lundi 14 février 2011

La caravane passe

Provocateur et parfois insultant, Pierre Piccinin, professeur d'histoires et de sciences politiques à l'École européenne de Bruxelles I, écrit sur Facebook ce qui suit:

Égypte: la présidence est exercée par le Conseil supérieur des Forces armées; l'équipe gouvernementale mise en place par le président Moubarak avant sa retraite pour sa résidence de Charm el Cheik reste en place; c'est elle qui assurera la "transition démocratique"; l'armée a commencé à dégager la place Tahrir et a procédé à l'arrestation discrète de plusieurs leaders des manifestants.

Vive la révolution! lol



Ce n'est pas très sympathique de jouer pour nous la Cassandre à chaque fois, Pierre. Au lendemain de la fuite de Ben Ali, alors que le monde entier saluait la victoire du peuple tunisien, que la rue -à Tunis ou à l'intérieur du pays- ne désemplissait pas encore, tu nous faisais entendre ce même son de cloche, cette même note dissonante. Et en fait, ce n'est pas tant la dissonance en soi qui me paraît insultante et provocatrice: c'est le temps choisi et surtout le ton. Comme si Égyptiens et Tunisiens n'avaient pas réalisé déjà quelque chose qui vaille qu'on cite, un exploit, et non des moindre, pouvant justifier leur fierté, comme si la chute de Ben Ali puis celle de Moubarek n'autorisaient aucun espoir pour les millions d'Arabes qui les avaient appelées de tous leurs vœux et les ont à bon droit fêtées un peu partout dans le monde, comme si l'impact psychologique de ces deux révolutions sur les peuples qui s'y reconnaissent, qui se sont d'ores et déjà libérés, ne compte pas, comme si, enfin, une révolution ne peut avoir de sens que si elle balaye instantanément et d'un seul trait l'héritage de tant et tant d'années de dictature et d'oppression.
J'oubliais de mentionner aussi que tu contestais à la révolution tunisienne même l'appellation. Je présume que la contestation vaut aussi pour l'Égypte.

Voilà contre quoi je m'élève au juste quand je faisais état de cette dissonance révoltante. Et n'invoque pas d'autorité intellectuelle, Pierre, pour te permettre cette provocation, à mon sens, déplacée. Un universitaire qui se respecte se doit un minimum d'objectivité dans ses propos s'il se veut crédible. Le vocabulaire péjoratif très connoté (post en date du 18 janvier), l'intention dévalorisante et pour le moins méprisante, ôtent toute prétention à la rigueur d'un discours supposé analytique.

Quant à cet épouvantail islamiste que brandissent traditionnellement Adler, BHL et Finkielkraut, entre autres, autant je comprends l'angoisse de ces "maîtres penseurs" et de leurs disciples (parce que le sionisme, c'est certain, vient de perdre deux alliés notoires, voire deux agents fidèles dans la région, sans compter ce qui va s'ensuivre) autant je trouve ridicule chez les nôtres (et je voudrais que ce possessif s'entende dans un sens plus politique que communautaire) cette angoisse d'un avenir confisqué par les islamistes.
Je suis persuadé que nous sommes en retard d'une guerre, les amis. Depuis la chute de l'Irak, la gauche bouge autour de nous et évolue à pas de géant, dépassant les vieux clivages et les querelles de chapelle: lisez Chomsky, Bricmont, Collon, Boniface, Paul-Eric Blanrue... Méditez les alliances de Hugo Chavez et ses voisins dans l'Amérique latine avec l'Iran, le Hezbollah, le Hamas, la Turquie. L'islam politique est devenu pièce maîtresse dans la résistance contre le sionisme et l'impérialisme, et ce n'est pas tout: que ce soit en Égypte ou en Tunisie, les vieilles images stéréotypées au sujet de ces barbus vivant et pensant dans les limbes du Moyen âge ne sont plus valables. Plus de 63% des dirigeants au sein du Hezbollah sont des femmes. Toute la gauche libanaise et les chrétiens réunis autour de Michel Aoun sont alliés avec le Hezbollah. En Palestine, les dernières révélations faites sur Aljazeera plaident plus que jamais pour la légitimité représentative du Hamas.Et quiconque parie encore sur Abbas et consort pour libérer la Palestine ou une partie se trompe.
Mais souligner ceci ne veut pas dire que nous avons déjà fourni aux islamistes une procuration pour nous gouverner en Tunisie ou en Égypte. C'est seulement reconnaître à une tranche de notre société le droit à la vie politique. Il n'y a pas plus d'extrémistes chez nous qu'ailleurs. Il y a seulement des peurs amplifiées, surfantasmées, dont une bonne part importée ou greffée à la faveur de nos vieilles dictatures, peurs que nous devons conjurer ensemble en réapprenant à cohabiter et en disant à ceux qui alimentent la division pour faire perdurer leur règne que nous en avons assez! nous voulons prendre notre destin en main. Et nous en sommes capables, rassurez-vous.
Dites-vous seulement que l'islamisme n'aurait pu prospérer dans notre région sans l'existence d'Israël. Le vrai mal, le diable que toutes les forces vives du monde, arabe ou autre, doivent pointer du doigt est bien celui-là, et non les Frères musulmans d'Égypte ou les Nahdhaouis de Tunisie.
Parce que la terreur réelle n'est pas ni ne doit être chez nous: elle est et doit être ailleurs, à Washington, à Tel-Aviv, dans les officines sionistes où qu'elles puissent avoir pignon sur rue, en rapport avec les promesses de ce printemps arabe pour l'avenir de nos peuples, et parallèlement pour nos rapports de force avec Israël.
Voilà ce qu'il faut prendre en compte avant toute chose; la menace islamiste ce sont les thèses et les alibis des dictateurs déchus. Et de ceux qui pourraient suivre parce que, n'étant pas à bonne école comme l'est Pierre, je suis optimiste. Quoiqu'on en dise et médise, la révolution arabe ne fait que commencer.
A bon entendeur..salamalec!

