du commun des hommes, dans la rue.

Ce style du paraître sobre, dépouillé, n'est pas celui de la nouvelle bourgeoisie. Il faut dire que, constituée de parvenus pour la plupart issus de souche populaire, cette dernière s'est enrichie à la faveur d'opportunités offertes au lendemain de l'accession de Ben Ali au pouvoir. Si la vieille bourgeoisie doit sa situation à l'héritage et, dans une certaine mesure, à une intelligence de gestion lui permettant d'assurer sa continuité, la nouvelle bourgeoisie, elle, a acquis sa fortune par des spéculations, des passe-droits, une législation autorisant des vols légaux ou des vols tout court, c'est-à-dire en pillant les deniers du peuple.

L'on nous rétorquera que si les clebs de Hammamet et de Carthage ne sont pas moins aisés que leurs pairs dans les pays du Nord, ce serait plutôt un signe rassurant! cela signifie que la Tunisie confirme ses dires officiels, en l'occurrence qu'elle est sur la bonne voie!

Que dire alors, si ce n'est pauvres de nous, Tunisiens non canins! Nous qui pour la plupart ne connaissons d'autre fête que celles des aïds! Ou du التحول المبارك Changement Bénit, selon l'expression consacrée depuis ce 27 novembre 1987!

Le pouvoir en place vient de fêter le 23e anniversaire de ce qu'il appelle pompeusement Ère nouvelle. Au cours de ce quart de siècle placé sous la bannière de ce changement, certes le peuple entend dire quotidiennement que son pays a réalisé un miracle économique. Et il voit pulluler les signes on ne peut plus patents de sa prospérité nationale: distributeurs bancaires à l'affût des poches vides, supermarchés à l'affût des cartes de crédit, agences automobiles à l'affût des gros chéquiers!

La monnaie, en espèces sonnantes, au sens littéral de l'expression, ne circule pas en Tunisie. A l'excepté des pièces réservées aux fakirs d'Allah, les mendiants. Les billets de 10, 20 et 30 volent sitôt trouvés et sortis. Et pourvu qu'on les trouve encore et sorte, الحمد لله louange à Allah! Quant aux billets de 50, parce qu'il en faut pour le pays prospère, 99% des Tunisiens n'en ont pas encore fait l'étrenne. On a beau enseigner au peuple que l'argent n'a pas d'odeur, ce peuple est persuadé que les billets de 50 en ont une. Et tout compte fait, le peuple a sûrement raison!

Voilà une facette du miracle économique tunisien: il y a ceux qui vivent au cocagne et ceux qui vivent en Tunisie.

Des entreprises publiques privatisées au rabais, des terrains publics dont certains classés biens patrimoniaux cédés pour moins d'une obole à des particuliers, les trésors publics détournés au profit d'une poignée de privilégiés, et jusqu'aux deniers des caisses sociales, l'argent du peuple laborieux retranché tout au long d'une vie des salaires de misère pour la retraite et la prévoyance sociale, dilapidés.

En même temps, le peuple voit que ses enfants diplômés, par milliers et milliers, sont au chômage. Et diplômés ou non, par centaines et centaines, les laissés-pour-compte qui se jettent à la mer, brûlent (يحرقوا) comme dit le jargon de ces damnés, dans l'espoir de trouver ailleurs l'eldorado qui les fasse rêver d'un anniversaire de chien!

Ce fossé qui se creuse entre une bourgeoisie pourrie à la moelle des os et une large tranche du peuple saignée à blanc et démunie, cette injustice criante et le luxe immonde d'une classe qui étale effrontément son faste choque et insulte.

jeudi 18 novembre 2010

Abraham Serfaty: rétrospective d'un combat

«Le sionisme est avant tout une idéologie raciste. Elle est l’envers juif de l’hitlérisme... Elle proclame l’État d’Israël, «État juif avant tout», tout comme Hitler proclamait une Allemagne aryenne»
Abraham Serfaty - Ecrits de prison sur la Palestine (éditions Arcantère-1992)

A l'âge de 84 ans, Abraham Serfaty s'est éteint ce jeudi 18 novembre à Casablanca. Le juif, marocain et rebelle, l'Insoumis -comme il se définissait lui-même dans ses écrits(1), a été inhumé là où il est né. C'est le fruit de l'une de ses dernières batailles, dans le parcours épique de ce militant de tous fronts. Sa vie marquée de dons prodigieux, de sacrifices et de souffrances, la lourde rançon qu'il a payée pour défendre la justice, le progrès et la liberté, son soutien sans nuance à la libération de la Palestine, ce combat exceptionnel entré dans la légende fait d'Abraham Serfaty un moment incontestable de la conscience humaine.



Un révolutionnaire-né

Né le 16 janvier 1926 à Casablanca, Abraham Serfaty avait tout pour se la couler douce. Mais il est né rebelle, insoumis. Comme d'autres peuvent naître laquais, sujets fidèles. Et d'autres encore seigneurs de tels laquais, et dictateurs. Ou, ailleurs, colonisateurs invoquant la double imposture de l'histoire et de la démocratie pour s'adjuger une terre et des droits qui ne sont pas les leurs.

Affranchi de toute chaîne qui ne soit pas trempée d'amour et de combat et forgée de ses propres mains, Abraham a fait de sa vie une épopée d'actions des plus admirable dans l'histoire de l'engagement social et intellectuel des temps modernes. Son combat contre le colonisateur français,  puis contre la dictature royale, ses luttes pour la justice et le progrès dans son pays, sa résistance antisioniste sans failles, son soutien sans nuances à la libération de la Palestine, son refus de tout compromis lorsqu'il s'agit de défendre des causes justes l'élèvent à ce rang qui est le sien au panthéon de notre histoire. Serfaty n'est pas seulement du Maroc, du Maghreb ni du continent africain, bien que de ce temps-ci précis. Il est de cette constellation de combattants titaniques dont l'éclat rayonne sur l'univers en entier. Il est de cet autre monde qu'il revendiquait lui-même et lequel à son tour le revendique comme un moment de sa conscience.

Dans sa famille, il semble que la foi révolutionnaire se transmette de père en fils. Comme l'amour de la patrie (2) et de la justice. Son père était de gauche, indépendantiste et antisioniste. Sa mère aussi, ne fût-ce que dans l'éducation de ses enfants qui lui incombait en grande partie. Si bien que lorsqu'Abraham grandit et que sa condition d'homme multidimensionnel le met à la croisée des chemins, c'est cette voie-là et la foi qui lui est sous-jacente qui seront les siennes.

Ingénieur à un moment où ce titre assure à son porteur ce qu'on peut appeler une existence de cocagne, Abraham refuse l'opportunité de la vie aisée et, généreux, troque la prospérité assurée pour la justice et la liberté. Pour l'idéal révolutionnaire qui n'admette de richesse ni d'eldorado que partagés.

En 1944, âgé de 18 ans, il adhère aux Jeunesses Communistes Marocaines(JCM). Puis un an plus tard, ses études le menant à Paris, il rejoint le PCF (Parti Communiste Français). Sous la bannière rouge qui sera toujours la sienne quels que soient l'aile, le lieu et la dénomination du parti, il s'engage tôt dans la lutte pour l'indépendance de son pays. Les études terminées, il rentre au Maroc pour adhérer au Parti Communiste Marocain(PCM)(3) et continuer le combat anticolonialiste. En 1950 alors qu'il a 24 ans, marié et père d'un fils encore bébé, il fait le baptême de la prison. Pour des activités syndicalistes à Casablanca. Deux mois de réclusion pour l'initiation à l'épreuve. Mais au vu du délit, il n'y a pas lieu d'en dire que c'est une peine clémente. D'autant qu'Abraham, sitôt libéré, est assigné à résidence avec sa femme, sa sœur Evelyne et son bébé pour cinq ans en France.

Cependant celui qui est né Insoumis n'est pas fait pour se corriger. Ni sous l'occupant français ni, quand cet occupant sera parti, sous la monarchie indépendante.
Rentré au pays en 1956, alors même qu'on l'appelle à participer à l'édification du nouveau Maroc -les diplômés de l'École nationale supérieure des Mines de Paris n'étaient pas légion à ce moment crucial de l'indépendance - et qu'il prend part à la mise en place des institutions de l'État dans le domaine qui relève de sa formation et ses compétences, Abraham Serfaty continue son combat politique, refuse, malgré son côté alléchant et toutes les opportunités offertes, une allégeance qui l'aliène, ôte à l'insoumis sa tête.

Les années de plomb

De 1960 à 1980, le Maroc vit une  période sombre marquée de vagues successives de répression: les années de plomb. Autant ces années furent le creuset d'une véritable épopée révolutionnaire dont les protagonistes sont des opposants et des mouvements de gauche, autant elles inscrivirent dans l'histoire de l'arbitraire et la terreur de la monarchie les plus tristes pages. Entre personnes tuées, blessées, emprisonnées, disparues et exilées, à ce jour le bilan exact des victimes reste inconnu. Mais ce sont plusieurs dizaines de milliers selon de nombreux témoignages. Dont les rapports de l'Association marocaine des droits humains (AMDH).
Si Abraham Serfaty est sorti vivant de cette longue et rude épreuve, ni lui ni les siens (membres de famille et camarades) n'ont été épargnés par ses douloureuses séquelles.

En 1965, au lendemain des émeutes de Casablanca, on l'arrête et torture une première fois. C'est l'année même où est kidnappé à Paris, puis tué on ne sait où, Mehdi Ben Barka. C'est aussi l'année qui marque les dissensions puis la dislocation conjugales chez les Serfaty. Joséphine, sa première femme, ne partage plus la foi révolutionnaire. Elle la trouve trop coûteuse, l'Insoumis n'étant pas près de tempérer son zèle politique. Elle le quitte et part en France pour s'y remarier quelque temps plus tard. C'est un moment difficile dans la vie d'Abraham. Joséphine lui laisse leur fils tout jeune encore; il doit lui donner un peu de son temps même si ses parents sont là pour alléger un tel souci. Mais il n'en varie pas d'un iota sa ligne politique, ne baisse pas d'un cran la force de son engagement.

