lundi 4 mai 2020

Espion: mot qui dérive de l'arabe ech-cheyifa de sens identique, via l'ancien français espie et l'espagnol espia




« Il avait envoyé au pays du Touareug le chouaffin (éclaireur) le plus rusé, le plus capable d’éventer les secrets préparatifs de son ennemi. Ce chouaffin, couvert de plaies artificielles, devait jouer au milieu des Touareugs le rôle de l’un de ces idiots pour lesquels les Orientaux ont une religieuse commisération. Sous ce travestissement, il put écouter à son aise, et sans éveiller la moindre méfiance, certains propos qui le mirent au courant de tous les préparatifs hostiles du Touareug. »  Théodore Sidari [1].  
    
Chouaf, schouaf, chouafin, chouffin, schouafin, sont des variantes de translittération française de l'arabe maghrébin: شُوٌافْ  chouaf et son pluriel شُوٌافِينْ chouafin. On les rencontre dans diverses références de la période coloniale, documents et rapports militaires [2],[3],[4],[5],[6], romans et récits fictifs [7],[8][9][10],[11], relations de voyages [12], [13]. Et l'on en trouve même dans des récits en rapport avec l'histoire médiévale des Arabes en Sicile [14].

Le chouaf signifie espion, éclaireur, vedette. Dans certaines régions du Maghreb, il signifie aussi
Le mot qui vient d'Arabie
"devin", "voyant" [15],[16]. Il dérive de l'arabe classique شَيِّفَةٌ cheyifa (éclaireur, espion[forme définie: الشَّيِّفَةُ  ech-cheyifa]), variante الشَّيِّفانُ ech-cheyifen, du verbe شَافَ  chafa (éclairer, décanter, élucider, regarder, regarder à partir d'une position élevée), dont se tire l'arabe dialectal شَافَ  chafa (voir et regarder). De cette même racine verbale se tirent le substantif شَوْفٌ chawf (vision, éclaircissement, élucidation, renseignement, décantation), les adjectifs et substantifs مِشُوفٌ michouf qui signifie "éclairé, élucidé", مُشَوَّفةٌ  mouchawwafa lequel se dit d'une femme qui "se fait voyante afin de se faire remarquer par les hommes", les verbes pronominaux
تَشَوَّفَتْ tachawwafat, signifiant "se maquiller, se faire coquette", et اشْتافَ ichtafa, se disant de l'animal qui dresse sa tête pour voir et guetter ce qui l'entoure.  

C'est de cette même racine arabe que le français tire son argot "choufer", variante "chouffer", qui signifie "regarder" [17], mais aussi "repérer", "guetter", "observer" [18], et "chouf" qui, en argot militaire, signifie "vigie", "quartier-maître", et en argot des voleurs, "guet", "surveillance", "planque"; ainsi que "guetteur", "observateur", et "voyeur", "mateur" [19].

Selon toute vraisemblance, il n'y a pas en français que ces mots, d'historicité récente, qui soient tirés de la racine arabe شَافَ  chafa. Il y aurait aussi, insoupçonnés jusqu'ici, le verbe "épier" et son dérivé "espion", que l'on rattache à l'ancien bas francique "spehôn" qui signifie « observer attentivement », alors qu'il est fort probable que ce même francique dérive à son tour du radical arabe.

Voyons comment cette dérivation ait pu s'effectuer.

Le verbe français est attesté pour la première fois en 1100, sous l'orthographe  "espier" au sens de « trahir ». Son dérivé "espion" est attesté en 1200 au sens d'« individu qui se mêle aux ennemis pour les épier » (Comparez avec l'extrait de Théodore Sidari cité en exergue). 
"Espier" pourrait bien trouver son prototype dans l'arabe maghrébin ايشوف  échouf (il regarde, espionne). Mais c'est dans la base consonantique des deux mots et de leurs apparentés dans d'autres langues qu'il faut soumettre à la loupe la racine pour en voir toute la pertinence.  L'allemand et le danois ont spion, l'anglais spy, le breton spier, le catalan et l'espagnol espia, l’italien spia, le portugais espiàao. De la confrontation de tous ces mots, il est aisé de tirer la racine bilitère commune qui est "S.P.”; le reste, habillage vocalique, est une affaire d'accent susceptible de varier d'un lieu à l'autre, même à l'intérieur d'une seule communauté linguistique.  
   
A présent, confrontons ce "S.P." à son équivalent arabe [ʃ.F], racine bilitère de شاف  chafa réduit à sa charpente consonantique. Le signe phonétique ʃ représente le "ش ch" arabe. Comment, me dirait-on, ces deux formes consonantiques pourraient-elles être sœurs ? En vérité, les deux phonèmes arabes ont subi chacune une métathèse, conformément à une règle établie de vieille date, à partir des emprunts romans tirés de l'arabe. Le "ch" s'est vocalisé par un "s", comme شَرَابٌ [charab] sirop, شُرْبَة [chorba] sorbet, شقَاقُلٌ [chaqaqol]sécacul, شرْقِيُّون [charqiyoun] sarrasin, شرْقِي [charqi] sirocco, حَشٌَاشين [hachachin] assassin... Et le "f" par un "p" (et quelquefois "b"), comme  فِطْرٌ  [fitron] potiron, فَنِيدٌ [fanid] pénide, قَفَصٌ [qafas] cabas, فُسْتُقٌ [fostouk] pistache... De sorte que le شاف  chafa original est devenu sapa, et modulé selon les parlers et les accents occidentaux, il a donné ici spy, plus loin spia, ailleurs espia et en France espie, espiie, espieor puis espion

Il est encore plus aisé de démontrer cette parenté en comparant "espion" (qui a gardé le "s") avec "chouafin". Ce dernier, forme indéfinie de الشوافين  ech-chouafin (les espions), si on lui fait subir les mêmes permutations évoquées plus haut, donnera essouapin. Réduisons ce produit et le mot français à leur forme consonantique, et cela fera [S.P.N].

On voit ainsi que l'espagnol espia, l'ancien français espie et l'arabe الشَّيِّفَةُ  ech-cheyifa sont identiques. De même l'allemand spion et l'arabe شيِّفانُ  cheyifen.

A. Amri
04.05.2020


Notes


1- Yamina, in Revue contemporaine, V. 73, Paris, 1864, p. 69.
2- Corneille Trumelet, Histoire de l'insurrection dans le sud de la province d'Alger, Alger, 1879, pp. 71-72-87-97-110-208-470
3- Eugène Daumas, Melchior Joseph, Les Chevaux du Sahara, Paris, 1851, p. 237.
4- Corneille Trumelet, Les français dans le désert, Paris, 1863, p. 64.
5- Louis Rinn, Nos frontières sahariennes, Paris, 1886, p. 41.
6- Fernand Foureau, Une mission au Tademayt, Paris, 1890, p. 46.
7- Louis Noir, Le brouillard sanglant, Paris, 1868, pp. 226-273-274-276-282-284-285-286-287.
8- Charles Farine, Le Coupeur de routes, Keddache-ben-Kaddour, Paris, 1869, p. 215.
9- Albert Fermé, Le Touareg, Paris, 1900, p. 105.
10- Hugues Le Roux, Le Maître de l'Heure, in La lecture illustrée, Paris, 1887, pp. 294-349-356.
11- Vincent Huest, La vierge des Beni-Amer, Paris, 1901, p. 23.
12- Louis du Couret, Les mysteres du désert, T. 2, Paris, 1859, p. 124.

13- P. Constantin, Etude sur le commerce transsaharien, Paris, 1885, p. 19.
14- F. Élie de La Primaudaie, Les Arabes en Sicile et en Italie - les Normands en Sicilie et en Italie, Paris, 1868, p. 66.
15- Khati Cheghlou, Histoires arabes, Paris, 1900, p. 182.
16- René Euloge, Les derniers fils de l'ombre, Éditions de la Tighermt, 1952, p. 85.
17- Wiktionnaire: choufer.
18- Wiktionnaire: chouffer.
19- Wiktionnaire: chouf.



Articles similaires:





Espion: mot qui dérive de l'arabe ech-cheyifa de sens identique, via l'ancien français espie et l'espagnol espia

« Il avait envoyé au pays du Touareug le chouaffin (éclaireur) le plus rusé, le plus capable d’éventer les secrets préparatifs de ...