mercredi 30 janvier 2013

Enfance suppliciée

" Moloch, honte à tes prêtres fouettards! Honte au sordide sang qui t'adore! au nom qui supplicie l'enfance! Honte aux tortionnaires qui t'invoquent, sorciers du salafisme criminel!"



enfance suppliciée sur l'autel ammonite
j'atteste
indécent ton martyre
haineux
intempestif
nauséabond
le prosélytisme pervers
qui t’engonce dans son joug

braises d’enfer
 tourmentes sadiques
les homélies
qui te hérissent le poil
et tonnent baveux
à perforer
cervelle sous ton crâne
et tympans

infâme
ce carcan de fer
que leur zèle apostolique
d’insatiables Shahryar
au cartel des Frères maudits
te passe au cou
crime innomé
sans fard aucun
ils brisent leurs ailes
aux oisillons
tordent leurs ailerons
à tes informes oiseaux

à vingt mille watts
j'atteste apocryphe
 non sagesse de Divin
le courant infanticide
et ses injections de venin
qu'ils disent immunitaire
les bourreaux cananéens
j'atteste satanique
 lu et seriné
en dents de scie
le Coran(1)
sadique j’atteste
leur scie
qui poinçonne l'hymen
déchiquète  le cœur
et du thorax
faisant abats et hachis
écrème le sang candide
sur l'autel des fouettards


ô petite enfance martyrisée
douceur de mon cœur  ô
qui t'ébroues et vagis
sous le joug infâme
ma petite volatile
à la chair de rose
sans l'os plumée
au voile accommodée
sans tes quatre épices
avec pour sauce
à la maitre d'hôtel
ton urine sécrétée
sous la terreur cheikhale
servie à souper
aux brutes sanguinaires
qui s'offrent goulûment
 tel supplice des auges
avant de t'avaler
tout rond
 clappent
se pourlèchent
à l'envi
puis rotent long


petits poucets
à vos contes arrachés
feuilles immaculées
qu'on croque en salade
feuillets embryonnaires
à vos rêves confisqués
vos châteaux démolis
délogés conjurés
vos princes
au bois dormant
vos pantoufles de verre
et bottes de sept lieues

précipitées dans l’enfer
frappées d’apostasie
vos fées marraines


mes anges martyrs
à vos layettes ôtés
fluettes poupées
au berceau matées
tournées, tâtées
pelées de vos langes
à vue de nez
au souk du cheptel arabe
les apôtres du niqah
à l'aune du majeur
toisent, écaillent et trient
à vulve mineure
et monts attenants
 caille et l’huître perlière
n’ont pas de prix
ils jugent et adjugent
conformément aux saints canons 
 certifiant prenable
tel hymen
enfilable
troussable
la petite caille
qui pépie

et fatiha récitée
tombe le verdict
ces graines de Satan
sont bonnes à rembourrer
à l’abri du Démon
de l'ivraie séparées
cloîtrées comme de vraies
vite elles mûriront
sous les serres bénites

dans vos linceuls jetées
Ils scellent le paquet
noir funeste
ô peste noire
de l'intégrisme merdeux
puant fétide
ta nuit sacrée
qui voue à l'aube
la candeur asphyxiée
au commerce du cartel

dans une lune ou deux
enfumés sous le voile
phosphatés, irrigués
et si besoin
dit Altesse cheikhale
sage prévention
plutôt que guérison
confiés aux bons soins
de la médecine cheikhale
la ceinture de chasteté
brevetée Wajdi Ghanim (2)
salvateur et indolore
au vif du bourgeon
un coup de sécateur
et plus de risques ni soucis
que le dard du Maudit
attise à chaste le moindre feu

vos plants de canne à sucre
fleurant bon la graine de Satan
au souk des primeurs
en ce printemps
drainant cheiks et leurs chèques
devront renflouer à vie
 à vos cultivateurs leurs bourses

mes petites Shéhérazade
à la vertu cheikhale  ainsi vouées
pomponnées de noir
vite faites épanouir
pour ses desseins noirs à la fratrie
et leur bonheur morbide
aux Baal sanguinaires
ces barbus de l'inceste
 mules barbes 
et bâtées
dignes émules
de Barbe bleue


A.Amri
30.01.13

Une version condensée sur ce lien

Notes:
1- 
Le voile n'est pas une obligation islamique
2- Prédicateur égyptien qui se proclame "frériste à la moelle" et prône l'excision qu'il considère à la fois comme une honoration de la femme et une chirurgie esthétique.