Deux ans plus tard, avant, durant et après la guerre des six jours, beaucoup de proches et d'amis s'éloignent à leur tour. Les uns émigrant directement en Israël, les autres allant s'installer en France. Le sachant damné antisionsite, on n'ose pas lui faire la morale de ce côté-là. Néanmoins beaucoup lui conseillent de se réfugier momentanément en France, alléguant de la présomption que la vie des juifs au Maroc pouvant connaître des moments difficiles. L'Insoumis ricane; il est justement fait pour ces moments-là et tous les moments difficiles! Il restera au Maroc, et debout, non seulement pour infliger un démenti à ceux qui propagent le mensonge et la terreur en vue d'inciter les juifs marocains à quitter le pays, mais pour enrayer aussi la fuite, autant qu'il le peut, contrecarrer le mouvement de trahison qui le fait énormément souffrir (4). Son père, à cette époque-là encore vivant, lui dit et redit que le sionisme est contraire à la religion. Abraham se gausse de la religion. Mais des juifs, non. Le judaïsme authentique, non perverti, n'a rien à voir avec le sionisme. Ce sont deux voies distinctes et, pour lui comme pour beaucoup d'autres juifs, diamétralement opposées. Il restera au Maroc avec quelques milliers d'indéracinables, répartis dans tout le pays, pour partager avec leurs frères et compatriotes de la majorité musulmane le bon et le pire.

Directeur, et solidaire des gueules noires

En 1968, alors qu'il est directeur de département à l'Office Chérifien des Phosphates, éclate une grève des mineurs de Khouribga (5). Et parce que l'autorité du directeur ne peut empiéter sur celle de l'Insoumis, ce directeur se dit solidaire des grévistes! Conformément à son statut dans la hiérarchie des rapports de production, il aurait dû se ranger du côté de sa bourse, derrière le système capitaliste qu'il est censé représenter et défendre de par son titre. Mais cela l'aurait discrédité vis-à-vis du cœur fidèle à ses convictions. Cet organe, chez Serfaty plus que tout autre, est à gauche. Et à l'heure de vérité, c'est la voix du cœur, du révolutionnaire engagé, qui a primé sur celle du fonctionnaire.

On ne lui pardonne pas d'avoir ainsi craché sur la soupe: il est immédiatement révoqué. Cependant ses compétences et son diplôme lui permettent de trouver presque dans les jours qui suivent un poste d'enseignant. Il est nommé à l'École d'ingénieurs de Mohammedia (6) où il restera jusqu'en 1972. Sans doute beaucoup moins payé qu'il ne l'était dans les phosphates. Néanmoins les amphis ont sur les bureaux l'avantage d'être plus aérés. Politiquement parlant surtout. Ce qui compte plus que l'argent pour le révolutionnaire intègre.

Ila Al Amame (En avant!)

Fidèle au parti communiste marocain pendant près de 20 ans, Abraham n'est pas non plus de ceux qui se complaisent dans le suivisme idéologique crétin et refusent d'évoluer. Il a beau critiquer la sclérose et appeler à en sortir, on ne l'entend pas. En 1970 il décide de quitter le PCM avec d'autres camarades dissidents pour constituer Ila Al Amame (7). C'est une organisation politique d'inspiration marxiste-léniniste, plus à gauche et soutenant la cause sahraouie, mais clandestine. Avec des militants de la stature de Abdellatif Laâbi, Abdellatif Zéroual, Raymond Benhaïm, entre autres, le combat politique peut se radicaliser, envers et contre toutes les appréhensions, les mises en garde, les risques somme toute plus ou moins calculés. La naissance, 4 ans plus tôt, de la revue bilingue "Souffles", le ralliement d'une légion d'intellectuels marocains et d'autres pays faisant de cette publication une référence tout autant que le QG de la gauche militante de 66 à 72, vont permettre à Serfaty et ses camarades de cristalliser autour de l'engagement les énergies créatrices de tous les domaines. Poésie, art, cinéma, recherche scientifique seront pour 7 ans les armes indissociables du combat politique.

Chasse à l'homme et répressions

Mais la dictature ne tarde pas à frapper. Et fort cette fois-ci. En 1972, prétextant d'un complot contre la sûreté de l'État, la machine répressive de la monarchie prend les forces vives de l'opposition sous son étau. La revue Souffles est saisie et interdite. La proscription s'abat sur les plumes associées à son nom comme sur tous les militants de l'organisation Ila Al Amame. Des arrestations en masse s'effectuent: 81 personnes à Casablanca, 150 à Kénitra. D'autres suivront encore. Ce n'est pas tout à fait le Chili de Pinochet, et ce Chili n'est pas encore né en 72, mais rétrospectivement le climat est le même. Le Maroc où, malgré tout, on pouvait dire qu'il y faisait bon vivre devient subitement méconnaissable.

Abraham Serfaty et Abdellatif Laâbi sont arrêtés une première fois, le 27 janvier 72, et sauvagement torturés. La jeunesse marocaine et leurs enseignants ne tardent pas à réagir: de larges manifestations lycéennes et estudiantines éclatent au pays, demandant leur libération. Le 25 février, face à l'ampleur de ce mouvement de solidarité, les autorités cèdent et les relâchent. Mais ce ne sera qu'une liberté provisoire. Alors que Serfaty entre à temps dans la clandestinité avec Abdellatif Zéroual et d'autres camarades d'Elal Amame, Laâbi et beaucoup d'autres sont de nouveau arrêtés à la mi-mars et reconduits au centre de torture de Derb Moulay. Le mouvement des lycéens et des étudiants étant entretemps brisé à la faveur d'une vaste répression, tous les libérés de 25 février qui ont pu être retrouvés sont de nouveau sous les verrous. En août 73, Laâbi est condamné à dix ans de prison (8). Quatre-vingt autres inculpés écopent de peines allant de 18 mois de réclusion à 15 ans.

Abdellatif Laâbi, ou le numéro d'écrou 18 611

On ne peut reconstituer le combat d'Abraham Serfaty sans faire de croisement avec Abdellatif Laâbi. Ni évoquer le combat de celui-ci d'ailleurs, tout aussi grandiose, sans l'attacher, à tel ou tel moment de cette épopée de résistance intellectuelle marocaine, au combat de Serfaty. Soulignons d'abord ce détail, qui n'est pas anodin, que sans la double damnation de la politique et de l'écriture qu'ils ont en commun, ni les lieux et dates de naissance, les communautés dont ils sont issus, les études ni les fonctions de ces deux personnages ne les auraient habilités à se croiser et se connaître.

C'est en 1942 que Laâbi est né. A Fès, cette ville qui fut constamment un haut-lieu de résistance. Que ce soit avant l'indépendance du pays, ou après. Et de cette enfance à Fès dans une famille modeste, on retient la participation à une manifestation contre l'occupant français, vers la fin des années 40. Une protestation  de masses où l'enfant s'est jeté et a failli mourir écrasé par une vague de manifestants que disperse dans la brutalité la gendarmerie. On retient aussi ses qualités d'élève brillant, sa passion précoce pour les livres. En cela il ressemble à Abdellatif Zéroual, comme on le verra plus tard. A quatorze ans, il écrit déjà, aussi bien en français qu'en arabe. Après le bac, il fait ses études à l'Université de Rabat, comme francisant. Et c'est dans l'enceinte de cette grande université qu'il rencontre en 1963 son âme sœur, Jocelyne. Celle-ci est une jeune française âgée de 20 ans, née à Lyon et, en 1950, partie avec sa famille au Maroc. Abdellatif l'épouse un an après, alors qu'il commence sa carrière de professeur de français dans un lycée de Rabat.

En 1965, la répression sanglante d'une manifestation d'écoliers et leurs parents à Casablanca, opposés à une réforme de l'enseignement jugée injuste, puis l'enlèvement de Ben Barka à Paris, marquent le début de son engagement politique. Comme Serfaty, il adhère d'abord au PCM, jusqu'à la dissidence évoquée précédemment et la constitution d'Ilal Amame. La Guerre des 6 jours infuse à ses écrits un ton de révolte et d'amertume, mais fait de lui aussi le premier traducteur, du moins en français, de Mahmoud Darwich. Ses traductions sont publiées au fur et à mesure dans la revue créée un an plus tôt. D'autres réservées au numéro Spécial Palestine intitulé "Palestine-Vietnam, un seul combat" n'ont pu paraître, en raison de la saisie des textes et l'interdiction de la revue.

C'est l'année 1968 qui marque sa rencontre avec Abraham Serfaty. Abdellatif doit déjà à la revue Souffles, dont il est fondateur et directeur, le rayonnement apporté par diverses plumes, que celles-ci soient arabes, africaines ou françaises. En si peu de temps devenue référence culturelle numéro 1 du Maghreb, Souffles deviendra aussi, avec l'arrivée d'Abraham Serfaty au comité de rédaction et l'accentuation des positions politiques qu'il y a apportée, la revue phare de l'élite cultivée de la gauche dans la région. Bilingue avant son arrivée, Souffles devrait à Serfaty aussi sa publication arabe indépendante. C'est que Serfaty, en cela conforme à son combat contre le néocolonialisme sous toutes ses formes, estime que la francophonie freine le développement dans les pays indépendants (9).
Notons aussi ce détail qu'à l'arrivée d'Abraham Serfaty à Souffles, beaucoup de plumes prennent leurs distances. Dont Tahar Ben Jelloun qui y collaborait depuis la France.

Quand il fut de nouveau arrêté le 14 mars 72, Abdellatif Laâbi est âgé de 30 ans. "On apposa un numéro sur le dos de mon absence", écrit-il. C'est son numéro d'écrou 18 611.



Christine Daure-Jouvin: pour le pire et pour le meilleur

Christine Daure-Jouvin est une Française qui enseigne l'histoire et la géographie au Maroc, à titre de coopérante. Abraham Serfaty lui doit deux ans de répit, ou plutôt de sursis. C'est elle qui l'aide lui et Abdellatif Zéroual, en ce moment très difficile où l'assistance même d'un ami, d'un proche, est susceptible d'attirer beaucoup d'ennuis. Généreuse (est-elle déjà éprise d'Abraham?) Christine leur trouve d'abord un appartement pour s'y planquer et, envers tous les périls, chaque fois que cela est nécessaire, elle assure la liaison entre eux et le monde extérieur. C'est elle aussi qui, des années plus tard, sera la nouvelle femme d'Abraham et se battra pour le sortir du trou.

En août 73, jugé par contumace Abraham apprend qu'il a été condamné à la réclusion à perpétuité (10).

Réclusion à la perpétuité!
Il a 48 ans, quand Abraham Serfaty apprend la sentence. Certes, il n'est plus tout à fait jeune mais il a encore de belles années devant lui. De belles s'il les veut ainsi. Et rien n'est encore perdu tant qu'il n'est pas encore menotté. II a la possibilité de fuir le Maroc. On le lui dit et demande, à commencer par celle qui l'aime.
Néanmoins Abraham a beau être libre encore, beau aimer Christine, il ne peut se délier de ce qui l'attache à son pays, à ses camarades, à son peuple. Aussi refuse-il de s'enfuir.

Ce n'est pas sans rappeler un temps fort de la geste de Guevara. L'attitude chevaleresque dans les brousses de la Bolivie, au moment où il se retrouve seul face à sa capture imminente. Le salut n'est pas dans la fuite, mais dans la capacité à triompher de tous ses alibis, dans la résistance héroïque jusqu'au bout. Abraham a-t-il pensé à Guevara à ce moment-là précis? On l'ignore. Mais il y a fort à parier que ce que l'on a convenu d'appeler lyrisme révolutionnaire a dû peser dans ce choix obstiné qui le fait écarter de ses projets la fuite. Tant mieux pour l'épopée! car c'en est une, bien et dûment inscrite dans l’histoire marocaine. Et c'est au courage et l'abnégation d'Abraham et ses compagnons, dont seuls quelques uns sont cités ici, qu'elle doit sa valeur comme telle et sa beauté.

Evelyne: tu parles ou on te tue!


Pendant qu'Abraham se cache et s'obstine à rester au Maroc, les rafles se poursuivent, de même que les recherches. La dictature ne l'oublie pas, ni lui ni son fils. On ratisse là où on les suppose joignables; et tous les moyens sont bons pour mettre le grappin dessus. C'est ainsi que le 26 septembre 1972, on arrête sa sœur Evelyne, sans autre motif que son lien de parenté. Et ce que la police espère tirer d'elle en l'interrogeant.
L'expression française tirer les vers du nez (à quelqu'un) est courante dans les milieux de la police comme dans les polars. Elle semble tirer son étymologie d'une pratique charlatanesque en rapport avec les vers rinaires (11). En tout cas, depuis l'avènement de la société policée, c'est-à-dire depuis toujours, et de nos jours encore plus,  l'expression est bien plus claire dans l'art policier que l'art médical! Et le prévenu qui entend:"Tu vas passer un sale moment" est en fait convié à se montrer collaboratif, souple, faute de quoi les matons se chargent de l'assouplir par leurs moyens et lui tirer les vers du nez.

Evelyne nous a laissé un émouvant témoignage sur ce qu'elle a subi au commissariat de Rabat. Voici, raconté par elle-même, dans quel contexte elle fut arrêtée et torturée:

" 26 septembre 1972. Je suis à Rabat pour y passer la journée (j’habite à Casablanca avec mes parents). Je vais faire des courses en ville. Quand je reviens vers ma voiture, deux policiers en civil, surgissent, m’interpellent, me font monter dans ma voiture et me font prendre la direction du commissariat.
Je suis amenée dans un bureau où un commissaire m’attend. Celui-ci est courtois, d’abord, pour me demander où est mon frère. Son ton change quand je lui réponds que je n’ai aucune nouvelle de lui et que je l’ai vu pour la première fois le 12 mars dernier (1972). Il dit alors : “Je ne vous crois pas, vous allez passer un sale moment.”


Sur les huit jours faisant ce "sale moment", trois surtout lui seront fatals. On la torture (physiquement et moralement), et même si l'adjectif est de trop, sauvagement (12). Mais elle est incapable de fournir la moindre information: en vérité, elle sait bien où se cache son frère ; et magnanime, de la même trempe qu'Abraham, elle ne dit rien. Ce qui donne aux tortionnaires le prétexte à plus de rage. La barbarie est telle qu'elle ne relâche la victime que réduite à une épave de vie, irrémédiablement condamnée à la  mort. Pas que la victime directe, en fait. Le père lui-même, profondément affecté par cette épreuve mourra de désespoir en 73. Et sa fille le suivra un an plus tard, succombant aux graves séquelles de son supplice.

1974: c'est sans doute la mort de sa sœur, la peur aussi pour son fils et pour Christine qui décideront Abraham Serfaty à sortir de la clandestinité et se rendre à la police. En réalité, son fils ne sera pas épargné le moment venu. Et Christine elle-même devra payer le tribut qu'on lui aura imposé, à titre de complice. Arrêtée à la même période, elle subit pendant des jours et des jours d'interminables interrogatoires avant d'être condamnée à trois ans de prison (13). Au terme de cette peine, considérée comme personna non grata, elle est immédiatement expulsée vers son pays. Mais un autre combat l'attend en France. Nous y reviendrons.

Abdellatif Zéroual: la passion du fils et du père

Dans tout parti, toute organisation politique, il y a des hommes à qui incombe la tache de secouer les têtes, d'agiter la pensée. Quoique Ilal Amame compte d'innombrables intellectuels, et des meilleurs au Maroc, de par sa formation philosophique et sa connaissance encyclopédique du marxisme-léninisme, Abdellatif Zeroual est de ceux qui ont le plus voix dans le domaine théorique. La scission qui est aux origines d'Ilal Amame doit ses fondements à cette voix.

Né à la ville de Berrechid (à 30 km de Casabalanca) le 15 mai 1951, Abdellatif Zéroual est, d'après tous les témoignages, un surdoué d'une intelligence rare. A 10 ans, il obtient son certificat de fin d'études primaires. A 17 ans, il est bachelier en lettres. Il s'inscrit en philosophie à la Faculté des Lettres de Rabat. Après la licence, il rejoint l'École Supérieure de Formation de Professeurs. Nommé dans un lycée de Settat (57 km de Casablanca, sur la route de Marrakech) il a juste le temps d'y enseigner pour une année, avant d'être contraint, en 72, à la clandestinité.
Abdellatif Zeroual est de ceux qui ont rejoint très jeunes Ilal Ameme: son adhésion est enregistrée alors qu'il a juste 19 ans.
On ignore dans quelles conditions au juste il est retrouvé par la police. Mais celle-ci a dû arrêter son père et elle aurait arrêté sa mère aussi, sans la maladie de cette dernière. Et alors que le père est détenu au derb Moulay Cherif, le 5 novembre 74, la police réussit à Kidnapper Abdellatif et le conduit dans une cellule voisine de celle de son père. De sorte que celui-ci entendra tout ce qui se passera et subira à travers les cris de son fils les pires douleurs qu'on puisse imaginer. Les tortionnaires ont menacé ce fils de tuer son père. Et lui ont infligé des sévices tels que le père l'entendait hurler jusqu'au matin.
Au lever du jour, ce père est relâché, les yeux bandés, quelque part dans la banlieue de Casablanca. Il attendra trois ans, jusqu'au procès de 77, pour apprendre de la bouche des compagnons de supplice la mort sous la torture de son fils.

Le 14 novembre, un cadavre est déposé à l'hôpital Avicenne de Rabat sous le nom de Bakali. C'est le cadavre de Abdellatif Zéroual mort au bout de 10 jours de torture . A ce jour, personne ne sait où Abdellatif Zéroual est enterré.

Le calvaire d'Abraham

Durant trois années des plus longues et pénibles, dont 14 mois où personne ne saura s'il est mort ou vif, Abraham Serfaty est gardé à vue au derb Moulay Cherif. A la fois commissariat, centre de torture et pénitencier de triste renommée situé à Casablanca, Moulay Cherif a acquis la réputation d'un enfer sur terre (14), le passage obligé de tous les damnés du royaume, le purgatoire où les pires atrocités sont permises. Tous les survivants des cachots de l'âge barbare, les survivants des années de plomb, vous diraient: "la perpétuité ailleurs, et pas un jour au Moulay Cherif". Les rescapés devenus fous ou invalides ont eu au moins la chance d'en sortir vivants. D'autres n'ont pas eu cette chance (15).
Pour avoir une idée sur la torture selon les normes en vigueur au Moulay Cherif, deux témoignages annexés à ce texte méritent d'être lus: Laâbi et Serfaty nous y restituent quelque chose de ce qu'ils ont souffert, à deux ans d'intervalle.

Le procès et le cri des insoumis

En octobre 77, Abraham est enfin jugé. Jugé n'est pas le mot qui convient ici, et pour cause! Mais même si la sentence est déjà prononcée pour lui depuis trois ans déjà, condamné à perpétuité et n'attendant que la confirmation de cette sentence, il veut sceller à sa façon ce procès. Avant de regagner pour la perpétuité sa cellule.
Dans la salle, quelqu'un a crié à la face du juge: " fasciste!" Le juge en devient pâle de colère et crie: "celui qui a dit "fasciste" a-t-il le courage de se lever?" Et c'est toute la salle qui se lève alors, 138 inculpés tous debout!
Le juge n'en pâlit que davantage et crie" deux ans de plus à chacun!  pour outrage à magistrat!"
Une femme dont le fils est déjà condamné à la prison à vie commente: "il les passera au paradis, ces deux ans supplémentaires!"
Mais le juge n'en est pas quitte. Abraham Serfaty veut dire un dernier mot et il obtient la parole.
“Vive la République sahraouie! clame-t-il. Vive la République marocaine! Et vive l’union du Maroc et du Sahara!”
Abraham ne sera pas rétribué de deux ans encore mais il sera condamné à l'isolement.
Les peines totalisées des 138 inculpés jugés dans ce procès sont de 30 siècles de prison!

La sœur de Jamila et Dalal: Saida Menebhi

En 72, lors de la première arrestation des "frontistes", Saida Menebhi était encore étudiante angliciste à l'Université de Rabat. Active au sein de l'UNEC (L'Union Nationale des Étudiants du Maroc), les manifestations et grèves qui ont conduit au relâchement de ses camarades sont en grande partie son œuvre. Épargnée par la première vague de répressions, elle a eu encore le temps de finir une formation pédagogique et d'enseigner dans un collège à Rabat, pendant près de deux ans. Bien que l'organisation Ila Al Amame soit officiellement dissoute, Saida continue de militer sous sa bannière de façon clandestine, parallèlement à sa lutte au sein de l'UMT (L'Union Marocaine des Travailleurs).
C'est le 16 janvier 1974 qu'elle est arrêtée avec trois autres femmes: Rabea Fetouh, Fatima Akacha et Pierra di Maggio (16). Comme les hommes, elle connait la torture et le cachot au derb Moulay Cherif. Puis, fin mars, après déposition devant le juge d'instruction, elle est transférée vers la prison civile de Casablanca.
Le jour du jugement, sous les applaudissements de ses camarades elle dénonce la condition d'oppression dans laquelle vivent les femmes marocaines. A la peine initiale de 5 ans de prison qui la frappe, le juge lui additionne deux ans encore pour outrage à magistrat!

