vendredi 5 avril 2013

Okamoto - Mokhtar Laghmani (Traduction)


Je t'aime Okamoto1
Je t'aime ô l'humain frère
Les va-t-en-guerre font casus belli
des cœurs transperçant leurs frontières
Mais qu'importe! qu'importe si, de confession,
le mufti des fratries sectaires me dise
tu n'es pas mon utérin!
Qu'importe si les nippons catéchistes
ne t'aient pas seriné le Coran!
Ô Kozo
2 petit frère, je m'en fiche,
de l'inhumain sectaire je m'en fous éperdument!

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

que tu ne sois pas comme moi né
de la cuisse mahométane

certifiée à sang pour sang
de la meilleure gent sortie sur terre
oh, ce n'est ni ma soupe, ni mon courant
petit frère de noble humanité commune

c'est que dans notre sang commun à nous
quand les volcans conçoivent
fondent dans les coulées de basalte les races
tombent en fusion les religions
sous l'éruption de l'amour nôtre
subissant l'effet domino
sont tombées frère toutes leurs couronnes
comme à la tombée de rideaux
les héros de la tragédie grecque
c'est pareil pour le légendaire Antar
3

 pour Ali Ben Sultan4 et sa légende de même

tous les héros sont morts
et demeure l'homme


Mokhtar Laghmani5 (milieu des années 70)

Traduction Ahmed Amri
05.04.2013





==== Notes ====
1- Le 9 avril, les Tunisiens commémorent la journée des martyrs.
Le 9 avril marque aussi une grande date mémorielle pour la Palestine et ses amis.
On ne peut oublier Deir Yassine, le massacre perpétré, le 9 avril 1948, par des commandos sionistes ayant pour chef Menahem Begin. Begin à qui le "monde libre" décernera, 30 ans plus tard, le prix Nobel, et quel Nobel ? le Nobel de la paix. L'Absurde et son théâtre ne sauraient rivaliser avec "le monde libre" quand il nous joue pareille mascarade !

On ne peut oublier non plus ce frère de noble humanité, japonais et n'ayant pas lu le Coran, qui, a juré de venger Deir Yassine. En 1972, il a débarqué à Beyrouth avec 3 compagnons dont une femme enceinte. Puis, de Beyrouth il est parti vers l'Europe, et le 30 mai exactement, il a  volé vers Tel-Avi avec deux kamikazes, tous les trois des samouraïs voués à la cause de Deir Yassine, avec pour seul objectif: rafraîchir la mémoire du "monde libre".

Tsuyoshi Okudaira et Yasuyuki Yasuda: des noms qui ne vous disent rien, sont morts pour la Palestine, alors que de nos jours, chez nous c'est surtout  pour Israël qu'il fait bon crever en Syrie. Japonais, ni arabes ni musulmans, morts pour les musulmans et les Arabes à la fois, et devenus depuis des étoiles au ciel. Voilà nos frères les vrais,  nos frères utérins -n'en déplaise au mufti de la fratrie sectaire!

Il faut souligner que c'est lui, cet Okamoto prodige au sujet de qui les menteurs et les bons apôtres de la haine vous diraient qu'il n'est pas de notre sang, c'est lui qui, à partir de l'attaque du Lod en 1972, a brisé le complot du silence occidental et permis au "monde libre" de se souvenir un peu. Se souvenir pour parler d'abord des "terroristes palestiniens", mais terroristes ou fedayins peu importe! tant qu'à les associer au nom de la Palestine, la conscience de certains hommes authentiquement libres ait pu exhumer petit à petit de l'oubli Deir Yassine et d’autres massacres.

2- Prénom du personnage.

3- Poète arabe pré-islamique du VIe siècle, réputé pour l'amour qui l'attachait à Abla: amour impossible, le poète étant fils d'esclave noire. Antar était réputé aussi pour sa bravoure de chevalier.



4- Héros d'un conte de la tradition orale.


5- Mokhtar Laghmani, né à Zarat en 1952, et mort à Tunis à l'âge de 25 ans en 1977, est un poète engagé, auteur de «أقسمت على انتصار الشمس» - الدار التونسية للنشر - تونس 1978 (littéralement: J'ai juré que le soleil vaincra). Après des études primaires à Zarat, il rejoint le Lycée de Gabès (l'ex-Manara qui regroupait l'actuel Abou Loubaba et Al-Manara) et obtient son baccalauréat en 1972. En 1976, il obtient une licence ès lettres arabes. Nommé professeur au lycée de Testour en 1977, il meurt deux mois après des suites d'un ulcère chronique (Source).


Pour en savoir plus sur Okamoto: