jeudi 31 janvier 2013

Sur l'autel de Moloch


 Moloch, honte aux apologistes acharnés de tes autels! Maudit le sordide sang qui t'adore! le zèle  contempteur de la vie!  



enfance suppliciée 
sur l'autel de Moloch
j'atteste 
saugrenu
qu'on te prenne au berceau
et mette à la robe
le prosélytisme qui t'engonce
les homélies
et leurs harcèlements
aux fratries de l'ordre ammonite
remettent à l'ordre du jour
le sacrifice infâme païen

j'atteste
assassine
la chape qu'on t'y jette
la tête  passée
à la camisole de force
annonce le carcan de fer
que leur zèle apostolique
d’insatiables Shahryar
passe au cou 
du sérail encagé

enfance marquée au fer du port
j'atteste 
criminel 
ton embrigadement 
les prêtres de Priape
aux sorciers du salafisme 
associés
à vingt mille watts
rôtissent tes oisillons 
 souriant aux anges dans leur nid

j'atteste
apocryphe
le courant infanticide
que tes bourreaux cananéens
et leur venin obscurantiste
t'injectent dans le berceau

sadiques
j'atteste
la barbe qui te barre le chemin
la scie des versets lus en dents de scie*
qui poinçonne informe l'hymen
et de la rose et tendre chair
faisant abats et hachis
écrème la candeur de ton sang
sur l'autel des pères fouettards




A. Amri
31.01.2013

Une version plus étoffée sur ce lien


* Pour en savoir plus sur ces lectures coraniques en dents de scie et les atrophies cérébrales qui en résultent ou y conduisent, je ne saurais trop recommander la lecture du texte "Le voile n'est pas une obligation islamique" écrit par Cheikh Mustafa Mohamed Rached.
La traduction est ici; le texte original dans sa version arabe ici.



mercredi 30 janvier 2013

Enfance suppliciée

" Moloch, honte à tes prêtres fouettards! Honte au sordide sang qui t'adore! au nom qui supplicie l'enfance! Honte aux tortionnaires qui t'invoquent, sorciers du salafisme criminel!"



enfance suppliciée sur l'autel ammonite
j'atteste
indécent ton martyre
haineux
intempestif
nauséabond
le prosélytisme pervers
qui t’engonce dans son joug

braises d’enfer
 tourmentes sadiques
les homélies
qui te hérissent le poil
et tonnent baveux
à perforer
cervelle sous ton crâne
et tympans

infâme
ce carcan de fer
que leur zèle apostolique
d’insatiables Shahryar
au cartel des Frères maudits
te passe au cou
crime innomé
sans fard aucun
ils brisent leurs ailes
aux oisillons
tordent leurs ailerons
à tes informes oiseaux

à vingt mille watts
j'atteste apocryphe
 non sagesse de Divin
le courant infanticide
et ses injections de venin
qu'ils disent immunitaire
les bourreaux cananéens
j'atteste satanique
 lu et seriné
en dents de scie
le Coran(1)
sadique j’atteste
leur scie
qui poinçonne l'hymen
déchiquète  le cœur
et du thorax
faisant abats et hachis
écrème le sang candide
sur l'autel des fouettards


ô petite enfance martyrisée
douceur de mon cœur  ô
qui t'ébroues et vagis
sous le joug infâme
ma petite volatile
à la chair de rose
sans l'os plumée
au voile accommodée
sans tes quatre épices
avec pour sauce
à la maitre d'hôtel
ton urine sécrétée
sous la terreur cheikhale
servie à souper
aux brutes sanguinaires
qui s'offrent goulûment
 tel supplice des auges
avant de t'avaler
tout rond
 clappent
se pourlèchent
à l'envi
puis rotent long


petits poucets
à vos contes arrachés
feuilles immaculées
qu'on croque en salade
feuillets embryonnaires
à vos rêves confisqués
vos châteaux démolis
délogés conjurés
vos princes
au bois dormant
vos pantoufles de verre
et bottes de sept lieues

précipitées dans l’enfer
frappées d’apostasie
vos fées marraines


mes anges martyrs
à vos layettes ôtés
fluettes poupées
au berceau matées
tournées, tâtées
pelées de vos langes
à vue de nez
au souk du cheptel arabe
les apôtres du niqah
à l'aune du majeur
toisent, écaillent et trient
à vulve mineure
et monts attenants
 caille et l’huître perlière
n’ont pas de prix
ils jugent et adjugent
conformément aux saints canons 
 certifiant prenable
tel hymen
enfilable
troussable
la petite caille
qui pépie

et fatiha récitée
tombe le verdict
ces graines de Satan
sont bonnes à rembourrer
à l’abri du Démon
de l'ivraie séparées
cloîtrées comme de vraies
vite elles mûriront
sous les serres bénites

dans vos linceuls jetées
Ils scellent le paquet
noir funeste
ô peste noire
de l'intégrisme merdeux
puant fétide
ta nuit sacrée
qui voue à l'aube
la candeur asphyxiée
au commerce du cartel

dans une lune ou deux
enfumés sous le voile
phosphatés, irrigués
et si besoin
dit Altesse cheikhale
sage prévention
plutôt que guérison
confiés aux bons soins
de la médecine cheikhale
la ceinture de chasteté
brevetée Wajdi Ghanim (2)
salvateur et indolore
au vif du bourgeon
un coup de sécateur
et plus de risques ni soucis
que le dard du Maudit
attise à chaste le moindre feu

vos plants de canne à sucre
fleurant bon la graine de Satan
au souk des primeurs
en ce printemps
drainant cheiks et leurs chèques
devront renflouer à vie
 à vos cultivateurs leurs bourses

mes petites Shéhérazade
à la vertu cheikhale  ainsi vouées
pomponnées de noir
vite faites épanouir
pour ses desseins noirs à la fratrie
et leur bonheur morbide
aux Baal sanguinaires
ces barbus de l'inceste
 mules barbes 
et bâtées
dignes émules
de Barbe bleue


