samedi 10 août 2013

Hommage à Wafa, une femme qui fait notre fierté

Le 6 août dernier correspondait au 27e jour de ramadan.

Par une journée d'été et de forte canicule, à quoi ajouter la rude épreuve des interminables heures de jeûne, si une femme quitte son foyer et la zone où elle habite, ville ou quelque patelin plus ou moins retiré à l'intérieur du pays, pour se rendre à Tunis en vue de participer à une manifestation nocturne contre le pouvoir en place, et au mépris d'éventuelles répressions policières ou attaques organisées par les milices dudit pouvoir, c'est déjà un défi, et non des moindre, qui force l'admiration.

Si de surcroît cette femme habite à des centaines de kilomètres de la capitale, qu'au moment du déplacement le pays vit dans la psychose du terrorisme, avec les répercussions de tout ce qui se répand de juste ou de faux sur les chemins semés d'explosifs, les jihadistes qu'on poursuit et traque, mais qui nous traquent à leur tour et poursuivent d'une certaine façon, dans la logique de cette même psychose, si dans un tel climat d'angoisse nationale cette femme ose faire le déplacement quand même, sauf respect des peuples et nations dont beaucoup de femmes figurent parmi mes amis sur ce réseau, il y aurait lieu de se demander si cela ne procède pas d'une "exception tunisienne".

D'autant que la femme à qui je voudrais dédier mes hommages ici, comme on le voit sur la photo ci-dessous, est par excellence une Tunisienne d'exception. En dépit de son infirmité qui la condamne à la chaise roulante et des circonstances évoquées ci-haut, elle a été au rendez-vous du 6 août dernier.

A Wafa montée sur Tunis en chaise roulante, venue de Sfax (sud du pays) pour soutenir le sit-in Errahil, à des dizaines de milliers d'autres femmes, anonymes mais non moins braves et exceptionnelles, qui ont fait le déplacement dans des conditions pour le moins difficiles et honoré comme il se doit le combat national, bravo! mille bravos! Vous avez prouvé au monde entier que dans l'histoire de votre pays, dans ses petits et grands jours, dans les combats de la vie ordinaire et ceux de la révolution, vous êtes des actrices, et non des figurantes. Des protagonistes, et non des personnages épisodiques. Vous êtes l'incarnation de la Tunisie éternelle, belle et rebelle, le gage de son insoumission et la promesse de sa victoire!


A. Amri
10 août 2013