Ce n'est pas tout: Saida, Rabea et Fatima, comme Serfaty, sont condamnées à l'isolement. Outrage oblige!

Le 10 novembre 1977, tous les prisonniers politiques du Maroc entrent en grève de la faim. Objectif: sortir les "parias" de leur isolement, obtenir le statut de prisonniers politiques et améliorer les condition de détention (17).
Saida Mennebhi a déjà participé à une grève de la faim au moment de sa longue garde à vue pour demander avec ses camarades que leur jugement soit fait. Cette fois-ci, la grève est faite pour elle en partie, mais cela ne l'exempt pas de l'honneur d'y participer. La grève est fixée à 40 jours. Saida ne peut pas mener ce combat à son échéance. Le 11 décembre, après 34 jours de grève, elle meurt faute d'assistance et de soins (18).

Lettre de Saida Mennebhi à ses parents

Le calvaire et son supplément


Alors qu'Abraham purge sa peine à la prison de Kénitra, minée par l'épreuve qui ne lui donne aucun répit, sa mère meurt de désespoir, comme son mari par le passé.
En 1982, un supplément s'ajoute au calvaire d'Abraham Serfaty. Son fils unique est arrêté, torturé et condamné à deux ans de prison. A sa libération, il se trouve presque seul, dans un pays qui a dévoré tous le siens. Fort heureusement, un copain de jeunesse dont le père était ministre, Driss Bahnini, lui tend la main. Grâce à cette amitié, Maurice peut remonter la pente. Aujourd'hui vivant à Montréal, s'il ne se plaint pas au plan matériel, il n'a pas tout à fait guéri de son épreuve. Il porte encore les séquelles indélébiles de ces années de souffrance.

Christine: le combat continue

Expulsée vers son pays, Christine Daure-Jouvin y trouve l'aubaine qui lui permet de se battre sur ce front extérieur et être encore utile à celui qui croupit en prison. L'épreuve de clandestinité a fait des deux amis des amants soudés. Et la prison n'a pu que renforcer davantage cette liaison. Dès 81, à l'arrivée des socialistes à l'Élysée, tirant profit de son amitié avec Danielle Mitterrand, Christine met tout son poids pour engager la diplomatie française dans sa bataille. C'est un travail de longue haleine et qui demande beaucoup de courage et de patience. En 85, Christine est autorisée à se marier avec Abraham: la célébration de leur mariage a lieu sous les barreaux de la prison centrale de Kénitra. Christine vit de nouveau au Maroc, à Casabalanca. Elle peut de temps à autre rendre visite à son mari. Mais elle ne peut se résigner à l'idée que la perpétuité soit irrécusable.
En 1991, au bout de 27 ans d'emprisonnement, Nelson Mandela est libre. Les images de sa libération font le tour du monde. Et le nom d'Abraham Serfaty émerge dans certains médias, en marge de l'évènement: il est depuis la sortie de son aîné le plus vieux prisonnier politique du monde. Et Christine a beau être expulsée deux fois encore du Maroc, elle ne désarme pas. Elle écrit. Elle a toujours écrit. Et fait écrire sur le Maroc et ses cachots, le Maroc et son amour, le Maroc et son espérance.

Le 13 septembre 1991: journée, historique, inoubliable. Au bout de 17 ans d'emprisonnement, suite à une campagne internationale engagée pour sa libération, Hassan II cède et libère Abraham Serfaty. Néanmoins, le roi ne veut plus de cet insoumis parmi ses sujets. Il le déchoit de sa nationalité marocaine, ce qui contraint Serfaty de s'exiler en France mais pour y revendiquer malgré tout son inaltérable marocanité. Il y reste pour huit ans.
Le 23 juillet 1999 décède Hassan II. Lui succède sur le trône Mohamed IV. Et dans les semaines qui suivent, Abraham Serfaty est invité à regagner sa patrie.

Sur le fauteuil roulant, Insoumis

Depuis son retour d'exil et jusqu'à sa mort, Abraham Serfaty est cloué à un fauteuil roulant. C'est l'une des multiples rançons du combat qu'il n'a cessé de mener tout au long de sa vie. Tortures, prison, perte d'êtres chers punis sans être directement impliqués dans son combat politique, désunion familiale puis les années de l'âpre exil, autant de facteurs ont marqué terriblement le corps du militant, mais sans le moindrement entamer l'âme de l'Insoumis.
En septembre 99, quand il descend de l'avion qui le ramène au pays, sur son fauteuil d'invalide, il trouve à l'aéroport une foule immense venue l'accueillir en héros et lui témoigner son amour et son attachement. Cet inoubliable instant de joie et de retrouvailles et la main tendue du roi Mohamed IV lui ont certes permis d'oublier un peu les peines tant endurées. Et s'il a pu mourir là où il est né et s'est battu, et dans la dignité, il doit être davantage heureux à l'instant où il repose à côté des siens.

Cercueil couvert des symboles associés à son combat*** Christine, Abdellatif et la foule pour les adieux

Avant de conclure cette rétrospective, ou cette ébauche de rétrospective qui a tenté de restituer quelques temps forts du parcours de ce combattant, il convient de rappeler que la villa que Serfaty a acquise à crédit au lendemain de son retour au Maroc n'est pas encore totalement payée.
Il convient de rappeler aussi que le défunt a refusé les dédommagements que l'État marocain voulait lui verser. Parce que le Maroc, dit-il, ne lui doit rien! Et ce qu'il a fait, ce qu'il a sacrifié, il le devait à sa patrie!

Des écrits pour la Palestine

Abraham Serfaty est au Maroc ce que fut Georges Adda à la Tunisie. Même si ce dernier n'a pas autant souffert, l'un et l'autre s'étaient battus pour l'indépendance et ont connu la prison et la déportation sous le colonisateur. A cette caractéristique commune qui les a soudés par le passé au Maghreb, s'ajoute le combat commun, après l'indépendance, pour la Palestine. Certes, Georges Adda n'était pas écrivain, ou pas assez prolifique comme Abraham Serfaty. Le Tunisien ayant écrit surtout des articles, ou figuré dans des documentaires télévisés, néanmoins il a rejeté sans ambages le sionisme et n'a jamais reconnu l'État d'Israël. Il s'est opposé même au président Bourguiba, alors qu'ils étaient compagnons de lutte, lorsque ce dernier proposait aux Arabes des négociations de paix avec Israël. Et jusqu'à sa mort à l'âge de 92 ans, survenue en 2008, Georges Adda n'a cessé de se battre pour la justice et la liberté en Tunisie, tant au sein du PCT qu'au sein de l'UGTT. Ni de proclamer son soutien sans nuance à la libération de la Palestine.

Parmi les écrits antisionsites d'Abraham Serfaty, outre les articles publiés dans la revue Souffles (les numéros sont, hélas! introuvables depuis l'interdiction de cette revue en 72) il convient de citer:

L'Insoumis, Juifs, marocains et rebelles (Desclée de Brouwer, 2001) : Écrit en collaboration avec Mikhaël Elbaz

Écrits de Prison sur la Palestine (Éditions Arcantère, 1992)

Lutte anti-sioniste et Révolution Arabe (Éditions Quatre-Vents, 1977).


Ils ont dit de lui:

« Il était résolument engagé dans la lutte contre le colonialisme. Et après l’indépendance du Maroc, il a été l’un des militants pour la démocratie et le respect des droits humains dans notre pays. Il ne faut surtout pas oublier qu’il a été, et c’est tout à son honneur, un combattant contre l’occupation israélienne et le sionisme. Il s’est battu pour que justice soit rendue au peuple palestinien » Mohamed Elyazghi - Ancien leader de l'USF (l'Union Socialiste des Forces Populaires)

« Serfaty est le révélateur de tous les combats du siècle marocain [...] « A Derb Moulay Chrif, je n’oublierai jamais son immense courage sous la torture. Serfaty était d’une incroyable résistance physique et morale. Il a toujours été incroyable de courage. Je pense aux procès de 1977, à nos longues grèves de la faim, à nos douloureuses révisions de positions. C’était un homme à la dimension extraordinaire et au courage politique exemplaire. Quand il a une conviction, il joint toujours le geste à la parole. » Salaheddine El Ouadie - ex-détenu politique

« Son parcours se confond avec les grandes séquences du Maroc. De la lutte pour l’indépendance, à la construction de l’Etat national, il s’est engagé en tant que militant mais aussi en tant qu’expert alors qu’il était conseiller d’Abderrahim Bouabid." Habib El Belkouch - directeur du CDIFDH (Le Centre de Documentation, d'information et de formation en droit de l'Homme)

" موقفه المبدئي والحازم الى جانب حقوق الشعب الفلسطيني يستحق كل التقدير والوفاء والإحترام والإنحناء أمام هذه القامة النضالية العالية. وكل الذين التقوا به أو قرأوا له أو سمعوا عنه سيحتفظون بذكرى عطرة لنموذج وقدوة في النضال والصلابة والإخلاص للمبادئ والقناعات النبيلة، حتى الرمق الأخير". داود تلحمي
Traduction:
"Sa position initiale intransigeante appuyant les droits du peuple palestinien mérite tout le respect, appelle à honorer sa mémoire et s'incliner devant cette haute stature combattante. Tous ceux qui l'ont rencontré, lui ont lu ou entendu parler de lui garderont de cet homme le pieux souvenir d'un exemple à suivre dans la lutte, la détermination et la fidélité jusqu'au bout aux nobles principes et convictions" - Daoud Telhami - Membre du FDLP (Front de Libération de la Palestine)


A.Amri
19.11.10



____________________________________Notes

1-L'Insoumis, Juifs, Marocains et Rebelles - Abraham Serfaty et Mikhaël Elbaz (Ed° Desclée de Brouwer -2001)

2- Alors que les ancêtres des Serfaty sont au Maroc depuis le XVe, chaque fois que la politique du pays les juge personæ non gratæ, elle s'arrange pour trouver le bon prétexte et les éloigner du Maroc. C'est ainsi que le père d'Abraham a été expulsé par l'occupant français sanctionnant son combat politique, parce que ce père a travaillé pendant 17 ans au Brésil. Il a pu réintégrer ultérieurement le Maroc mais la politique rééditera la sanction à l'encontre d'Abraham. A sa sortie de prison en 1991, on estime que ce "Brésilien" qui a abusé de l'hospitalité royale ne peut plus rester au Maroc et on l'expulse vers la France.3- Crée en 1943, interdit en 1959, rebaptisé le Parti de la Libération et du socialisme (PLS) en 1968, de nouveau interdit en 1969 et rené sous le nom Parti du progrès et du socialisme (PPS) en 1974.

4- Il faut rendre cette justice à ceux qui la méritent que de nombreux juifs marocains vivant aujourd'hui en France ou ailleurs n'ont jamais trahi ni le Maroc ni la conviction antisioniste d'Abraham Serfaty.
Citons quelques uns des plus connus: Reuven Abergel (Fondateur et leader du mouvement des Panthères Noires en Israël, activiste antisioniste), Jacob Cohen (écrivain et universitaire vivant à Paris, militant antisioniste), Mordechaï Vanunu (le Citoyen du monde, émigré à l'âge de 9 ans avec ses parents et retenu prisonnier et otage en Israël depuis qu'il a dénoncé le programme nucléaire sioniste).

5- Ville minière considérée comme la plus importante zone de production de phosphates au monde, située à 120 km au sud-est de Casablanca.

6- Construite en 1959 à Rabat, c'est la plus ancienne école d'ingénieurs au Maroc et en Afrique.

7-
En avant! (en arabe) devenu aujourd'hui Annahj Addimocrati (la Voie Démocratique).

8- Jocelyne, sa femme, sera arrêtée en janvier 75 mais son statut de Française entrant en jeu, elle sera relâchée au bout de 15 jours de détention.
Abdellatif sera remis en liberté après 8 ans de réclusion, sous la pression d'une campagne internationale pour sa libération, initiée par son ami français et éditeur Ghislain Ripault.

9-
"Rapprochons la pensée d'Al-Ghazali de la pensée dialectique contemporaine que nous avons rappelée. La pensée dialectique d'Al-Ghazali, coeur de la philosophie arabe, nous paraît pouvoir être autrement plus à la base de la construction d'une culture arabe révolutionnaire et créatrice et de la construction intellectuelle et scientifique de la nation arabe que la pensée stérilisante d'un Descartes." Abraham Serfaty ( La francophonie contre le développement)

10- Dans ce même procès, la réclusion à perpétuité a été prononcée par contumace contre 24 autres inculpés. Pour les inculpés arrêtés (35 personnes), les peines allaient de 15, 10, 8 à 5 ans.

11- "Au XVIIIe siècle, les "vers rinaires", parasites du nez, étaient une maladie assez répandue. Cependant, beaucoup avaient honte de dire au médecin qu'ils en étaient affectés. Ce dernier était alors obligé de les soumettre à un interrogatoire pour les faire parler. On disait alors qu'il leur "tirait les vers du nez". (L'Internaute)

- Une autre explication ici.

- Dans les pays du Maghreb, et sans doute dans d'autres pays aussi, la science infuse rurale recommande la consommation d'oignons crus pour l'extraction des vers rinaires.

12- Le texte ci-dessous est extrait du témoignage de la victime sur les atrocités qu'elle a subies :
"Je suis introduite dans un autre bureau où se trouvent plusieurs policiers. Mon sac est entièrement vidé devant moi. Les questions et les gifles pleuvent. Puis on m’oblige à enlever ma jupe et mes chaussures. On m’attache les chevilles et les poignets ensemble avec des chiffons et des cordes. On fait passer entre eux une barre de fer que l’on pose entre deux tables. C’est la torture du “perchoir à perroquet” déjà décrite par mon frère. On me pose un bandeau sur les yeux, un chiffon sur la bouche. On verse de l’eau sur le chiffon en me disant que si je ne parle pas, on ajoutera du javel à l’eau. C’est l’étouffement, une sensation horrible.
Je suis toujours sur le “perchoir ”, mais c’est le supplice de l’électricité, dans les oreilles, dans le sexe, puis on m’enfourche des fils autour des orteils, et ce sont de terribles décharges dans tout le corps. “Ce n’est rien me dit-on, tu verras quand on te fera ça aux seins.”
Un autre supplice : on m’enroule dans une couverture, m’étend sur un banc de bois, attachée avec des cordes, on incline le banc de façon à ce que la tête touche presque le sol. C’est toujours la technique de l’étouffement, mais aggravée par le fait qu’on ne peut pas bouger et que la sensation de perdition est encore plus grande.
Entre deux tortures, les policiers me saisissent par les cheveux, me secouent, me giflent, me disent en arabe “parle, parle”. Je ne parlerai pas d’injures, ce serait trop long.
Cette fois-ci, on m’attache les chevilles et les poignets à une corde. Je n’étais plus en mesure de distinguer où était suspendue cette corde. Je sais que je tourne et qu’à chaque tour, on m’appuie fortement sur la colonne verticale, au creux des reins. J’ai l’impression que mes vertèbres vont se briser d’un moment à l’autre.. C’est atroce.
Je suis par terre, grelottante, claquant des dents. Un de mes tortionnaires me fait mettre ma jupe “pour que j’aie moins froid !”

Puis c’est encore le “perchoir ”. Cela dure longtemps, l’étouffement, l’électricité. “Lève le doigt si tu veux parler”. Je sens mes mains et mes pieds gonfler, devenir de bois. Je sens quelque chose de chaud couler sur ma jambe droite. J’ai réalisé plus tard que c’était du sang et qu’on m’a fait un pansement grossier avec une corde et un chiffon.
Je me retrouve sur le sol, le dos contre le mur. Mes jambes et mes pieds sont bleus, gonflés, énormes. De même que mes mains.

Mais ce n’est pas fini. On m’obligea à me relever, on me frappe sur tout le corps avec une longue barre plate en bois. Un de mes tortionnaires, grand, gros et fort, me marche sur les pieds. Enfin au comble de la rage, les policiers sortent un énorme couteau dont ils me mettent la pointe sur la gorge, puis un revolver qu’ils m’appuient sur l’oreille. Ils sortent un radiateur électrique, qu’ils branchent, et me menacent de me faire asseoir dessus, mais ils se ravisent.
On me laisse tranquille un moment. Puis les policiers reviennent et me disent “puisque tu ne veux pas parler, on va aller chercher tes parents et les amener ici. Ils subiront le même sort que toi (mon père a 83 ans, ma mère, à moitié aveugle, 79 ans). Tu ne dis rien, bon, on va aller les chercher. Tu les verras bientôt, réfléchis”.

La nuit tombe. Les deux policiers qui prennent la relève me font marcher dans le couloir, de plus en plus vite, en me levant et abaissant les bras. Les deux suivants me font rester debout jusqu’à 6 heures du matin. On me permet alors de m’asseoir, le dos contre le mur."
Témoignage d'Evelyne Serfaty datant du 16 octobre 1972

13- Son nom complet: Maurice Ali Moses .

14- A moins que l'enfer réel ne soit la prison de Tazmamart. C'est grâce à Christine Daure-Serfaty et le livre écrit par le journaliste Gilles Perrault Notre ami le roi en 1990 que cette prison, longtemps tenue en secret, a été découverte
. Cédant à la pression internationale suscitée par ce livre, le roi Hassan II décide de fermer la prison en 1991 et de relâcher les derniers détenus.
15 - On peut citer au moins deux anciens détenus sortis fous: Mustapha Ouaham et Hassan Elbou. Abraham Serfaty, suite à son passage au derb Moulay, ne peut plus utiliser ses mains pour écrire tant le fer des menottes lui a abîmé les poignets.

16- Pierra di Maggio, jeune italienne engagée comme enseignante à L'Ecole Montessori de Casablanca, a été mêlée aux
affaires marocaines d'une manière quelque peu forcée. Certes, l'enseignante était de gauche et sympathisait avec l'opposition marocaine mais, à notre connaissance, il n'y avait vraiment rien de consistant dans son dossier : intime amie de Saida Menebhi, elle a dû participer aux grèves et manifestations de 72, ce qui lui a valu l'arrestation et l'inculpation. Elle a été libérée en 78. Installée depuis en France, elle est militante à la section française d'Amnesty.


17- 55 interrogatoires et une condamnation pour "abus de l'hospitalité royale et hébergement d'un recherché de justice".

18- Abdellatif Laâbi, enfermé dans la prison centrale de Kénitra, écrit à ce sujet: "Prisonnier! Qu'est-ce à dire? Une cellule tout ce qu’il y a de plus cellule :2m30 x 1m30 environ. Cubage dans les normes parait-il. Murs blanchis à la chaux, oh si chichement. Une ampoule suintant la misère de ses 25 watts encastrée dans le mur, mise hors d'atteinte par un verre dépoli massif, un w.c. siège à la turque surmonté d'un robinet en cuivre, la petite fenêtre réglementaire avec les non moins règlementaires barres d'épaisseur respectable et, grand luxe, une petite étagère où le « pensionnaire » pourra ranger ses affaires. Devant vous, la porte grise avec son judas lui-même aveuglé par un système ingénieux de plaque métallique à glissière, à son tour perfectionné par un autre système de blocage constitué d'un fil de fer qui passe dans un anneau au milieu de la plaque et l'immobilise à la base. Nous avons enfin une plate-forme en maçonnerie enduite de ciment qui prend pompeusement la moitié de l'espace et reçoit la paillasse. C'est là où le pensionnaire trône, dort, fait ses cauchemars et parfois au bout d'un dédale de raisonnements obscurs et d'hallucinations décide de se suicider. Nous sommes bien sûr à la « Maison Centrale », le joyau de la chaîne des pénitenciers du Pays du Soleil."