A.Amri
30.01.13

Une version condensée sur ce lien

Notes:
1- 
Le voile n'est pas une obligation islamique
2- Prédicateur égyptien qui se proclame "frériste à la moelle" et prône l'excision qu'il considère à la fois comme une honoration de la femme et une chirurgie esthétique.

lundi 28 janvier 2013

Fatah Thabet in memoriam - Par Tounès Thabet

Dédié à la mémoire de son mari Fatah décédé le 12 juillet 2012, cet hommage écrit par Tounès Thabet nous saisit autant par le style imagé, la tendre poésie, que par la lumière -tantôt blanche, chaude,  tantôt bleue, tamisée- qu'il jette sur le disparu. Transcendant tout épanchement jugé impudique, toute effusion à tonalité idyllique ou élégiaque, il  nous restitue de Fatah des instantanés  qu'on croit sortis d'un album-photos, images qui recoupent sans fioriture aucune les souvenirs de ses anciens élèves. D'autres, plus intimes, semblent emperlées de ces cristaux de sel brûlant qui poudroient sous les paupières. Mais sans le moindrement affecter la dignité de la dame qui nous les révèle. Toutes rendent au militant, retrempé dans l'amour de celle qui lui parle et nous parle de lui, ce qui lui appartient.  
C'est beau, parfait, captivant. Et c'est peu dire. Un chant ciselé dont les résonances intérieures, le non dit, sont bien plus poignants encore que ce qui s'entend au pied de la lettre
. (A.Amri)



« Tant que je ne me laisse pas écraser par le nombre, je suis moi aussi une puissance. Et mon pouvoir est redoutable tant que je puis opposer la force de mes mots à celle du monde, car celui qui construit des prisons s’exprime moins bien que celui qui bâtit la liberté »  ( Stig Dagerman )
Homme libre, tu le fus, toujours, traversant les chemins rocailleux, la colère en bandoulière et la lumière pour ultime horizon. Dans le regard, ce désir ardent d’abattre les murailles des geôles, de couper les fers de l’oppression et de l’aliénation. Combat harassant et  ardu, tel fut le tien, contre toutes les entraves à la pensée libre et souveraine, contre les chaînes invisibles, mais bien lourdes du conformisme et du conservatisme, contre l’immobilisme et le défaitisme.

Tu te battis contre les ténèbres, les bonimenteurs, les discoureurs aux paroles futiles, contre les illusionnistes aux  mirages dévoreurs, contre les bourreaux qui flagellent la liberté avide de soleil et de terres fertiles. Contre les mots qui ronronnent, insipides et fastidieux, tu brandissais des phrases de feu, ciselées au fer rougi, ce langage enflammé qui fut le tien, pétri de ferveur, d’humour et de rébellion. Tes pages furent le lieu de ton combat, sans cesse renouvelé. Une plume acérée, jetée dans l’encre épaisse des jours de révolte, à l’écume coléreuse. Lorsque la réalité devenait insupportable, intolérable, je voyais ton front s’assombrir, les mots courir sur tes lèvres, fuyants et espiègles. Tu les poursuivais, les dénudais, les retenais, t’y agrippais, saisissais le meilleur au bout de ta plume triomphante et en étalais la splendeur sur ta page blanche, bientôt remplie des graffitis que toi, seul, savais déchiffrer et décrypter. Je me suis toujours extasiée sur cette écriture fine et délicate, posée sur des bouts de papiers essaimés sur le bureau à l’ordre improbable. Tu souriais malicieusement et me parlais « de désordre organisé ».

Quand tu devenais silencieux, toi, l’amoureux des mots, qui  m’inondais de paroles, je savais qu’un texte te trottait dans la tête, qu’une idée cheminait derrière les rides d’un front, devenu, soudain, soucieux. Mais rares étaient tes silences tant tu aimais la musique des mots. Tu les éveillais de leur torpeur, les habillais de colère et d’enthousiasme, domptais leur désobéissance, parfois, et les éclairais. L’enfantement pouvait durer des jours, mais la délivrance, vécue dans la douleur, illuminait ton sourire. Je relisais la merveille, sous ton regard inquisiteur, discutais d’un mot, d’un titre et finis par avouer mon envoûtement. Ainsi la traque des mots est-elle devenue notre sport favori.

Discret jusqu’au bout, tu ne parlas jamais de tes combats pour les damnés de la terre, les rejetés, les discriminés, les laissés pour compte, les abandonnés, les oubliés. Jamais, tu ne dévoilas ces pans d’une vie de lutte pour les belles causes, celles qui nous transcendent, nous donnent le feu sacré. Mais, tous te reconnaissent la fidélité à des principes inébranlables et un engagement fougueux. Ton combat de syndicaliste, pendant les années de braise fut laborieux et rude, mais jamais, tu ne t’agenouillas, jamais tu n’abandonnas, le front fier et la parole libre. Des batailles furent perdues, jamais le désir de se battre, persuadé que le chemin était long, tortueux et torturé, parsemé d’épines. D’autres furent plus prometteuses. Ce 14 Janvier fut glorieux. Fatigué, tu battus le pavé qui résonnait du bruit assourdissant de nos pas et de la clameur libératrice. A 13h 30, tu rentras à la maison, non sans m’avoir fait cette belle confidence «  Je suis heureux d’avoir vécu ce jour ! ».  Cela te donna des ailes, de la vigueur et des étoiles dans le regard. Tu passas des heures à discuter, à analyser, à mesurer les futures espérances. Le 23 Octobre, tu exhibas avec fierté et bonheur ton doigt enduit de bleu azur.

Ton dernier combat fut long, douloureux et pénible contre le temps que tu appréhendais différemment, non plus en durée, car ce qui comptait était l’instant, la fulgurance d’une seconde, un moment fugace, l’éclair d’un instant. Une conversation à bâtons rompus avec un ami, une phrase bénie attrapée au vol, l’envol d’un papillon de nuit, le bruissement d’une feuille, la voix chaude d’un intime, le rire de ta fille, cristallin et limpide, l’arbre qui, derrière ta fenêtre explosait de fleurs. Tu aurais pu écrire comme Stig Dagerman « Il n’existe pour moi qu’une seule consolation qui soit réelle, celle qui me dit que je suis un homme libre,… un être souverain à l’intérieur de ses limites. ». Tu sus créer de l’espérance et de la beauté à partir de ce désespoir que tu taisais. Tes mots planent, désormais, lucioles d’argent, au-dessus de la voie lactée.