mardi 1 février 2011

Pour que l'espoir ne soit pas chimère

"Indépendamment de l’euphorie qui s’est emparée de nombreux observateurs, il ne faut pas se méprendre sur la « révolution » tunisienne, qui, dans les faits, est en train de s’achever par une subtile manipulation : si le président Ben Ali a accepté de se retirer, sous la pression de son propre gouvernement, de l’armée et de Washington, l’establishment benaliste est quant à lui bel et bien resté aux commandes du pays."
Pierre Piccinin - Professeur de d'histoire et de sciences politiques


Le 14 janvier 2011, un immense espoir est né en Tunisie et dans l'ensemble des pays arabes. Au bout de 23 ans de pouvoir dictatorial et mafieux, Ben Ali est acculé à
abdiquer et fuir à l'étranger. La révolution populaire tunisienne a incontestablement marqué ce jour-là une victoire retentissante que l'histoire n'oubliera pas. Pour la première fois dans le monde arabe, si ce n'est dans le monde entier depuis la révolution française, la lutte d'un peuple déterminé à en finir avec un système politique caduc et prendre son destin en main, en s'appuyant exclusivement sur les moyens de la résistance citoyenne pacifique, s'est avérée possible et concluante.

L'impact de cet évènement dans les pays frères est immédiat: en Algérie, en Jordanie,
au Yémen puis en Égypte surtout, les masses arabes qui ne sont pas moins méritantes que le peuple tunisien décident de suivre l'exemple. Ce qui se passe en Égypte, cœur du monde arabe, augure de la fin du vieil ordre établi dans la région. On en tremble à Washington comme à Tel-Aviv. Et pour cause! Et le monde entier vit au pouls de ce soulèvement arabe qui promet de s'affirmer encore et s'étendre à d'autres zones.

Néanmoins, parce que l'euphorie ne doit pas cacher la réalité pour nous, l'optimisme doit rester toujours relatif. Ce qui se trame dans les coulisses américaines pour l'avenir de l'Égypte semble procéder du même ordre qui a arrangé la fuite de Ben Ali, le 14 janvier, et motivé la visite en Tunisie de Jeffrey Fieltman, une dizaine de jours plus tard. Les USA s'activent pour assurer un changement dans la continuité, du moins en ce qui concerne leurs intérêts stratégiques et la sécurité d'Israël.

Quoiqu'il en soit, dans l'attente de la chute de Moubarek en Égypte, chute que tous les signes annoncent imminente, l
a vigilance s'impose à bon droit en Tunisie, où de nombreux signes inquiétants s'accumulent depuis la fuite du dictateur déchu. Le bras de fer que soutient le gouvernement provisoire contre la volonté populaire appelant à sa chute, les remaniements ministériels successifs qui reconduisent incessamment une majorité d'anciens laquais de Ben Ali, la répression barbare des contestations que ce soit à Tunis ou à l'intérieur du pays, la non dissolution du RCD alors que cette dissolution est le leitmotiv de tous les slogans scandés dans les manifestations populaires des deux dernières semaines, autant de signes doivent alarmer le peuple et le mobiliser pour la poursuite des luttes. Disons-le de vive voix: il ne faut jamais se replier ni desserrer le moindrement l'étau autour du gouvernement actuel sous peine d'avoir à pâtir d'une dictature blessée à mort mais pas achevée.

