vendredi 20 décembre 2013

Ahmed Manaï: Marzouki est justiciable pour ses crimes en Syrie

Dr Ahmed Manai est assurément le premier opposant déclaré de Ben Ali. Pour avoir créé avec Mondher Sfar le Comité tunisien d'appel à la démission de Ben Ali en janvier 1993, il était devenu l'ennemi public numéro un du dictateur déchu. Torturé, emprisonné, traqué en exil, tabassé à maintes reprises par les sbires du palais de Carthage, menacé de mort lui et sa famille, ce militant dont le cv et la probité sont exemplaires ne peut pas plaire aux nains faisant les potentats qui gouvernent aujourd'hui la Tunisie. Sinon comment expliquer que Le livre Noir de Marzouki tente de trainer dans la boue un tel militant historique intègre?

Le 11 décembre 2013, Dr Ahmed Manaï a accordé une interview à CAP FM Radio dans laquelle il s'est exprimé sur la récente publication de Moncef Marzouki, puis sur la question syrienne et enfin sur la justice de transition.
Concernant ce dernier volet (non traduit ici), Dr Ahmed Manaï est persuadé que la Tunisie devrait s'inspirer de l'exemple sud-africain. Et l'interviewé a rendu un vibrant hommage au disparu Mandela, non sans rappeler qu'à travers l'Irak et d'autres contextes similaires les Arabes se sont révélés plus vindicatifs que conciliants. Et le fait que certains islamistes tunisiens se plaisent à profaner le combat de Mandela en surnommant ce dernier Mandil (serviette) n'est pas de nature à augurer d'une exception tunisienne à ce niveau.
Ci-dessous une traduction partielle de cette interview, couvrant la première moitié (une quinzaine de minutes), laquelle est consacrée au Livre Noir et à la responsabilité de Moncef Marzouki dans l'effusion du sang en Syrie. Dr Ahmed Manaï a été interrogé tour à tour par Hassan Hameli et Soufiene Ben Farhat.



CAP FM:

Tout d'abord, on voudrait connaître votre opinion sur le Livre Noir paru récemment et qui a suscité une grande polémique. Vous-même avez déjà écrit et fait des déclarations au sujet de ce livre. Quelle est votre attitude à ce sujet? S'agit-il d'une manœuvre d'intimidation qui cible les journalistes?

A.Manai:

Avant tout, il faut convenir que cette publication ne mérite pas qu'on l'appelle livre. C'est une compilation d'insanités qui comporte un grand nombre de mensonges. Que telles insanités soient attribuées à des plumes ayant collaboré avec l'ancien régime ne peut que renforcer le discrédit frappant le soi-disant livre. Personnellement, je suis persuadé qu'une grande part de ce patchwork d'inepties est l’œuvre du palais de Carthage.

CAP FM:
Vous avez dit en toutes lettres, Dr. Ahmed Manai, que le contenu du Livre Noir est une fiction tramée par les résidents du palais de Carthage. Vous avez déclaré aussi, à propos des archives de la police politique -et nous y reviendrons, que c'est une bombe à retardement. A votre sens, pourquoi le
Livre Noir serait une fiction tramée par les résidents du palais de Carthage?

A.Manai:
D'abord, en me référant à ce que j'ai lu en premier lieu concernant les personnes défuntes comme feus Mohamed Mzali, Salah Karkar, Ali Saîdi, je dirais que le devoir moral de ceux qui ont publié ces insanités est de respecter la mémoire des morts s'ils les évoquent. Sinon se taire par décence. Mais au lieu de cela, ils ont affublé ces morts de calomnies, de choses ridicules. Alors qu'un grand nombre de ces personnes ont rendu d'éminents services à M. Marzouki, et durant de nombreuses années. Ceci concernant les défunts.
En ce qui me concerne moi-même, permettez-moi de rappeler d'abord ce qu'un opposant en exil peut faire. Globalement des contacts avec des ONG, des médias. Et la rédactions de textes, d'articles, de temps à autre des informations. La réaction du régime, ses réactions plutôt étaient multiformes. L'auteur de ce livre dit que l'action de l'Agence Tunisienne de Communication Extérieure (ATCE) a débuté en 1997, ce qui est inexact. L'ATCE a commencé son travail à partir de janvier 1993. J'ouvre ici une parenthèse pour signaler que je détiens tous les documents publiés par des organisations ou des individus collaborant avec le régime, lesquels documents sont dirigés contre les opposants. Je ne me permettrais pas de polémiquer ici sur la valeur de ces personnes, évaluant positivement ou négativement tel ou tel opposants. Mais, en gros, les publications de l'ATCE sont des attaques visant ces personnes.
Je disais que l'ATCE a commencé son action en 93. Et c'était en France, au lendemain de la création du
Comité Tunisien d'Appel à la Démission du Président Ben Ali que j'ai fondé en association avec Mondher Sfar au mois de janvier 93. L'attaque a commencé aussitôt depuis Paris. Quand il est apparu que ce comité a provoqué une crise diplomatique entre les deux pays. A ce propos, j'ai entre les mains un article écrit par Debré, en ce temps-là correspondant du journal Le Monde à Tunis...

CAP FM:
Michel Debré.

A.Manai:
Ce correspondant a parlé d'une crise suscitée par la création de ce comité. Et l'ATCE a alors publié à Paris un article signé m'assimilant à un fondamentaliste ayant déjà présidé une campagne électorale au Sahel. Quant à Mondher Sfar, on lui a attribué une appartenance à la droite française, en précisant qu'il écrivait à Présent, quotidien à la solde du Front National. C'étaient des attaques de ce genre. Mais il n'y avait pas de basses calomnies faisant état de la débauche d'un tel, comme on en a lu dans ce livre.L'ATCE a poursuivi son action jusqu'en 97. Et ce qui a été publié en 97 à mon sujet et au sujet de Mondher Sfar ce sont des menaces d'agression et d'assassinat. Sfar a été menacé d'être jeté à la Seine. Et ces menaces ont été suivies d'actes, ce que Le Livre Noir ne mentionne pas. Sfar et moi-même avons été agressés deux fois. En ce qui me concerne, j'ai été tabassé le 29 février 1996. Pour Mondher Sfar, c'était en avril 96. La deuxième agression ciblant ma personne a eu lieu le 14 mars 97. Et l'ATCE publiait à la suite de chacune de ces agressions que c'était une chose méritée, qu'il aurait été  souhaitable que de telles agressions se soient soldées par la mort des personnes qui en ont fait l'objet. Mais ces calomnies qui se sont poursuivies et ont ciblé plusieurs personnes s'en tenaient au cadre strictement politique, ne descendaient jamais si bas. A titre d'exemple, on répandait que tel est agent de la CIA et tel agent des Renseignements français.

CAP FM:
Au sujet de la citation de votre nom dans Le Livre Noir, vous avez déjà déclaré que ce sont des insanités. Mais vous avez fait une autre  déclaration, il y a deux jours, qui n'est pas passée inaperçue, dans laquelle vous adressez un message
à Moncef Marzouki, président provisoire, que vous interpellez par ces mots: "patientez, je vous poursuivrai devant la justice pour vos crimes en Syrie."
Pourquoi?

A.Manai:
Sans transition au sujet de cette deuxième affaire, personnellement je tiens M. Marzouki pour responsable en grande partie de ce qui s'est passé en Syrie. Permettez-moi de rappeler que j'ai adressé en mars 2012 une lettre ouverte à M. Marzouki. Je lui ai demandé de faire de son mieux pour garder la Tunisie au dessus de la crise syrienne. "Cette crise, lui dis-je, n'est pas comme vous l'imaginez. C'est une guerre déclarée contre la Syrie." Ma lettre ouverte était assez courtoise. Et c'est naturel: je l'ai écrite en tant que citoyen tunisien soucieux de voir son pays adopter une diplomatie extérieure qui soit à l'image de notre diplomatie traditionnelle. Parce que, en toute franchise, en dépit de la satanisation de l'ancien régime, la politique extérieure de Ben Ali ne s'est pas écartée, dans ses grandes lignes, de la tradition bourguibienne. C'était une politique équilibrée, sans fracas ni problèmes, que ce soit avec nos voisins ou avec les pays lointains.
Au lieu d'une telle diplomatie, ce que nous avons vu à l'endroit de la Syrie c'est l'engagement dans une campagne, une aventure dont l'issue est insoupçonnable. Ce que M. Marzouki ne pouvait imaginer à l'époque c'est que cette guerre contre la Syrie était planifiée et serait destructrice. En mars 2012, quand je lui ai adressé ma lettre ouverte,  le nombre de morts en Syrie était aux environs de 1500.


CAP FM:
Mille cinq cents morts en mars 2012. Actuellement, le chiffre dépasse cent mille.

A.Manai:
Actuellement, le chiffre se situe entre 120 et 130 mille. Je voudrais poser cette question: qui assume la responsabilité d'autant de sang qui a coulé en Syrie durant les deux dernières années?

CAP FM:
Dr Manai, si vous voulez bien expliciter davantage le rapport de cause à effet entre
M. Marzouki et ce lourd bilan de la guerre en Syrie?

A.Manai:
Rappelons que, outre ce que j'ai documenté moi-même, il y a des organisations respectables, en Tunisie ou ailleurs, qui collectent dans l'incognito des informations et documentent les déclarations de M. Marzouki, entre autres, au sujet de la question syrienne, lesquelles déclarations permettent d'en déduire que leur auteur incite les terroristes à aller se battre en Syrie. A cela ajoutez sa réception de leaders suspects d'être derrière l'envoi de jihadistes vers la Syrie...

CAP FM:
Au cours du congrès des soi-disant amis de la Syrie, dont l'initiative revient à la Tunisie.

A.Manai:
Oui. A partir de ce congrès, la Tunisie à travers son président et d'autres personnes a commencé de glisser dans le bourbier syrien. C'est à ce niveau précis que M. Marzouki assume sa responsabilité dans le carnage de ces 120 à 150 mille personnes, conséquence de l'engagement tunisien et de ce congrès des soi-disant amis de la Syrie tenu à Tunis.

CAP FM:
D'après vous, les familles des jeunes tunisiens morts en Syrie pourraient-elles engager des poursuites incriminant des responsables politiques
à ce niveau?

A.Manai:
Bien sûr, bien sûr que oui. Les organisations évoquées documentent, entre autres, les témoignages de ceux qui ont été envoyés en Syrie. Entre parenthèses, M. Soufiene, je me rappelle que vous-même avez été en Syrie en vue de faire rapatrier quelques uns de ces recrues. Il y a sur place en Syrie des organisations qui s'appuient sur les témoignages des captifs, tunisiens ou autres, interrogés et détenus par l'armée syrienne. Parmi les questions cruciales posées à ces captifs: qui vous a recruté(s)? Qui a pris en charge votre voyage en Syrie? Tout cela est dûment documenté. Et d'après ce que je sais, le nom de Marzouki a été très cité dans ces interrogatoires, à côté d'autres noms évidemment.
En conséquence, ces témoignages rendent justiciable M. Marzouki. Mais la responsabilité de celui-ci est davantage grave du fait qu'il est président. Que tel président soit provisoire, que sa légitimité soit caduque ou vaille toujours, ne le décharge pas, qu'on le veuille ou non, de tout ce qui incombe à sa fonction à la magistrature suprême. Juridiquement parlant, en vertu du droit international M. Marzouki, en tant que président de la république,  est le premier responsable des actions faites par les Tunisiens à l'étranger. Et davantage quand ces actions sont des actes de guerre comme c'est le cas en Syrie.
Par conséquent, la responsabilité de M. Marzouki à ce propos est claire. Et elle sera dévoilée au grand jour à l'avenir. Je pense qu'on en saura plus à partir de janvier ou février prochain, quand les enquêtes à ce propos seront rendues publiques et que les procès surtout seront intentés devant des instances internationales et dans les pays habilités encore à faire ces procès, mais aussi devant la justice syrienne et peut-être même la justice tunisienne.




Traduction A.Amri
20 décembre 2013


Pour Dr Ahmed Manaï sur ce blog:

Marzouki s'est tu au moment où il devait parler (par Dr Ahmed Manai)

La liberté d’expression et la responsabilité de l’intellectuel musulman


Lien externe:

http://tunisitri.wordpress.com/