Tu transmis à des générations ta part de rébellion et de merveilleux, fébrile et déterminé à passer la main à ces jeunes qui t’adorèrent et t’adulèrent. Semences généreuses d’un printemps splendide, même si des orages nous guettent. Tu étais persuadé qu’il n’y aurait ni renonciation, ni capitulation et que la nuit  n’était qu’une passerelle entre deux jours. Les saisons ont été douloureuses, mais « le miracle de la libération » t’a porté «  comme une aile » vers ces contrées verdoyantes où tu survis. Tu as atteint, serein, l’inaccessible étoile, inondé de lumière.

Tounès Thabet
Journal "Le Temps"- 21.08.2012



Merci à tous qui se sont associés à notre douleur suite au décès de Fatah : La Rédaction du journal «  Le Temps », tous les collègues, les amis et compagnons de route de Tunisie, de France, d’Allemagne, de Vienne, du Liban, de Jordanie, de Libye. (Tounès Thabet)

___________________

Du même auteur sur ce blog:

Ami, si tu tombes...

 

Au même sujet sur ce blog:

A Fatah qui ne nous a pas quittés

 

Au sujet de Tounès Thabet sur ce blog:

Tounès Thabet, ou la Fée tisserande d'espérance

 

 

 

 

 


samedi 26 janvier 2013

A Fatah qui ne nous a pas quittés

Dans la mémoire de chaque homme, il y a un panthéon baigné de soleil et de verdure, réservé à une, deux ou trois personnes d'exception qui ont marqué sa vie.
Pour avoir déclenché dans ma tête un déclic de neurones, une étincelle à quoi le lycéen que j'étais doit l'amour de la philo et la plus précieuse arme d'autodéfense, Fatah Thabet s'est adjugé à bon droit sa place dans ma pensée et ma conscience depuis le milieu des années 1970. Monstre sacré de l'enseignement pour ceux qui ont eu la chance de faire partie de ses élèves, militant irréductible de la gauche laïque, Fatah faisait partie de ces résistants d'élite qui se battaient sur deux fronts: la lutte syndicale et politique et ses combats de rue, et en parallèle l'arme du génie, la construction d'une conscience citoyenne et révolutionnaire capable de faire front à la "Machine à décerveler". Tâche  qui incombe -pour une grande part mais sans exclusivité aucune- au génie enseignant.  Et c'est ce que Fatah, pour la part qui lui revenait, a inlassablement et irréprochablement assumée tout au long de son parcours de combattant.
Aussi   tel combattant a t-il vécu la chute de la dictature, le 14 janvier, comme un moment de consécration, une apothéose autorisant tous les espoirs pour lesquels des générations s'étaient battues. Le 23 octobre, son doigt de citoyen, "enduit de bleu azur", aurait aimé que l'issue des élections réconfortât ces espoirs légitimes. Mais en dépit de la déception, il ne s'inquiétait plus pour l'avenir de son pays. Quels que soient  les orages qui pourraient traverser la Tunisie, quels que soient les ravages que pourraient prévoir les Cassandre de la météo, l'avenir sera aux mains de son peuple émancipé. La Machine à décerveler  et la dictature n'ont plus d'avenir.
Alors même que la maladie commençait à miner sa santé au lendemain de ces élections, Fatah conserva intact jusqu'au bout cet optimisme inébranlable. Le 12 juillet dernier, il a fermé les yeux pour se reposer. Mais non sans avoir légué à ses cadets, immortelle, la foi révolutionnaire qui perpétue son combat.

Modeste hommage (et non oraison funèbre) à celui qui ne nous a pas quittés.  


"L’homme est condamné à être libre . Condamné, parce qu’il ne s’est pas créé lui-même, et par ailleurs cependant libre, parce qu’une fois jeté dans le monde, il est responsable de tout ce qu’il fait.” (Sartre)


Fatah, je ne te cacherai pas que lorsque j'ai appris la triste nouvelle, il m'a fallu un certain temps pour m'en ressaisir. Même les petits mots courants de condoléances, les formules banales de sympathie que la circonstance me dictait de dire aux tiens, n'ont pu se prêter sur-le-champ à ma bouche. Et pourtant, je ne les compte plus mes morts, proches, amis ou collègues qui sont partis avant toi. A mon âge, je suis censé vacciné, assez cuirassé pour supporter de telles épreuves. Et j'ai flanché quand même. C'est  que pour moi comme pour tous ceux qui doivent à ton enseignement les ailes qui leur ont permis de voler, tu as été, cher Fatah, un moment de notre conscience.
Aujourd'hui, en voulant te rendre ce modeste hommage, je suis plus serein. Il n'y aura ni larmes d'adieu ni oraison funèbre. Tu ne nous as pas quittés.

Toi et tes cadets, vous vous êtes croisés aux sources de la pensée critique. Quand la philosophie avait à l'école tunisienne ses lettres de noblesse. Quand les Lettres s'appelaient à bon droit Belles-Lettres.
Vous vous êtes croisés à la faveur de cette aubaine, toi pour enseigner et eux pour apprendre. Et réunis pour hisser la vie à hauteur des humains. A un moment où il faisait bon rêver. Bon secouer les morts et les rappeler à l'urgence de la vie.

Au lendemain d'une guerre perdue par les Arabes, juin 67, d'un vent de contestation européen qui n'arrêtait de se propager aux autres continents, mai 68, au confluent de ces deux dates saillantes dans la mémoire de ma génération, vous vous êtes croisés pour frayer la voie à un savoir émancipateur, une école qui dote le citoyen de ses armes d'autodéfense, une pédagogie au service du salut public.

Tes élèves, tes cadets plutôt -au sortir d'un âge ingrat,
toi frais émoulu de l'université, leur aîné gambergeur de l'utopie. Un mélange de sang qui bout et de petite fleur bleue. Le courant passait de part et d'autre. Le plus naturellement du monde. Grâce à ta pédagogie révolutionnaire, pionnière, tu étais le promoteur des TIC avant la lettre. La classe était bien plus souvent salle de ciné-club que la presque cellule de prison qui nous accueillait dans d'autres matières. Amphithéâtre amplement aéré et baigné de soleil. Le cours magistral se rétrécissait au fur et à mesure pour  céder la place au débat, la verticalité du savoir à dispenser s'éclipsait pour laisser le jour à l'horizontalité de l'apprentissage actif,  dynamique. Alors qu'avec d'autres, la discipline de philo passait pour l'une des plus rébarbatives, grâce à toi elle devenait pour le moins qu'on puisse en dire attractive. Tu avais ce don de magicien qui faisait sortir des mots colombes blanches et lapins. La projection périodique de documentaires, support novateur de ton enseignement, palliait à l’opacité du texte, sortait celui-ci des abstractions théoriques et faisait primer l'apprentissage par l'enseigné sur  l'enseignement du maître, maître qui ainsi cessait d'être le détenteur exclusif du savoir pour devenir élément et facteur d'interaction pédagogique.

Fatah, c'est convenu entre nous, ni larmes d'adieu ni oraison funèbre. Tu ne nous as pas quittés.

Je me souviens de cet aîné qui nous faisait sortir de nos cages à lapins, toutes les terminales, pour nous réunir à la salle du restaurant.
Avec ta silhouette de bohème et tes cheveux longs. Ta barbe de maure et ton jean délavé. Tes pattes d'éléphant et ta musette de prolétaire. Demi-dieu sorti de la cuisse d'Ibn Rochd ! D'aucuns me diraient: de Marx plutôt !
A cette époque-là, Tounès n'était pas encore à tes côtés. Les filles rêvaient quand
, coquet, leur regard croisait le tien. Et tes cadets mâles
-en catimini- se clignaient des yeux. Non sans jalouser un peu, quelquefois même railler, le charisme intègre. L'enseignant doublé du gambergeur de l'utopie était d'une morale irréprochable. Même quand il encadrait ses collègues féminins, entre autres l'irrésistible blonde aux yeux bleus, Mme Ott, qui lui devait le meilleur de ses fiches pédagogiques.


Ni larmes d'adieu ni oraison funèbre. Tu ne nous as pas quittés, Fatah.
Au café La Jeunesse, il n'était pas rare qu'enseignants et enseignés oublient leurs cartables. Pour une partie de belote où les perdants doivent payer la tournée. Autant que je me souvienne, seuls les perdants salariés étaient assignée à cette loi. Il faisait bon jurer comme des païens. Toi et tes cadets. Crier au bourgeois encanaillé qui passe. Baver sur la robe du saint qui n'osait pas jurer.  Vilipender le système galeux. Conjecturer sur son imminente fin. Annoncer des lendemains dorés. Se préparer pour le triomphe de l'humain.

Il faisait bon jouer nos as et appeler de tous nos vœux l'avènement de l'humain.

C'était au confluent d'un juin puant notre cadavre arabe dépecé, dévoré par les chiens errants du Sinaï. Et d'un mai au profil universel embaumant le nid d'épices. Tes cadets, pas encore nés, à peine interrogations à l'état larvaire, cherchaient à tâtons l'issue du dédale. Se cabraient. Juraient. Et toi jurais et riais.
Il faut que le grain meure pour que naisse l'épi. Que le vieux monde s'écroule pour que l'espoir sur sa tombe ait droit de cité. Tu nous annonçais, jaillissant des cendres, le phœnix. Issu des luttes sociales, le Messie.
 
Fatah,
ni larmes d'adieu ni oraison funèbre. Tu ne nous as pas quittés.

Je me souviens de ce jour, « historique» celui-là -disait la radio! où nous fumes rassemblés, tout le lycée, pour souhaiter la bienvenue au Combattant-Suprême. Nous te cherchions des yeux parmi les quelques professeurs présents, distingués par leurs beaux costumes pour la circonstance, mais ni en jean coutumier ni tiré à quatre épingles tu ne figurais parmi ce gratin-là. Tu étais introuvable, au lycée comme ailleurs. Et nous étions un peu déçus car, toi avec nous, nous aurions trouvé meilleur air de ballet que les vivats de la foule pour souhaiter la bienvenue au chef de la nation.
Il a fallu que Bourguiba ait quitté Gabès, trois ou quatre jours plus tard, pour te revoir au café. Avec un autre collègue de la « même race», professeur de français dont j'ai oublié le nom. Et nous avons alors su, ou plutôt eu la confirmation de ce que certains savaient, que les sbires du Combattant-Suprême, par mesure préventive, vous avaient offert gracieusement durant tous ces jours le gite et la casse-croûte dans les cellules du commissariat. Et te revoyant rire et jurer comme un païen, comme l'aîné nous avons juré et ri en chœur pour fêter la reprise de nos parties de belote. Depuis, chaque fois que le professeur gambergeur de l'utopie s'absentait et nous manquait un peu, on ne s'inquiétait plus outre-mesure pour lui. On le soupçonnait quelque part blanchi et nourri aux frais de l'Etat.
Parce que enseigner c'est aussi cela, Fatah. Non seulement tu n'as jamais mis ton nez dans les excréments de l'allégeance, mais tu étais un opposant révolutionnaire, actif sur tous les fronts, et irréductible. La liberté, tu l'honorais en toute circonstance pour le maître et ses cadets.

Fatah, pour finir je vais te confier dans quelles circonstances j'ai appris la triste nouvelle. Tu ne m'en voudras pas si l'élève, le cadet t'a oublié durant plus de 20 ans, si ce n'est plus. Il a tenté de transmettre à l'enseignant -
autant que peut se faire- quelques plumes des ailes qu'il te doit. Sans toi, l’enseignant cadet n'aurait fait que saigner ses petits.

Que ce qui vient du libre à bon droit lui retourne! bises, frères, et à un de ces jours!


A. Amri
26.01.2013

C'était au milieu d'une nuit étoilée sur un pan de la toile. Ayant dépisté tes traces dans ce dédale où je me suis égaré depuis quelques ans, j'attendais ta réponse à mon invitation sur le réseau Facebook mais la réponse tardait à venir. Quand j'ai croisé sur le même réseau ta femme Tounès, ce fut pour moi une heureuse opportunité, car je te tenais enfin, certain que ta "ministre de l'intérieur" ne dirait pas non pour te livrer à ton cadet . J'en fis la requête. Ou presque.
"Madame Tounès, bonsoir!
Je suis ravi de vous rencontrer sur fb. Et vous prie de transmettre mes salutations et hommages à M. Fatah. Ma génération lycéenne doit beaucoup de choses, et non des moindres, à votre mari. Quand j'étais en terminale vers le milieu des années 70, M. Fatah animait une sorte de ciné-club à l'intérieur du lycée, qui nous initiait à l'esprit critique et explicitait pour nous certains concepts philosophiques que le handicap de la langue pour certains ou la compacité du cours pour d'autres ne sortaient pas assez de leur aspect abstrait. M. Fatah n'était pas mon prof de philo mais c'était lui qui "encadrait" la prof française de ma classe. Et les TIC dont on parle beaucoup aujourd'hui (sans pour autant les exploiter réellement ou suffisamment en classe) M. Fatah -branché sur la pédagogie multimédia avant la lettre- les avait introduites dans son enseignement il y a un bail.
Et puis ceux de ma génération n'oublient pas aussi son combat politique. Je l'ai rencontré une ou deux fois au début de ma carrière et je peux vous dire que la "tête brûlée" des années 70 m'a semblé en tout la même. Son engagement est exemplaire."

Quelques minutes à peine après l'envoi du message, je reçois de Tounès ce billet:


"
Mille mercis pour ce portrait si émouvant que vous faites de Fatah, homme libre jusqu'au bout. Il a vécu le premier janvier comme un miracle lumineux, a exhibé son doigt enduit de bleu azur, a rêvé d'une Tunisie démocratique, laïque et moderne. Puis nous a quittés le 12 juillet dernier, au bout d'un long combat contre la maladie. .."


______________ Au même sujet:


Fatah Thabet in memoriam - Par Tounès Thabet


jeudi 10 janvier 2013

Une Cosette au royaume des sables

Elle avait à peine 17 ans quand en 2005, fuyant la misère, l'invivable dans son pays, Rizana Nafeek a débarqué en Arabie saoudite pour chercher du travail. Elle venait du Sri Lanka comme tant d'autres migrants issus de l'Asie du sud,  persuadée qu'elle avait laissé loin derrière elle l'enfer et qu'elle allait trouver à Riyad l'eldorado dont elle rêvait.

La loi saoudienne interdisant l'emploi d'étrangers de moins de 18 ans, avant de quitter son pays Rizana Nafeek a dû recourir aux services d'une agence de recrutement pour falsifier la date de naissance figurant sur son passeport. D'un simple trait de plume appuyé vraisemblablement par un pot-de-vin, de 17 ans elle s'est  fait propulser à 20. Si bien que dès son arrivée à Ryadh le 4 mai 2005, la jeune sri-lankaise réussit à se faire embaucher comme employée de maison. Une Cosette, dirait-on, de la vie réelle, jetée au royaume des sables et du pétrole. Mais plus démunie encore que sa cadette hugolienne, parce que chez des Thénardier vivant dans l'opulence, les 3 ans gagnés par Rizana sur le papier demandent à être payés quotidiennement en corvées supplémentaires.
Bref, les problèmes qui l’avaient ménagée à son passage des frontières et les misères que cette fugitive de l'enfer sri-lankais  a cru un moment avoir laissées loin de l'Arabie ne tarderont pas à survenir, plus aigus et tragiques, dans sa vie nouvelle.
Deux semaines à peine après son embauche, alors que ses employés lui ont confié la garde de leur bébé de 4 mois, simple accident dû à la négligence ou meurtre irresponsable -personne n'en saura la vérité, le bébé meurt dans ses bras. Et comme la domestique a été houspillée quelque temps plus tôt, peut-être même battue par sa patronne, elle a beau crier et clamer que le petit s'est étouffé à cause du biberon, qu'elle n'était pour rien dans cette tragédie, ses employeurs, ayant l'intime conviction qu'il s'agissait d'un acte de vengeance, l'ont poursuivie pour homicide volontaire. Arrêtée, le jour même  Rizana Nafeek passe aux aveux.

Dans un pays où les droits de l'homme les plus élémentaires sont bafoués, on peut aisément deviner par quels moyens  l'instruction peut avancer si rapidement et, surtout, efficacement. Et l'on ne s'étonne pas que la justice soit à l'image de l'instruction, tout aussi expéditive. D'autant que l'accusée dans cette affaire n'a bénéficié (ni au cours des interrogatoires ni pendant le jugement) de l'assistance d'aucun avocat, ni interprète compétent pour traduire du tamoul à l'arabe, ou vice versa, ses récits des faits et l'acte d'accusation. Au cours du procès, s'étant rétractée et ayant soutenu que ses aveux lui avaient été extorquées sous la torture, elle a dû se démener comme elle pouvait pour plaider prodo domo, et vainement, son innocence. Condamnée dès 2005 à la peine de mort, la Cour suprême de Riyad a rejeté en 2010 l'appel. Et  bien que l'Arabie soit signataire de la Convention relative aux droits de l'enfant, qu'en vertu de cette convention ce pays n'a pas le droit d'appliquer la peine de mort à des personnes de moins de 18 ans au moment des faits qui leur sont reprochés, la justice saoudienne a rejeté toutes les requêtes, faites par l'accusée ou l'ambassade de son pays et appuyées par un bulletin de naissance authentique, en vue de respecter la loi internationale évoquée précédemment. 
Durant 8 ans, Rizana a attendu dans le couloir de la mort. Et ceux qui ont entretenu l'espoir de pouvoir la sauver n'ont ménagé aucun effort dans ce sens. Mais ni sa famille, ses compatriotes, les ONG internationales, les militants abolitionnistes, Amnesty International ni le président même du Sri Lanka écrivant au roi saoudien n'ont pu infléchir à la voix de la clémence et de la raison les bourreaux de cette damnée de toutes les misères.

