samedi 15 décembre 2012

François Hollande, et le socialisme dans tout cela?

Monsieur le Président,

En déclarant, en date du 13 novembre 2012, "la coalition syrienne comme seule représentante du peuple syrien", vous avez certes permis à la France de devancer tous les pays occidentaux sur cette voie semée d'embûches. Néanmoins vous avez déçu en même temps non seulement une bonne partie de la gauche française qui vous a élu, mais beaucoup d'amis de votre pays sur la rive sud de la Méditerranée, qui, depuis votre accession au pouvoir,  espéraient que la France socialiste se départirait de sa politique extérieure sarkozienne et, pourquoi pas aussi, un tant soit peu de son dédain aux peuples arabes.

Monsieur le Président,

La coalition syrienne que vous avez honorée de votre soutien n'a aucune légitimité qui motive un tel égard de votre part, ni politique ni révolutionnaire ni morale ni militaire ou autre pour représenter le peuple syrien. Composée de bandes armées et financées par les États les plus réactionnaires du Golfe, en l’occurrence l'Arabie et le Qatar, cette coalition n'a de syrien qu'une frange d'islamistes des plus extrémiste manipulée et téléguidée par les cheikhs de la réaction depuis Doha et Riyad. Frères musulmans rêvant de restaurer le califat, salafistes jihadistes assoiffés de sang qui sente de près ou de loin la "mécréance" et activistes d'Al-Qaïda dont l'idéal est de talibaniser ce qu'on appelle pays du Printemps arabe: voila le noyau pur de ces groupes armés. Leurs recrues, contrairement à ce que la propagande des pays du Golfe propage, ne sont pas syriennes. Elles viennent certes de nombreux pays musulmans, arborent certes la bannière intégriste wahabiste, revendiquent certes l'Internationale islamiste, mais ne jouissent d'aucun soutien réel à l'intérieur du pays, et ne sont pas tout aussi intègres ni vouées au seul "martyr désintéressé" sur la voie d'Allah, comme le disent si pompeusement les tartuffes et cheiks de palais voués à leur jihad. En témoigne, outre les reportages de nombreux journalistes et militants de grande renommée occidentaux(1), ce document filtré du ministère de l'intérieur saoudien, ci-dessous traduit(2).

Monsieur le Président,
La France dont vous incarnez la plus haute instance ne peut à ce point être inconséquente avec l'idéal socialiste que vous revendiquez, pour lequel vous avez été élu et que vous êtes censé défendre. Bachar Al-Assad n'est sans doute pas ce qu'il y a de mieux en Syrie pour servir la démocratie. Mais permettez-moi de vous rappeler que c'est un socialiste, et un socialiste convaincu, n'en déplaise à ses détracteurs. C'est un progressiste qui partage avec vous l'essentiel des valeurs humaines éclairées et laïques. C'est un chef qui incarne pour ses partisans en Syrie comme dans l'ensemble des pays arabes  l'essentiel du credo socialiste.
A moins que le socialisme et la laïcité ne soient devenus dans le discours politique français que de vulgaires oripeaux populistes, des formules incantatoires -sans plus- dans la bouche de ceux qui se revendiquent de Jaurès, excusez-moi, Monsieur le Président, mais je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre votre Excellence et leurs Éminences et Majestés les émirs et rois des sables et du pétrole ligués contre la Syrie et son peuple. Je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre ceux qui revendiquent les Lumières et ceux qui se battent pour l'obscurantisme. Je ne vois pas ce qu'il y a de commun entre les défenseurs de la République et les hordes de la barbarie. Y a-t-il, à votre sens, plus de démocratie, plus de liberté, plus de respect des droits de l'homme à Doha(3) ou à Riyad(4) pour que la France s'engage dans cette sale bataille dont les seuls bénéficiaires ne sont, hélas, que les ennemis jurés du progrès et de la démocratie? 

Monsieur le Président,

En vous alignant du côté des commanditaires réactionnaires de ce complot anti-syrien, vous avez peut-être voulu ménager en priorité les intérêts économiques de la France. Le pétrole et les pétrodollars qui ont corrompu une bonne partie du monde arabo-musulman, qui ont permis aux théocrates -jusqu'à preuve du contraire- de confisquer le Printemps arabe, ne peuvent laisser indifférent les lobbys français, héritiers de l'Empire colonial. Ni un chef d'Etat dans un contexte comme le vôtre, appelé à prendre les mesures nécessaires pour renflouer les caisses de l’État.  L'argent n'a pas d'odeur, je vous le concèderais volontiers. Mais le socialisme a la sienne. Et celle-ci, sauf respect de votre Excellence, risque de pâtir énormément de ce que les amis de la France appellent à bon droit opportunisme et mercantilisme socialistes.

A bon entendeur salamalec!

A. Amri
15.12.2012






2- Document traduit par moi-même, émis du ministère de l'intérieur saoudien:
 
Royaume d’Arabie Saoudite                                           N° 1466/1/
Ministère de l’Intérieur                                                   Pièces jointes :
Pour suivi                                                                          Date : 25/05/1433   (Trad. 17/04/2012)

                                                     Top secret

Au vénérable Général Saoud Athounian, que Dieu l’assure de Sa protection
Bureau Secret du Ministère de l’Intérieur


Que la paix soit sur ​​vous, ainsi que la miséricorde de Dieu et Sa bénédiction !
En référence au télégramme de l’Office Royal n° 112 et datant du 19.04.1433 de l’hégire (Trad. 10 mars 2012), lequel évoque les individus en état d’arrestation détenus dans les prisons du royaume et accusés de crimes que la charia punit par décapitation à l’épée, nous vous informons que nous avons pris contact avec des accusés jugés coupables de trafic de drogue, de meurtre et de viol, appartenant aux nationalités suivantes :
105 Yéminites, 21 Palestiniens, 212 Saoudiens, 96 Soudanais, 254 Syriens, 82 Jordaniens, 68 Somaliens, 32 Afghans, 194 Egyptiens, 203 Pakistanais, 23 Irakiens et 44 Koweitiens.

Il a été convenu avec eux de les exempter de l’application du châtiment que prévoit la charia et d’allouer des pensions mensuelles à leurs familles auxquelles il sera interdit de quitter l’Arabie, en échange de leurs réhabilitation et entraînement en vue d’être expédiés en jihad vers la Syrie.

Veuillez agréer mes salutations,

                                                                         Directeur du suivi au Ministère de l’Intérieur
                                                                                  Abdallah Ben Ali Rmizan



Dont :
 -copie à Son Excellence le Président de la Commission pour la Promotion de la Vertu
Et la Prévention du vice ;
- copie aux Renseignements Généraux
.




3- Quel bel exemple de soutien aux peuples révoltés contre les dictatures qui les gouvernent que celui donné par Qatar qui, le 29 novembre dernier, a condamné à perpétuité   le poète Mohamed Al Ajami, alors que celui-ci a rendu hommage à la révolution tunisienne et exprimé le souhait de voir le changement toucher d’autres pays arabes, dont Qatar!


4- Sur l'instigation de ces "défenseurs" acharnés du peuple syrien, parce qu'elle vouait une haine (que ses détracteurs qualifient de laïque) à l'obscurantisme wahabiste qui défigure l'homme, rogne les ailes de son esprit et,  haïssant par instinct la beauté sous toutes ses formes, étouffe en lui la moindre vibration artistique, Balkis Al-Moulhem, jeune poétesse et enseignante saoudienne de 35 ans, a été tuée au mois de septembre dernier en Arabie.








 
_________________ Par le même auteur au sujet de la politique française:

A mon camarade Nicolas, Son Excellence Sarkosy








 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire