samedi 29 juin 2013

Lafif Lakhdar: un cri de détresse aux Tunisiens

Citant pour source Assafir (quotidien libanais), la page électronique d'Assabah News a annoncé, il y a quelques heures, la mort par suicide de Lafif Lakhdar, intellectuel franco-tunisien vivant à Paris. La nouvelle, relayée sur les réseaux sociaux, ne serait qu'une intox, le frère de l'intellectuel l'ayant démentie dans l'après-midi sur les ondes de Mosaïque Fm.

Autant nous nous réjouissons que Lafif Lakhdar soit toujours en vie, autant nous nous inquiétons pour son état de santé qui, contrairement aux derniers propos rassurants de son frère, semble alarmant.

Rappelons que cet intellectuel, physiquement amoindri par une maladie paralytique, est poursuivi depuis dix ans par la calomnie des fanatiques religieux qui nous gouvernent.

En 2003, la maladie de Parkinson a frappé Lafif Lakhdar, le privant de la motricité des mains et le rendant incapable d'écrire. La même année, l'intellectuel a subi de surcroit une campagne de dénigrement orchestrée par Rached Ghannouchi, laquelle l'a profondément marqué tout au long des dernières années. Spécialisé dans le débat touchant la réforme du religieux dans le monde arabo-musulman, Lafif Lakhdar a été incessement un fervent défenseur de la laïcité et, tout naturellement, un ennemi juré du fanatisme religieux. Cela n'était pas sans susciter la colère de nos "saints" islamistes qui l'avaient accusé -sur de simples présomptions- d'être l'auteur du livre "L'Inconnu dans la biographie du Prophète". Jugé comme œuvre impie, ce livre est paru en 2003 sous le pseudonyme Dr Makrizi. Comme la maladie de Lafif Lakhdar est survenue justement au lendemain de cette publication, la coïncidence devenait une aubaine inespérée pour Rached Ghannouchi! Ce dernier ne pouvait voir dans un tel malheur qu'un acte de justice immanente, la main ayant profané la mémoire du Prophète, selon le cheikh imbu de sa sainteté islamiste, a été paralysée par Dieu châtiant dans l'immédiat " le mécréant".

Tout récemment, Lafif Lakhdar a dressé un vibrant appel au peuple tunisien, dont l'extrait ci-dessous traduit par moi-même:

"Citoyens, lecteurs, intellectuels,
Je vous lance cet appel pour vous demander de me soutenir, tous unis, contre la pieuvre Ennahdha et son appareil de diffamation médiatique. Cette machine est spécialisée dans le génie de la fabrication des fatwas diaboliques autorisant l'effusion de sang des innocents. Par le passé, le chef d'Ennahdha a donné sa bénédiction à la mise à mort de Sadate. Et aujourd'hui c'est ma mise à mort à moi qu'il bénit. Demain ce sera le tour de tel ou tel parmi vous. Car le terrorisme est à l'image du dieu païen Marduk qui ne peut être assouvi que buvant le sang des victimes à même leurs crânes.
Citoyens, lecteurs, intellectuels, aidez-moi, moi le pauvre paralysé par la maladie, pour faire face à une pieuvre politico-religieuse disposant de l'argent et des nervis assoiffés de mon sang. Ils ont hâte de voir ma mort par assassinat sur mon lit de malade."

Ci-dessous l'extrait dans sa version arabe

أيها المواطنون والقراء والمثقفون

أناديكم لتقفوا بجانبي وقفة رجل واحد في وجه أخطبوط "النهضة" وجهاز تضليلها الإعلامي المتخصص في فن صناعة الفتاوى الكاذبة واستحلال دماء الأبرياء. بالأمس استحل رئيسها راشد الغنوشي دم الرئيس السادات واليوم يستحل دمي وغداً دم أي واحد منكم ؛ فالإرهاب يشبه ذلك الإله الوثني "مردوخ" الذي لا يشفي غليله إلا شرب الدماء في جماجم ضحاياه.
أيها المواطنون والقراء والمثقفون، ساعدوني ، أنا الفقير الذي شله المرض ، ضد اخطبوط سياسي – ديني يملك المال والرجال العطاشي لسفك دمي والمستعجلين لموتي بقتلي على فراش مرضي



A. Amri
29 juin 2013