Sur simple présomption de meurtre,  Rizana  vient d'être décapitée par l'épée ce mercredi 9 janvier 2013.

A. Amri
10.01.2013

dimanche 6 janvier 2013

Amel Hamrouni ou la conscience de ceux qui n'ont pas de voix

Photo Amel Hamrouni

Quand elle évoque son parcours artistique, c'est Oyoun Al-Kalam ou Al-Bahth Al-Moussiqui qui priment en toute circonstance sur le patronyme et le prénom siens. Quand on lui attribue un titre, un succès, une performance sur un plateau de télévision, c'est tout juste si elle ne se fâche pas! A cause de ce tropisme mécanique, injuste, maladroit, qui détourne le mérite collectif au profit de sa modeste personne! Car, et elle rectifie sur-le-champ, c'est le titre de Oyoun Al-Kalam, le succès d'Albahth Al-Mousiqi, la performance du groupe!
Il y a en elle un tel respect de cette dimension identitaire partagée, un tel sens de l'honnêteté intellectuelle -l'honnêteté tout court- qu'elle refuse tout hommage qui ne soit pas à l'honneur du groupe auquel elle appartient. Alors même que ce groupe n'est plus qu'un duo depuis 2004, tel souci demeure inchangé
chez elle.

Mais comment persuader alors de sa maladresse et son impertinence le maudit
tropisme mécanique si, à travers un hommage comme celui qui suit, il se révèle irrémédiable? Nous y reviendrons.
Aux origines du texte ci-dessous, il y avait un désir, vieux et quasi obsessionnel, de rendre hommage à l'ensemble Al-Bahth Al-Moussiqi qui, outre sa contribution à l'éveil d'une conscience nationale progressiste et révolutionnaire, a donné à la ville de Gabès une bouffée d'oxygène inappréciable. Inappréciable et inespérée, d'autant que la pollution chimique asphyxiant la région semblait affecter par une forme de contagion sournoise la vie culturelle même. Mais au moment précis où le désir est né, des dissensions internes ont fracturé l'ensemble une première fois en 95. Et de nouveau en 2004. Certains membres ont pris une retraite anticipée. D'autres se sont attelés à la relance de l'ensemble. Tandis que
deux cartes maîtresses de la troupe dispersée la Dame de cœur et le Valet de carreau! ont crée leur propre ensemble, le duo Oyoun Al-Kalam.
Revenons à la question posée précédemment au sujet de ce
tropisme mécanique incurable! Comment le persuader de sa maladresse et son impertinence?
Lui rappeler que l'arbre ne peut cacher la forêt? Ce serait tout aussi absurde qu'interpeller en pleine nuit un non-voyant pour lui dire:" bougre d'aveugle, regarde où tu mets ta canne!"
L'émotion esthétique a ses lois que la raison dialectique n'a pas. C'est à sa rencontre en 1962 avec Ahmed Fouad Nejm et l'étroite collaboration du duo, auquel s'est jointe la compagne du poète Azza,  que Cheikh Imam doit l'éclat de ses nom et renom. Et pourtant l'arbre a fini par éclipser la forêt. Dans l'ombre de Marcel Khalifa, qui se souvient de l'ensemble Al Mayadeen? Qui distingue assez nettement l'imperceptible Oumaïma? Dans l’Église d'Orient, sous l'aura des saintes icônes byzantines Dieu même n'est-il plus qu'un pâle figurant?
 

A. Amri
09.01.2013



Enfance et études

Amel Hamrouni est née à El Hamma de Gabès, le 7 avril 1961, d'un père infirmier et d'une mère employée des PTT. Le jeune couple s'était marié 4 ans plus tôt et avait travaillé au Nord-Ouest du pays, au Kef d'abord, à Siliana ensuite puis au Makthar où leur premier enfant, Khaled, est né.
A l'âge d'un an, Amel quitte El Hamma, avec ses parents mutés à Gabès, pour s'installer à Aïn Slem, chez ses grands parents parentaux. "C'était l'éden de mon enfance, ces 4 années passées chez la grande famille, le temps que mes parents finissaient la construction de notre maison à Cité El Mansourah".
En 1966, la famille Hamrouni s'installe dans sa nouvelle maison. Amel et Khaled auront trois autres membres dans leur fratrie: Ilhem, Hallouma et Khalil.

De 1966 à 1972, les études primaires à l'École Ben Attia. Puis les années collège à Sidi Marzoug. En 1975, début du second cycle au lycée mixte de Gabès:" le mythologique, pas celui d'aujourd'hui ! le lycée qui comptait 4500 élèves avant d'être scindé en 2 lycées". Bachelière en 1979, elle prépare un diplôme à l’École nationale d'administration (ENA). En 1984, l'énarque est nommée dans les services du ministère des finances tunisien.

Carrière artistique

Depuis les années 1980, Amel Hamrouni s'est engagée sur cette voie peu frayée par la gent artistique, féminine surtout, de la chanson du combat. Et contre vents et marées,  censure des médias et froideur des promoteurs artistiques, elle(1) a réussi non seulement à sortir ce genre de son enclave traditionnellement élitiste  à l'intérieur du pays. Mais aussi à lui donner des ailes pour  faire rayonner la chanson arabe engagée au delà des frontières nationales.

Irréductible voix de la révolution et du progrès, que ce soit sous le règne allant sur son déclin de Bourguiba ou, à son apogée dictatoriale, de son successeur Ben Ali, Amel Hamrouni n'a raté aucun temps fort des luttes sociales nationales. De la révolte du pain en 83 à celle du Bassin minier en 2008, puis  la révolution du 14 janvier, sa voix et voie n'ont cessé d'être intimement soudées à cette belle épopée tunisienne en action. Tantôt levier moral dans les intermèdes des luttes, tantôt catalyseur dans les mêlées, quand la rhétorique politique s'essoufflait ou perdait tant soit peu sa force de persuasion, c'était dans le répertoire de cette artiste que le combat puisait l'essentiel de son credo mobilisateur(2).

"Je me suis engagée dans le combat politique, dit-elle, poussée par mon désir de participer à l’éveil démocratique et à la construction d’une société égalitaire." (Le Temps, 14 janvier 2012)

Soldate défricheuse incontestée, à bon droit pionnière de son sexe dans la chanson nationale engagée, c'est peu dire qu'Amel Hamrouni a prêté sa voix à la gauche tunisienne, au peuple plutôt(3), quand les partis, la presse, l'opinion politique opposante étaient sous le bâillon. C'est sa vie qu'elle a donnée, les plus belles années de sa jeunesse, aux luttes sociales tunisiennes, en même temps qu'aux idéaux progressistes et valeurs humaines universelles.
Fadhel Sassi, Jamila Bouhired, Dalal Maghrebi:
quelques icônes, et non des moindres,
des luttes historiques arabes


Voix chaude et cristalline, féminine quoique grave, Amel Hamrouni chante à juste titre pour ceux qui n'ont pas de voix(4).
L'artiste révolutionnaire, quel que soit le mode d'expression qu'il emprunte pour traduire son art, est sommé d'honorer comme il se doit ce qualificatif. Loin du populisme cher à certains politiques. "En incarnant autant que possible la conscience vive du peuple. En se hissant autant que peut se faire à hauteur de ses aspirations légitimes"(5). S'il ne se cabre pas, ou pas assez, pour les masses laborieuses qui peinent au fil des saisons, et ne touchent que le salaire de la misère, tel artiste ne porte du révolutionnaire que l'épithète usurpée, les pâles oripeaux. S'il n'écoute pas les plaintes sourdes qui montent de l'enfer(6), la prière de l'humble mère dédiée avec le seul dinar qu'elle a, en menue monnaie, à son fils, la détresse de cette même mère à qui la raison d'Etat confisque  foie et bâton de vieillesse(7), s'il ne rappelle pas aux légataires du martyr son testament(8), s'il boude les cris justes du terroir et ceux non moins justes des peuples frères ou des indignés où qu'ils soient sur cette terre(9), on n'a que faire de tel courtisan du peuple et son pseudo art!

Avec le principal leader de la révolte
du Bassin minier, Adnan Hajji
Amel Hamrouni a chanté et chante, sans ride aucune dans la voix,  pour ces déshérités et laissés-pour-compte que le pouvoir local, l'ordre colonial, le nouvel ordre mondial et l'ancien, et sa télé à chacun, ne voient pas. Elle chante pour les damnés de la terre.  Non sans enchanter aussi, et cela n'a rien de paradoxal, les mélomanes de quelque bord soient-ils. L'esthétique, même quand l'artiste se produit avec un seul musicien, un seul instrument, n'est jamais absente de sa scène. Les textes de ses chansons(10), parce que beaux et percutants, assument une bonne part de cette dimension incontournable dans  l'expression artistique. La musique tout autant. A quoi ajouter cette formidable puissance d'interprétation qui donne à la mélodie son point d'orgue, cette capacité à synchroniser les modulations de la voix avec les inflexions de l'âme, du cœur, de l'inconscient. Voix restituant sa force d'émotion originelle à chaque mot, à chaque poème: voilà ce qui complète le tout et couronne la dimension esthétique. N'ayons pas peur des mots, des expressions que d'aucuns puristes de la gauche marxiste jugeraient équivoques: cette dame a de la classe.  Et c'est peu dire!

En 1987, elle est lauréate du prix « RFI Musiques du Monde ». Cette distinction honorait à travers sa voix non seulement son groupe Al-Bahth Al-Moussiqi, mais aussi son pays, et pour la 2è année consécutive. En 1986,  le lauréat était Zine Essafi. Et, jamais deux sans trois, en 1988  c'est Mohamed Bhar qui sera honoré à son tour par ce prix.

Le poète Adam Fethi
A ce propos précis,  il faut rendre à Amel Hamrouni cette justice qu'elle n'est pas qu'une voix de la révolte, consciencieuse et politisée. Jeune (et je ne voudrais pas insinuer qu'elle ne l'est plus!) elle avait tous les dons et les ingrédients pour prétendre à la gloire d'une star du show-business. Timbre vocal gorgé de féminité, charisme physique abstrait de tout clinquant de style et de fausse beauté, formation musicale des plus solide, présence scénique, culture de l'énarque, et j'en passe. Mais damnée de politique et tête brûlée, elle a choisi de s'investir, diraient certains, dans ce genre plutôt pas gras et ingrat.

Tant mieux pour ses fans dont l'humble auteur de ces lignes est, au fil des ans, un inconditionnel! tant mieux pour l'Art qu'elle ennoblit avec mérite autant qu'elle s'en ennoblit elle-même! Si la chanson engagée pouvait élire sa diva, on ne verrait pas qui puisse prétendre à  l'honneur du titre avec un mérite incontestable à part cette dame!



Al-Baht Al-Moussiqi, Khemaïes Bahri,
Nebrass Chammam

On ne peut rendre hommage à cette militante infatigable et grande artiste sans citer en même temps Al-Bahth Al-Moussiqi (ar. Recherche musicale), la troupe qui fut associée à sa découverte par le public dans les années 80. De la troupe et Amel Hamrouni, je ne saurais dire qui a fait l'âge d'or de l'autre. Œuvre réciproque ne serait pas injuste. Il n'en reste pas moins que les nostalgiques du bel âge vous diraient que depuis qu'Amel s'en est séparée, Al-Bahth Al-Moussiqi n'est plus ce qu'il était.


Oyoun Al-Kalam: hymne identitaire
des résistances arabes




Quoiqu'il en soit, avec sa nouvelle troupe Oyoun Al Kalam (ar. les Yeux des Mots)(11) comme avec Al-Bahth Al-Moussiqi, Amel Hamrouni a su conserver, inaltérable, le pouvoir de ses chansons-tracts. Et intacte, la chaleur de la voix épaulant le tract.
Saluons ici trois musiciens à qui la chanteuse doit l'essentiel de son répertoire: Nebrass Chammam, Khaled Hamrouni et Khémaïes Bahri.

La couleur politique

Amel Hamrouni a adhéré au PCOT (Parti Communiste des Ouvriers Tunisiens) dès sa création en 1986. Le PCOT n'a jamais été autorisé tant que Ben Ali fut au pouvoir. Ce n'est que le 18 mars 2011 qu'il a été légalisé.
En 1986, Tawhid Azouzi, compagnon d'Amel Hamrouni, est arrêté et incarcéré une première fois. Il sera incarcéré une seconde fois avec Khémaïes Bahri en 1991.
A partir de 1995, Amel Hamrouni n'est plus tout à fait adhérente au  PCOT mais elle reste solidaire du parti et des militants, y voyant sa véritable famille politique.
Après la révolution de 2010-2011, Amel Hamrouni est candidate du Pôle démocratique moderniste (PDM) pour la circonscription de Gabès et tête de liste à l'Élection de l'Assemblée constituante tunisienne de 2011.

Conclusion

Le mot de la fin, c'est Amel Hamrouni en personne qui l'écrit:" Pour ce qui est de notre expérience actuelle, c'est l'histoire d'un duo, d'une tendre amitié, de chemins parcourus ensemble, parfois péniblement, qui me fait avancer main dans la main avec Khmaies. Honnêtement, sans lui je ne sais pas si j'aurais été capable de revenir sur scène. Je voudrais tellement, par honnêteté intellectuelle, que l'on sache que Oyoun Al-Kalam est la troupe d'un duo qui espère avoir le temps de réaliser plein de belles chansons encore ..."

A.Amri
06.01.2013



Sur ce même blog, voir aussi:

Oyoun Al-Kalam (Les Yeux des Mots): Anthologie de chants traduits

Amel Hamrouni: retour sur une vie





Notes: 
1- Autriche, Belgique, France, Algérie, Cameroun: quelques jalons dans ce champ de rayonnement international que la culture tunisienne doit à la chanteuse.
2- Le répertoire d'Amel Hamrouni compte une bonne quarantaine de chansons dont les plus célèbres sont Héla, Héla ya matar (Hourra, hourra, pluie), prix de la meilleure composition issue du patrimoine (Radio France Internationale 87), El Bsissa (La bsissa (cocktail de céréales aromatisées et richement nutritif)), Nachid Al-Ardh (Hymne de La terre), Guevara Etin (Guevara est de retour), Ennada (La rosée), Ya ommi la tibki (Maman, ne pleure pas), Len yamorrou (Ils ne passeront pas), Sabra...

D'aussi loin que je me souvienne, que ce soit dans les locaux de l'UGTT ou de la LDHT, dans les facs ou tout QG de la résistance civile, ce sont les cassettes puis les CD de cette artiste et de Cheikh Imam qui ouvrent les grands meetings politiques ou précèdent les manifestations.
3- "Le peuple plutôt" parce que tout au long de la période antérieure à la révolution du 14 janvier, il y avait le pouvoir d'une part, l'opposition de l'autre. Les clivages idéologiques et partisans entre les forces politiques de l'opposition ne vont apparaître et peser réellement qu'après la chute de la dictature.
4- Sous la dictature du parti unique ou tout au long des années de braise, -est-il besoin de le rappeler? ils se comptaient par millions ces citoyennes et citoyens condamnés pour la raison de l’État à l'aphasie.
5- Amel Hamrouni, Labes, Attounsia Tv, 05.01.2013.
6- Pour les vieux militants, l'enfer c'était Réjim Maâtoug et sa prison.
7- Foie (kebd en tunisien) est une appellation affectueuse que les parents utilisent pour appeler ou désigner leurs enfants.  L'immortelle Bsissa, écrite par feu Belgacem Yagoubi, chef-d’œuvre à tous les niveaux artistiques, donne de l'étoffe et de la résonance à la détresse de cette mère qui voit débarquer chez elle l'omda, sbire de la dictature, venu arrêter son fils pour délit d'opinion.
8- Ya Chahid, écrite par Lazhar Dhaoui pour sa troupe et reprise par A. Hamrouni et Al-Bahth Al-Moussiqi.
9- On note ici de nombreuses chansons dédiées à la cause palestinienne et la reprise de l'Internationale,  version Al-Bahth Al-Moussiqui.
10-  Textes qu'on doit à des poètes comme Belgacem Yagoubi, Abdejjabbar El Euch, Kamel El-Ghali, Adam Fathi, Touhami Chaieb, Taieb Bouallègue, entre autres.
11- Avant de devenir enseigne de la nouvelle troupe d'Amel Hamrouni, Oyoun Al-Kalam (Les Yeux des Mots) est d'abord un célèbre titre du répertoire de Cheikh Imam et Ahmed Fouad Nejm.
Depuis 1973 à sa mort, Cheikh imam -maître de la chanson arabe engagée- n'ouvrait ses concerts qu'avec ces vers composés 3 ans plus tôt par Ahmed Fouad Nejm à la prison Al-Qanater (gouvernorat de Qalyubiya, à 25 km du Caire). Avec le temps, ce sont tous les disciples d'Imam de par le monde arabe qui ont fait à leur tour de ce poème la "fatiha" de leurs concerts et l'hymne identitaire des résistants (cliquer sur la photo ci-haut pour lire le texte).

_____________________
Quelques titres du duo Oyoun Al-Kalam (sous-titrage français)