mardi 21 mai 2013

Moudhaffer Ennawab: Au vieux bistrot

Né à Bagdad en 1934, Moudhaffer Ennawab a connu une vie tumultueuse en raison de l'oppression politique dans son pays. Après la fin de ses études universitaires, il a été nommé inspecteur d'enseignement, poste qu'il a occupé durant cinq ans. En 1963, les rivalités entre nationalistes (au pouvoir) et communistes (dans l'opposition) battant leur plein, Moudhaffer Ennawab, communiste, est contraint de fuir Bagdad vers la ville d'Ahvaz en Iran. Mais les hommes de la Savak ( service de renseignement de l'Iran entre 1957 et 1979) le capturent et l'extradent vers Bagdad.
C'est alors que commence pour le poète un long calvaire qui durera près d'un demi siècle. Condamné à mort par les tribunaux des nationalistes au pouvoir, grâce aux multiples démarches de sa famille et ses amis Moudhaffer Ennawab a pu bénéficier d'une commutation de peine: la prison à perpétuité. Incarcéré d'abord à la prison de Bagdad, il est transféré ensuite vers une prison au sud de l'Irak. C'est un vrai bagne où le poète passe plusieurs mois puis, toujours à la faveur de démarches parentales, on le ramène vers sa première prison où il peut recevoir la visite des proches et des amis. Mais le prisonnier ne se contente pas de cette faveur qui l'a rapproché des siens, ne se résigne pas à attendre que la mort le délivre de la prison à vie. Avec des amis eux aussi communistes, Moudhaffer Ennawab réussit un exploit épique: durant plusieurs semaines, le groupe creuse un tunnel sous la prison et réussit à s'évader.
Recherché, Moudhaffer Ennawab se plie un moment à une discipline quasi "carcérale" pour vivre dans la clandestinité à Bagdad. Mais il a le sentiment qu'il n'est pas encore sorti de la prison. Il quitte alors la capitale pour aller s'installer à Ahwar au sud de l'Irak, où l'étau des recherches policières moins serré lui permet de jouir d'une relative marge de liberté.

En 1969, les opposants emprisonnés bénéficient d'une amnistie et Moudhaffer Ennawab réintègre son poste d'inspecteur. Néanmoins, le poète a besoin de liberté pour s'exprimer et donner libre cours à sa verve d'auteur engagé; il s'expatrie alors pour aller vivre quelque temps à Beyrouth.  Puis à Damas. Ensuite, il part en Europe pour mener une vie de bohémien entre l'Espagne et la France. Vers 2005, il revient à Damas. Et six ans plus tard, il rentre à Bagdad.

Le poème en prose traduit sur la vidéo ci-dessous est conforme au texte oralisé par le poète mais varie légèrement de la version publiée dans ses recueils. Moudhaffer Ennawab a écrit ce texte alors qu'il vivait entre l'Espagne et la France, vraisemblablement aux années 80. Le mal du pays, la misère affective et l'ivresse sont des thèmes récurrents chez le poète. Et ce texte trempé de vin et de sensualité se lit tantôt comme l'épanchement d'un cœur aviné, tantôt comme la confession d'un damné en quête de salut (dans les paradis artificiels), mais incapable d'y parvenir, la soif étant inextinguible, l'appétence charnelle constamment exacerbée et le poète sirotant à tous les bars sans jamais se souler!
A. Amri
21.05.2013



video
Cette vidéo est disponible pour le partage sur Youtube.