Au premier acquis de la révolution que fut la chute de Ben Ali doivent suivre ceux pour lesquelles la révolution a mobilisé son peuple. Les Tunisiens ne se sont pas débarrassés d'une vieille dictature pour accepter une nouvelle à sa place. Fût-elle de coton! Ben Ali est parti, toutefois ce n'est qu'une tête coupée de l'hydre dictatorial. "Ali Baba est parti mais les quarante voleurs sont toujours là!" lit-on sur les pages d'internautes tunisiens qui n'acceptent pas qu'on se paye leur tête. Il n'est caché pour personne, et les Tunisiens en premier, que la piovra tient encore le pays. Pieuvre ou hydre au sens mythologique du terme, le système benaliste n'abdiquera pas de son gré. On lui a tranché une tentacule, une tête, deux en sus des six restants ont d'ores et déjà repoussé avec le maintien de ses valets au pouvoir. Ces têtes ou tentacules assurent encore la survie du système pourri. Et la révolution risque en tout temps d'être mot creux pour les Tunisiens comme pour le monde qui les entoure, tant que les cerbères du vieil ordre tunisien sont encore au pouvoir.

Le gouvernement, contrairement à tout ce qu'il nous dit au sujet de la soi-disant démission du RCD de ses membres, continue de collaborer avec le parti, comme en témoignent les actes menés conjointement par les milices et les forces de l'ordre contre les manifestants et les participants au sit-in de la Casbah. Ce parti impliqué jusqu'au cou dans les crimes de Ben Ali et sa bande mafieuse, ainsi que ses milices qui n'abdiquent pas, qui sèment la terreur, saccagent, pillent et menacent de livrer le pays à une guerre civile constituent une autre tête de l'hydre à abattre. Cette tête doit impérativement tomber sans délai. Sans quoi adieu la révolution!

Et nous ne le dirons jamais assez: la révolution, les Tunisiens attachés à leurs valeurs patriotiques et civilisationnelles ne veulent pas d'effusion de sang. Ni piloris ni chasse aux sorcières. Jusqu'ici le peuple a consenti des martyrs dans ses rangs sans répandre la moindre goutte dans le camp opposé. Tant mieux pour une certaine image de marque qui fut constamment la nôtre et dont nous ne voulons pas nous défaire! Un peuple pacifique et tolérant, un pays au carrefour des civilisations, une Tunisie terre des hommes. Ce sont, entre autres, des traits identitaires qui font partie de notre fierté. Et nous ne souffrirons pas d'en immoler un seul au nom de la révolution.

Le capital de sympathie dont notre pays a bénéficié dans le monde entier à la faveur de cette magnifique révolution, nous sommes appelés à le préserver et le soutenir.
Car il sera demain le garant de notre estime, aussi bien dans le bassin de la Méditerranée -notre environnement immédiat, que dans le reste du monde.
Continuons donc dans cette voie et ne cédons en aucun cas ni à la haine ni à la violence. Tous les citoyens, y compris les adhérants au RCD, sont tunisiens à part entière: leurs vies, leurs biens, leur dignité à tous sont sacrés au même titre que la révolution qui catalyse notre espoir.
C'est dire que la dissolution du RCD que nous devons réclamer et réaliser sans concession aucune ne signifie pas guerre contre les rcédistes. S'il y a des criminels dans ce parti, et il y en a incontestablement, il n'appartient à aucun citoyen de s'ériger en juge, ni en son propre nom ni au nom du pays, pour faire justice lui-même. Seuls les tribunaux compétents sont habilités le moment venu à juger les justiciables. Et quoi qu'il en soit, nous qui avons tant souffert de l'arbitraire et de l'oppression sous Ben Ali ne pouvons admettre que d'autres tunisiens, parce que différents et politiquement d'un autre bord, subissent les mêmes torts dans la Tunisie nouvelle. Tout accusé est présumé innocent jusqu'à preuve de sa culpabilité: voilà un principe de droit universel duquel nous ne devons jamais nous écarter.

A. Amri
01.02.11

________________
Au même sujet:


شجرة الطغيان باقية مالم تجتث جذورها
http://amriahmed.blogspot.com/2011/01/blog-post.html

La politique citoyenne
http://amriahmed.blogspot.com/2011/01/la-politique-citoyenne.html


La Révolution continue
http://amriahmed.blogspot.com/2011/01/la-revolution-continue.html