Abdellatif Laâbi - Le règne de barbarie (Seuil 1980)

19- Un site dédié à la mémoire de Saida Mennebhi

_____________________
Torture: témoignage de Laâbi





"On me coucha sur le ventre. On me replia violemment les mains derrière le dos et on me les attacha solidement. J'ai remarqué qu'avant de m'attacher les mains, ensuite les pieds, ils prenaient la précaution de me couvrir les poignets et les chevilles de chiffons, pour que les cordes ne laissent pas de traces. Ils me passèrent ensuite une grosse barre de fer entre les mains et les pieds, me soulevèrent et posèrent les extrémités de la barre sur deux tables qui étaient disposées à un peu plus d'un mètre l'une de l'autre. J'étais ainsi suspendu, le ventre dans la direction du sol. Tout le corps pesait ainsi sur les mains et sur la colonne vertébrale. Cette position m'était d'autant plus douloureuse que je suis atteint depuis longtemps d'un rhumatisme dorsal qui a entraîné la soudure de deux de mes vertèbres. Je ressentis presque tout de suite une douleur aiguë dans la colonne vertébrale et sentis mes mains se gonfler rapidement. On apporta nsuite une sorte de caisse en bois qu'on déposa sur le milieu de mon dos. Le poids de la caisse accentuait encore la douleur. J'étais au bord du délire lorsqu'on m'a déposé, sans me délier d'ailleurs les mains et les pieds. On me laissa un moment par terre, puis l'opération recommença. Cette fois-ci, elle dura plus longtemps encore. Je ne pus m'empêcher au bout d'un certain temps de crier pour me soulager un peu, mais je devenais de plus en plus faible. Mes idées s'embrouillaient. Je sentis monter dans mon gosier le goût âcre de la mort[...]Au cours des dix premiers jours qui suivirent cette période de "garde à vue", je ne pouvais marcher que péniblement, j'avais mal constamment aux articulations et je soufflais d'une inflammation des yeux"
.

Abdellatif Laâbi - Le règne de barbarie (Seuil 1980)

_______________________Torture: témoignage de Serfaty:
« Il y a d’abord les chevalets : deux lourds chevalets de bois massif de 1,20m à 10,40 m de hauteur, avec une entaille arrondie et recouverte d’acier au milieu de la poutre supérieure ; les deux chevalets placés en vis-à-vis, le tube d’acier qui vous porte est posé dessus et vous voilà suspendu. Ces deux chevalets peuvent également servir au support des cordes qui vous lient respectivement poignets et chevilles dans la torture dite ‘de l’avion’. La suspension du corps au tube d’acier est à la fois simple et diabolique (…) On m’avait d’abord déshabillé entièrement pour me faire enfiler la tenue du Derb (ainsi avons-nous appelé entre nous ce lieu de torture, du nom du quartier de Casablanca où il est situé, le Derb Moulay Cherif) ; cette tenue consiste en une chemise et un pantalon de toile kaki, sans rien d’autre, pas même de sous-vêtements. Assis par terre, les genoux repliés sur le corps, les bras liés fortement par les poignets sont enfoncés sur les jambes jusqu’au-dessous des genoux et les tortionnaires passent alors le tube entre les poignets et le creux des genoux. Il n’y a plus qu’à vous suspendre. L’étouffement par l’eau se fait en pesant un torchon à laver les sols (en toile de sac) sur la bouche. Le raffinement de ces experts de la torture, par rapport à ceux que j’avais subis à Rabat en janvier 1972, est de se contenter d’humecter régulièrement le torchon, ce qui produit le même effet d’étouffement que lorsqu’il est abondamment arrosé, mais ainsi, le corps ne s’emplissant pas d’eau, la torture peut durer beaucoup plus longtemps. A plusieurs reprises, sur ce chiffon ainsi humecté d’eau, les tortionnaires frottaient un produit chimique qui donne alors une légère mousse. L’effet en est pour le moins étrange : on éprouve le besoin irrésistible de se mordre la bouche pour boire son sang.»


Source

___________________Publications de Christine Serfaty

Lettre du Maroc (Stock, 2000).

La femme d'Ijoukak (Stock, 1997) : roman, une étrange histoire dans les montagne de l’Atlas (Lire un commentaire sur le site de l’éditeur). Publié au Maroc en 2008 seulement.


La mémoire de l’autre (Stock, 1993) : La vie de Christine et Abraham Serfaty dans un livre à deux voix.

Rencontres avec le Maroc (La Découverte, 1993)

La Mauritanie (L’Harmattan, 1993).

Tazmamart (Stock, 1992) : Le livre qui a dénoncé le bagne dont les autorités marocaines niaient jusqu’à l’existence

____________________
Liens externes

vendredi 5 novembre 2010

ساركوزي وإسرائيل واليهود- بول إيريك بلانرو

بول إريك بلانري هو اسم بارز في النخبة الواقفة على تشكيل الرأي العام المعاكس داخل أروبا بالخصوص والغرب عموما (1) وقد ساهمت كتاباته في تنامي هذا الرأي على مدى ما يقرب من 20 سنة ولو أن خصومه الفاعلين حقا في مجال اهتماماته السياسية وبالتحديد تلك التي لها علاقة بفضح اللوبي الصهيوني والتنبيه لمدى تغلغله في فرنسا منذ تولي ساركوزي زمام الحكم لم يمكنوه من اختراق حدودنا العربية والشرقأوسطية على الوجه الأفضل إلا منذ سنة تقريبا بعد صدور كتابه "ساركوزي وإسرائيل واليهود" .
هذا الكتاب المدوي والذي طبع في بلجيكيا و صودر حقه في التوزيع بفرنسا دون استناد لأي حكم قضائي بمنعه ما يزال ليومنا هذا ممنوعا من الدخول لقرائه الفرنسيين وغير الفرنسيين عبر مسالك التوزيع المعهودة حتى وإن لم يستطع خصومه فرض هذا المنع الغير القانوني على منافذ الكتاب المتوفرة حاليا سواء في بلجيكيا أو عن طريق الانترنت وحتى وإن كان لهذا المنع الغير معلن جانب إيجابي من حيث أنه أسهم في توسيع دائرة الإشعاع للكاتب بحكم الإشهار المجاني الذي وفره بهذا الخصوص داخل فرنسا أو خارجها فإن جور الحصار المسلط على مفكر من هذه الطينة يحتم علينا كعرب معنيين بالصراع الذي يخوضه وهو صراع أقل ما يقال فيه أنه شرس وشريف ، ألا نكون في خانة الحياد أو الغياب تجاهه والكلام موجه هنا للنخبة والجماهير العريضة على حد السواء لأن الصورة النمطية التقليدية للغرب ونعني بذلك الغرب المتصهين عن بكرة أبيه لم تعد مقبولة في يومنا الحاضر ويتحتم علينا أن نعيد النظر في هذه الصورة المحنطة ونخضعها بكل موضوعية لما تتطلبه من تحبين حتى نعي عن حق أهمية الدور الذي يمكن لأي واحد منا أن يلعبه، أيا كان مكانه في هذا الوطن الكبير، في دعم التيار المعاكس للوبي الصهيوني بالغرب. وحتى أكون أوضح وتحديدا باتجاه من يصنفون خارج النخبة أقول أن من يشتري لنفسه أو ابنه كتابا لأحد الجنود الواقفين في هذه الجبهة ومن يروج بقدر المستطاع قسطا من كتاباته وأفكاره أو حتى مجرد صورة وتعليق بسيط عليها ضمن المجال المتاح على منابر رقمية كهذا المستعمل هنا يكون قد ساهم في تقريب ساعة الخلاص لكل الشعوب الممسوكة بمخالب الصهيونية ومن ضمنها شعب فلسطين . لأن هؤلاء المفكرين وإن كانوا صادقين في قولهم "ليس مهما ما يقال" ، يهتمون وأكثر مما بإمكاننا تصوره بما يما يمكن أن يصدر منا بالذات و يحسسهم بمدى الاختراق الذي نجحوا في تحقيقه خارج أوطانهم وبالخصوص رغم المحاذير التي تلقوها وما يزالون من الأطراف المحاصرة لهم .

الكاتب والكتاب:
بول إريك بلانري مؤرخ حاصل على درجة دبلوم الدراسات المعمقة في التاريخ وأستاذ سابق للمادة بالمعاهد الثانوية وبحكم الإرث الفكري الذي يدين به بلانري لفولتير وفلاسفة الأنوار في الجزء الأكبر من تكوينه سواء في مرحلة الدراسات الجامعية أو بعد التخرج والتفرغ للبحث والكتابة أسس سنة 1994 جمعية فلسفية سماها رابطة "الزتيتيين" تستوحي خطها ومنهجها من الفيلسوف اليوناني "بيروس " المؤسس لمذهب الشك تعمل على إشاعة الذهن النقدي ودعم المناهج العقلانية في تقصي الحقيقة أيا كان محورها وكان لبلانري ورفاقه جولات عديدة في هذا المجال وتحديدا فيما يتعلق بالجانب الأسطوري و"الخوارق" المزعومة سواء كانت علمية أو تاريخية ونشطت هذه الحلقة حتى سنة 2004 تاريخ حلها ذاتيا لاعتبارات مهنية. وكان لرابطة "الزتيتيين" الفضل الأول لاكتساح بول إريك بلانري الفضاء الإعلامي المرئي والإذاعي إذ كان كثيرا ما يدعى للإدلاء برأيه في مواضيع ذات ارتباط باهتماماته ضمن هذه الرابطة ومنشوراتها.
ويمكن القول أن بول إريك بلانري لم يترك موضوعا من محظورات الرأي التاريخي إلا وتطرق إليه بدءا بالشأن الكنائسي ككفن المسيح المزعوم الذي صنع نظيرا له بمواد محلية واجتهاده الخاص ووصولا إلى الشأن السياسي العام وربما أيضا في منظور البعض الخاص جدا كعلافة ساركوزي بكارلا وقد ألف بمعية كريس لافاي كتابا بشأنها أسماه (كارلا ونيكولا:وقائع الارتباط الخطير) صدر سنة 2008 و يعد هذا الكتاب أول تقرير شامل وجدي لخفايا العلاقة بين ما يعتبره الكاتبان "فاجرة رومانسية" ورئيس مطلق و تلميح هذا العنوان لرواية لاكلوس الشهيرة (2) غني بالدلالات أقلها ما يوحي بالدعارة ومغامرات الأخلة زمن شيوع أفكار الزندقة في القرن التاسع عشر. وعلى ضوء الومضة الأخيرة بخصوص هذا الكتاب يمكن القول أن عداء ساركوزي لبول إريك بلانري بدأ قبل صدور الكتاب المدوي "ساركوزي وإسرائيل واليهود"

"ساركوزي وإسرائيل واليهود"
الكتاب برز أكثر من غيره منذ سنة تقريبا بحكم ما أثاره من جدل هو في الواقع لدى المدافعين عنه أكثر من المتحاملين عليه.
صدر هذا الكتاب منذ سنة تقريبا في بلجيكيا و ليس بفرنسا وبالتحديد لدى الناشرين التقليديين لهذا الكاتب لا لشيء إلا لأن المؤلف الذي جاء في أعقاب الحرب على غزة و ضمن امتداد للرأي العام المعاكس في أرويا لسياسة الولاء لإسرائيل لم يرق للسلطة الحاكمة في فرنسا باعتبارها طرفا في اللوبي الصهيوني العالمي ويبدو أن أوامر قد صدرت منذ مدة ،وربما على أعلى مستوى في جهاز السلطة السياسية بالذات، لكل الناشرين ودور التوزيع بفرنسا بوضع ٍ بول إريك بلانري على قائمة الممنوعين في هذا البلد أو على الأقل داخل مسالك التوزيع التقليدية والأكثر قدرة على ترويج الكتاب . ولأن المنع المذكور جاء بقرار سياسي بحت وسري، وليس بحكم قضائي فهذا ما يفسر قلة الجدل على الكتاب وصاحبه لدى المتحاملين عليه نظرا لغياب الحجة عند الأخيرين و ثرائها لدى بلانري من ناحية ومن ناحية أخرى لأن منطق الدخول في جدل مع صاحب الكتاب أو المدافعين عنه لا يخدم لا ساركوزي ولا اللوبي الصهيوني من وراءه بقدر ما يخدم الكتاب نفسه لما يقدمه له من إشهار مواز لكل تشهير. وليس ثمة أدنى مبالغة في القول بأن صدور هذا القرار وتنفيذه في البلد الذي يعد مهدا لأكثر القيم الإنسانية تداولا في مجال الحقوق والحريات يكرس الطابع الفاشي للحكم الساركوزي ويرسخ تقليد السلطة الاعتباطية في أجلى مظاهرها كالجور في حق المفكرين الأحرار وتكميم أفواه الصحافة ورفض الرأي المخالف فيما يتعلق بكل المحرمات التي تنتقد إسرائيل أو تندد بالصهيونية. وهذا التمشي المنافي لمبادئ الجمهورية في سياسة الحكم والذي بدأ بشكل متنام مع صعود ساركوزي للسلطة زاد ترسخا منذ حرب إسرائيل الأخيرة على لبنان والحرب التي تلتها على قطاع غزة . ولسائل أن يسأل كيف يمكن لناشر فرنسي أن ينصاع لقرار سياسي ولا ينسج على منوال الكاتب الذي تحلى بالشجاعة وتمرد على هيمنة الرأي السائد في هذا المجال أو غيره ؟ في الواقع لأن الكاتب يفكر والناشر بدور ه "يفكر" وإن اختلف المستوى بين هذا وذاك فحين يكتب بول إريك بلانري منتهجا الشعار الذي يردده لأصدقائه ولمنتقديه على السواء، وهو "العمل الجيد وعدم الاهتمام لما يقال" ندرك أن الدافع الأخلاقي المضمن بالشعار هو قاعدة أساسية في اتجاهه الفكري بصرف النظر إن لاقى العمل المكتوب استحسانا ومن ثمة رواجا أو لا وحين نبحث عن نظير لهذه القاعدة في الطرف المقابل نجدها مصاغة بهذا الشكل تقريبا مثلما وردت في تبرير احد الناشرين الفرنسيين لرفض الكتاب المعروض عليه للنشر إذ يقول:"فيما يخص نشر الكتاب، لا للأسف لأنه فضلا عن المخاطر المترتبة عن إصدار الكتاب والمقاسة على أية حال، لن يكتب لصالحنا سطر واحد في الصحافة ولن يقال لفائدتنا أقل من ذلك في محطة إذاعية أو تلفزية، وذلك بسبب القبضة الخانقة لهؤلاء الذين لا نستطيع ذكر أسمائهم وأتباعهم..." وبالتالي نفهم أن قاعدة الناشر الأولى هنا هي ضمان الاستحسان بقصد الرواج كمعيار أساسي لتقييم أي إنتاج فكري يعرض للإصدار ولن يكون لأي كتاب حظ بهذا الخصوص ما لم يرضى عليه الصهاينة و من هنا تتضح لنا الأسباب المبررة لامتثال دور النشر والتوزيع للأوامر التي وجهت إليهم بخصوص المغضوب عليه بول إريك بلانري لأن تبعات أي تجاوز لهذه الأوامر تشتمل على مخاطر جمة كتلك المشار إليها بوضوح في المراسلة المذكورة أو ما ضمن في عبارة "المقاسة على أية حال" وهي تمس تحديدا بوجود تلك الدور على اختلاف مستوياتها، كالتشهير بها على قنوات وسائل الإعلام المذكورة ومن ثمة قطع مصادر الرزق بالنسبة لها وربما أبعد من ذلك بالرجوع لحادثة الاعتداء التي ارتكبت في حق مكتبة ريزيستانس الباريسية أو جرائم الاغتيالات التي نفذها الموساد في العديد من البلدان بالعالم والتي حذر منها صاحب الكتاب نفسه بول إريك بلانري

في 1968 أصدر الفيلسوف الليبرالي الفرنسي رايموند أرون كتابا أسماه "ديغول وإسرائيل واليهود" وانتقد فيه سياسة الرئيس الفرنسي أنذاك تجاه إسرائيل وهي سياسة اتسمت بكثير من البرودة منذ حرب الأيام الستة واعتبر الفيلسوف أن سياسة ديغول هذه تضر كثيرا بالجالية اليهودية التي تعيش في فرنسا
وبالتالي يمكن القول أن اعتماد بول إيريك بلانرو لعنوان يذكر بكتاب رايموند إرون يندرج في الواقع في أسلوب معارض لنداء الفيلسوف. لأن ساركوزي بعكس ديغول تماما جعل من فرنسا تابعة لإسرائيل أو مرتبطة بها لأقصى الحدود والحال أن ديغول أراد لها أن تكون مستقلة لا فقط عن إسرائيل وإنما أيضا عن بقية أطراف النزاع في الشرق الأوسط حتى تكون قادرة على الإضطلاع بدور ريادي في إحلال السلام بهذه المنطقة. وتبعا لذلك فأن بلانرو يستنكر في هذا الكتاب سقوط فرنسا في الوحل الصهيوني بكيفية لا تليق لا بتاريخها الديغولي فقط وإنما بماضيها كحاضنة للفكر الثوري وهي التي بزغت منها فلسفة التنوير وعاشت أول ثورة على الإقطاع ومنها استلهمت مبادئ الجمهورية وقيمها في شتى أنحاء العالم

ويذكر الكتاب بعمق الوحل وعراقة التصهين الساركوزي بدءا بماضي نيكولا ساركوزي قبل أن يصبح رئيسا وصولا إلى الفترة الحالية ومرورا بالفترة الإنتخابية التي انتهت بوصوله لسدة الحكم واستنادا إلى ما لايحصى ولا يعد من الدلائل والحجج يبين الكاتب أن سوس الصهيونية قد أتى على كل بعد وطني أو قاري أو أممي لفرنسا. فقبل أن يصبح رئيسا كان نيكولا ساركوزي عضوا في لجنة العلاقات الخارجية للمجلس الوطني وعضوا في جمعية الصداقة الفرنسية الإسرائيلية وكانت أسرائيل البلد المفضل لديه وشبكات الدعم لإسرائيل ردت له هذا التفضيل بما يليق به أو أكثر حيث أن اللجنة اليهودية الأمريكية كانت على اتصال دائم بساركوزي فضلا عن الإتصالات التي تتم بينه وبين جمعيات يهودية وطنية أو أروبية ولا يتحرج بلانرو في القول بأن ساركوزي اسرائيلي بل ربما كان جاسوسا اسرائيليا وعميلا للمخابارات الأمريكية في الآن ذاته ومن ثمة فإن وصوله للحكم جاء بدعم إسرائيلي وصهيوني
أما كيف أتى سوس الصهينة على الجهاز الحاكم منذ تولى ساركوزي الحكم فذلك قد بدأ بتعيين برنار كوشنار وزيرا للخارجية بأمر صادر من تل أبيب ومفضوح للغاية، تلته زيارات ساركوزي لإسرائيل حيث استقبل بحفاوة نادرا ما نجد مثيلا لها في تاريخ اسرائيل واستقبال ساركوزي لعديد المسؤوليين الإسرائيليين في باريس رغما عن امتعاض شرائح كبيرة من الفرنسيين وتبادل القبلات الحارة بين ليفني وساركوزي تارة وليفني وكوشنير تارة أخرى وفي الوقت الذي يقصف فيه شعب فلسطين بقنابل الفسفور والظهور في أكثر من مناسبة جنبا إلى جنب مع ممثلين بارزين سواء للحركة الصهيونية أو الأحبار في فرنسا ، فضلا عن موقف فرنسا الرسمي المساند لإسرائيل في حربها على غزة وانخراطها في كل ما يدعو للحرب على إيران وغيرها من الأمثلة التي لا يسمح المجال بعرضعا في مقال كهذا
ما المطلوب من فرنسا وإسرائيل؟
يختم بلانرو كتابه بفصل عنوانه: إعادة الإصدار لليلة الرابع من أوت. وفيها إشارة لتاريخ الثورة الفرنسية وما شابها من غيلان شعبي على الإقطاعيين بداية من 14 جويلية 1789 وهو يوم تحرير المساجين من معتقل لاباستيو حتى ليلة الرابع من أوت لنفس السنة. بعد 20 يوما من حرق المزارع وتدمير الممتلكات وأمام شبح المذابح التي كانت تهدد الإقطاعيين اجتمعت الجمعية التأسيسية وهي برلمان ثوري نشأ قبل تحرير لاباستيو بما يقرب من شهرلتنظر في الحلول الممكنة لوضع حد لهذه الإضطرابات وكان أمام الجمعية التأسيسية حلان لا غير: إما تثبيت حق الملكية للإقطاعيين بقمع الغضب الشعبي وإما إحداث آلية إغاثة تتكفل بمساعدة المعوزين الأكثر فقرا ولكن لا الحل الأول كان مرضيا باعتبار معارضة الفلاحين الشديدة للنظام الإقطاعي ولا الحل الثاني أيضا لأنه لم يكن يتلاءم مع الحالة الطارئة التي تعيشها البلاد ومن هنا تم الإتفاق على إلغاء الحقوق التي كان الإقطاعيون يتمتعون بها. وفيما يخص مستقبل إسرائيل إعادة الإصدار لليلة الرابع من أوت معناها في منظور صاحب الكتاب أن الصهيونية مآلها كالإقطاعية للزوال، وعلى إسرائيل أن تحمي اليهود قبل فوات الأوان بإلغاء كل الإمتيازات التي يتمتع بها شعبها على حساب الفلسطينيين، مما يعني إعادة توزيع الأرض على السكان بما يكفل عودة اللاجئين واسترجاعهم لأملاكهم وهذا لن يتم إلا في ظل دولة موحدة للشعبين تكون على شاكلة جنوب افريقيا بعد إلغاء نظام الميز العنصري.
هذا فيما يخص الجانب الإسرائيلي، أما بخصوص فرنسا فبلانرو يخاطب بنفس التحذير يهود وطنه منبها لمغبة الإنسياق وراء ساركوزي ومساندة إسرائيل العمياء، سواء في سياستها الداخلية أو سياستها الخارجية لأن توريط فرنسا في تحالف يدعم اسرائيل في حرب محتملة ضد إيران أو لبنان أو أي بلد آخر من شأنه أن يعمق الهوة في المدى القريب أو المتوسط بين الفرنسيين من أصل غير يهودي واليهود.

أ.عامري
06. 06. 2010


1- من أمثال ميشال كولون وجان بريكمون وبيار بورديو
- لاكلوس:
الإرتباطات الخطيرة Pierre de Laclos: Les liaisons
dangereuses-2
______________________
Sarkozy, Israël et les Juifs
Paul-Eric
Blanrue
الكتاب متوفر لدى الناشر على العنوان التالي
Editions Oserdire
39 avenue du Centenaire
B-4053 Embourg BELGIQUE
_______________________
روابط خارجية
موقع حلقة الزيتتيين
http://www.zetetique.ldh.org/
مقابلة صحفية مع بلانرو
http://www.geostrategie.com/1678/entretien-avec-lhistorien-paul-eric-blanrue
ساركوزي قلب رأسا على عقب قيم جمهوريتنا
http://www.voltairenet.org/article160311.html
مواقع لبلانرو
http://sarkozyisraeletlesjuifs.blogspot.com/
http://blanrue.blogspot.com/

jeudi 4 novembre 2010

Defamation: quand les enfants désavouent le père

Né aux USA puis transmis vers l'Europe, le vent de la sédition intellectuelle qui souffle sur le sionisme n'est pas près de faiblir, loin de là. Tout en prenant l'allure d'une révolution culturelle de masse marquant la nouvelle décennie de ce siècle, il frappe à présent Israël où il se propage à la faveur d'une conscience juive dissidente et libérée de l'identité séculaire du sémite , éternel persécuté et, en tout lieu, victime. De plus en plus d'intellectuels et d'artistes emboîtent le pas à Chomsky, Norman Gary Finkelstein, Rony Brauman, entre autres "brebis galeuses" juives, et montent au créneau pour fustiger le sionisme et désavouer la politique de leur État. Ce mal délétère qui condamne le sionisme et laisse présager de sa fin certaine dans un proche avenir est bien moins l'effet de l'antisémitisme présumé revenu en force dans le monde que le contrecoup d'un abus sioniste de l'arme "antisémitisme" . Perverti, instrumentalisé à outrance dans une propagande mensongère et surannée, l'argument de l'antisémitisme se tourne à présent contre les apprentis sorciers , ceux qui en ont fait une litanie burlesque, un croque-mitaine mal ficelé, l'ersatz d'une épée de Damoclès menaçant toute pensée contestataire ou réflexe critique.
Après Shlomo Sand démontant l'histoire du peuple juif inventé à partir d'historiographies et de mythes, c'est au tour de Yoav Shamir, cinéaste israélien de 40 ans, de s'attaquer à la machine lobbyiste qui industrialise le mensonge, la diffamation.



Une certaine « image de marque », entretenue à la fois par ses partisans et, dans une certaine mesure, ses ennemis, voudrait que le sionisme soit doté d'une puissance suprahumaine. Diabolique, cela va de soi, mais surréelle. Quels que soient les fondements de cette perception par le passé, aujourd’hui il faut bien reconnaître que la réalité est tout autre. En témoigne cette nouvelle conscience humaine qui, de l’Amérique à l’Europe, des pays traditionnellement « amis » d’Israël à Israël même, se dresse partout et conteste de plus en plus le sionisme. Ce qui, il y a quelques ans seulement, semblait s’apparenter à « un vent de sédition » cantonné dans l’espace restreint de l’élite intellectuelle s’avère plus intense et étendu, s’amplifiant sans cesse et gagnant, outre les masses en Occident, les plumes et les caméras israéliennes . Le dragon sioniste ne fait plus peur, ni aux lointains, toutes tendances confondues, ni aux prochains dont certains montent au créneau, décidés à « allumer le feu à la maison ». Et l'antre de ce dragon, même s’il fume et enfume encore, n’intimide plus autant qu’il agace et enrage. Les signes d’une révolution culturelle antisioniste se multiplient, autant en Israël qu’ailleurs, pour consolider l’idée que cette doctrine est bien loin de son âge d’or. Elle est depuis le début de ce siècle en phase de décroissance qui, jour après jour, se révèle un état de décrépitude irrémédiable.
Essoufflé par ses perpétuelles fuites en avant, vicié par son propre mal -la diffamation- qu’il n’a cessé de propager depuis la fondation de sa doctrine, trahi par la cuirasse usée de la mythomanie, et à en juger par le désaveu grandissant que de plus en plus de juifs et Israéliens lui intentent sans arrêt, disons-le sans réserve: le sionisme est déjà moribond.
.
S'il peut quand même donner l'illusion qu'il respire encore, c'est grâce à une potion magique fumigène qui, tout en le dopant aux yeux de ses partisans fanatiques et des incurables "malades de la culpabilité historique", ne fait que le rapprocher à rythme accéléré de son terme fatidique. Cette potion qu'il fait ingurgiter à ses enfants et en répand la fumée au-delà des frontières d’Israël est tirée d’une substance opiacée qui s’appelle Antisémitisme: le mensonge réitéré à l'intérieur comme à l'extérieur d'Israël et faisant du monde, sous toutes ses latitudes, l'antisémite impénitent et, en parallèle, du juif où qu’il se trouve l’éternel persécuté, la cible de la haine universelle et des menaces de chaque instant.
La production de cette substance ainsi labellisée est confiée à une machine lobbyiste dont le quartier général est à New York : l’ADL. Par la vertu de la mythomanie, de la naissance du sionisme à nos jours, « Antisémitisme » est non seulement le remède dopant des Israéliens mais la panacée universelle que les sionistes brûlent dans leurs encensoirs et agitent en toute circonstance et tout lieu hanté par les vieux démons. Le spectre de la peste brune, les fantasmagories en rapport, les phobies et les délires font partie de cette entreprise diabolique destinée à garder en otage la conscience humaine. De sorte que celles et ceux qui sont tentés de repenser les vérités momifiées ou douter un instant du bien-fondé de la politique israélienne s’assagissent à temps et s’interdisent tout sacrilège, tout péché d’acte ou de pensée à l’encontre d’Israël.
L’extorsion de fonds et chantage auxquels le monde est soumis depuis la création d’Israël (argent, armes et capitaux de sympathie) se font à la faveur de cette panacée dont la fabrication et l’administration sont confiées à l’ADL.

ADL, Anti-Defamation League : 29 bureaux aux USA et trois en Europe, un budget de plus de 70 millions de dollars par an, est une organisation dont « les oreilles sont collées au sol ». Ces oreilles sont à l’affût du moindre mot qui puisse s’interpréter comme insultant pour les juifs, de la moindre agression, égratignure, fût-elle consécutive à une bagarre, du moindre témoignage, même dénué de tout fondement crédible, tout ce qui peut constituer « une pièce à conviction » de l’antisémitisme. L’ADL collecte ces données et publie périodiquement des rapports qui sont utilisés à la fois en Israël (pour la consommation locale) et à l’extérieur pour défendre l’entité sioniste.
En plus de ces rapports, l’ADL a aussi pour mission de « perfuser » en tout lieu l’holocauste: contacts permanents avec des chefs d’états, des ambassadeurs, des ministres d’affaires extérieures, des délégués d’états aux assemblées des Nations Unis, le pape, les médias…en vue de nourrir et raviver dans la conscience des hommes l’épine de la Shoah.

Stratégie de tous les entretiens : utiliser le COMPLEXE DE LA CULPABILITÉ historique, jouer sur cette fibre, ou la greffer si elle n’existe pas, afin de légitimer les agissements d’Israël dans ce que cet État appelle « mesures de sécurité ».
Comment les agents de l’ADL réussissent-ils à voir et influencer autant de personnalités si importantes ? En entretenant le mythe de leur puissance d’influence à Washington, en répétant partout qu’ils ont les mains longs, qu’ils sont capables de faire la pluie et le beau temps. Un mythe qui s’effrite d’ores et déjà, comme l’ensemble des mythes fondateurs de l'État d’Israël, grâce à des juifs qui désavouent un « père » monstre et vers qui nous tendons la main fraternelle pour un demain plus vivable.

Le réalisateur de ce film, Yoav Shamir, a réussi à infiltrer l’ADL et côtoyer de près ses agents pour produire ce chef-d'œuvre d'intérêt humain, mis en ligne en 9 parties. Vous ne perdrez pas votre temps à le voir.


A. Amri
04.11.10

_____
Yoav Shamir:

Né à Tel Aviv, novembre 1970 Lycée : Vitzo France, une école des beaux-arts, l'équivalent d'un lycée avec baccalauréat. Spécialisation : photographie Université de Tel-Aviv : BA d'histoire et de philosophie. MFA d'art cinématographique, mention excellent. Films en tant que réalisateur & caméraman:
  • 2001- « Marta and Luis » - documentaire de 50 min. - présenté dans le cadre du Festival du film d'Edinburgh, à l'IDFA, DOCAVIV et autres festivals cinématographiques internationaux.
  • 2003- « Checkpoint » - documentaire de 80 min - remporte la première distinction à l'IDFA, Toronto, San Francisco, Munich, Madrid, Barcelone, Rome, Belgrade, Rio de Janeiro, etc. Reçoit plus de vingt distinctions et est présenté lors de plus de 120 festivals du film internationaux.
  • 2005-« 5 days »- documentaire de 94 min - participe au festival du film Sundance, à l'IDFA, Edinburgh, Melbourne, Göteborg, Seoul et lors de quelque 40 festivals du film internationaux où ce film a reçu plusieurs distinctions.
  • 2007-« Flipping out »- documentaire de 83 min - Berlinale, le Festival international du film de Berlin 2008. Thessalonique, Buenos Aires, Cracovie, San Francisco, et env. 40 autres festivals internationaux du film.
Source des infos biographiques:
Defamation est disponible ici: